Buzz-Trading

Bourse, Investissement, Trading, Analyses fondamentale et technique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Rechercher sur le site Amazon.fr
Meilleures Ventes
Boutique DVD
Plaisir d’Offrir
High-Tech
Coup de Coeur
MP3
Facebook

Partagez | 
 

 Or : vif rebond, les 1.120$ en ligne de mire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or (New York/Oz) : plonge sous la barre des 1.600$.   Jeu 15 Déc - 0:34

Cercle Finance le 14/12/2011 à 18:44


L'Or (cotation de l'once à New York) dévisse de -4% sous la barre des 1.600$ pour inscrire un plancher de 1.566Pts.
Il apparaît évident que cette chute brutale est directement liée au plongeon de l'Euro sous les 1,30$.
Autrement dit, l'or ne constitue pas un 'hedge' (une protection) contre la baisse de la monnaie unique mais bien contre celle du Dollar.
La remontée de +4% du billet vert en une semaine provoque une correction deux fois plus importante du cours de l'once d'or, laquelle passe en 4 séances de 1.720 à tout juste 1.570$ (moyenne mobile à 52 semaines, soit un anà.
Le signal baissier s'est clairement enclenché avec la cassure de la MM50 (1.705$) et l'once d'or semble bien partie pour clôturer sous son plancher du 26 septembre dernier inscrit à 1.595$.
Sous les 1.562$ -support ascendant oblique long terme et plancher intraday du 26 septembre-, c'est la tendance haussière dans son ensemble qui serait remise en cause pour plusieurs mois et même plusieurs trimestres.
L'objectif serait le retracement de la MM à 104 semaines (2 ans) qui gravite vers 1.400$.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once reprend les 1.600 dollars à Londres.   Mar 20 Déc - 13:32

Cercle Finance le 20/12/2011 à 13:43


Sur le marché de référence de Londres, le prix de l'or s'est établi ce matin au-dessus des 1.600 dollars l'once pour la première fois depuis le mercredi 14 décembre. Au terme du premier fixing de ce mardi outre-Manche, l'once de 31,10 grammes cotait 1.605 dollars (+ 7 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.227,9 euros (+ 0,85 euro).

Le plus bas fixing enregistré récemment par le prix de l'once à Londres se situe à 1.574 dollars, en date du 15 décembre.

Chez Triland Metals, on évoquait ce matin un “rally plutôt mou” à propos de la reprise qui prévalait hier sur le marché au comptant. “Nous savons qu'il existe un risque latent de rally mené par l'impératif de couverture des positions courtes”, indique le courtier en métaux de Mitsubishi. “Mais le mouvement de reprise manque d'ampleur en raison de la faiblesse des volumes quelques jours avant Noël”, ajoute-t-il.

MKS Finance ajoute que l'annonce du décès du dictateur nord-coréen Kim Jong-Il a pu aussi soutenir le prix de l'or, en raison de l'instabilité géopolitique régionale qui pourrait en résulter. Cependant, “à court terme, le complexe des métaux précieux reste vulnérable à des liquidations dictées par les craintes de financements”.

“Une clôture au-dessus des 1.622 éclaircirait le tableau technique, mais les chances que cela se produise apparaissent plutôt faible”, ajoute le négociant en métaux fins helvétique.

Du côté de l'ETF américain SPDR Gold Shares, rien à signaler : l'encours de lingots adossé au produit de Bourse était toujours de 1.279,98 tonnes hier soir, soit le niveau auquel il est tombé jeudi après un décaissement d'une quinzaine de tonnes.

Triland écrivait hier, à ce propos, que ce décrochage de l'encours pose la question “John Paulson (célèbre gérant de hedge fund ayant parié contre les subprimes, puis misé sur l'or ces dernières années) est-il en train de sortir ?”.

Très suivi, le gérant avait réduit récemment son exposition à cet ETF, qui reste malgré tout la 1ère par sur ce produit selon les dernières déclarations . “Si tel était le cas, ce serait une nouvelle négative de plus pour le cours de l'or”, indique le courtier en métaux basé à Londres.

Comment expliquer le récent décrochage de l'or ? Pour les cambistes de Pictet & Cie qui évoquent les métaux précieux, “les prises de profit pour l'année 2011 semblent avoir été le moteur de ces dernières fluctuations.” Le renforcement du dollar, qui reste la devise principale de négoce du métal, a également joué en sa défaveur. Mais ce sont là des explications un peu courtes pour expliquer la baisse de plus de 300 dollars survenue depuis septembre et la cassure de la moyenne mobile à 200 jours.

Roland Duss, responsable de la recherche économique chez Gonet & Cie, déplore la récente corrélation de l'or avec les marchés d'actifs risqués. Certes, ajoute-t-il dans la revue mensuelle de décembre de la banque privée genevoise, “l'or a perdu momentanément son statut de refuge suite à des prises de profits et à la crainte de ventes massives par les pays européens en difficulté”.

Selon les statistiques fournies par le Conseil mondial de l'or pour novembre, les banques centrales de la zone euro détenaient alors 10.792,5 tonnes d'or, soit 35% de l'or monétaire au niveau planétaire en compte auprès des acteurs du “secteur officiel'. C'est-à-dire les banques centrales et institutions assimilées, comme le FMI. A titre de comparaison, les avoirs en or des Etats-Unis, les 1ers au monde selon cette liste, se montent à 8.133,5 tonnes.

Mais “sur le long terme”, M. Duss, “ses fondamentaux restent solides avec une insuffisance d'offre prononcée vu sa forte demande dans les pays émergents.”

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta estiment que l'once consolide actuellement son dérapage de la semaine précédente. Une résistance est identifiée au même niveau que la moyenne mobile à 200 jours, à 1.621 dollars. Support-clé à 1.531.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once s'offre elle aussi son rally de Noël.   Mer 21 Déc - 13:34

Cercle Finance le 21/12/2011 à 13:39


Après un point bas de 1.574 dollars, jeudi dernier selon les fixings de Londres, le prix de l'or s'offrait un rebond qui a pris de l'ampleur ce matin, en reprenant la moyenne mobile à 200 jours. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de référence de Londres, l'once de métal fin cotait 1.637,5 dollars (+ 24 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.243,83 euros (+ 13,6 euros).

Pour les habitués du système métrique, le rebond de ce matin a permis au gramme d'or de reprendre le seuil symbolique des 40 euros.

Depuis son point bas du 15 décembre dernier, à Londres, l'or a rebondi de 4% en dollars et de 2,8% en euros.

Hier, Anne-Laure Tremblay, analyste de BNP Paribas CIB a mis à jour ses prévisions sur l'or. Elle table sur le maintien d'une forte volatilité. 'Dans cette dernière période caractérisée par de fortes incertitudes, l'or n'a pu jouer le rôle de valeur-refuge puisqu'il a reculé à mesure que l'aversion au risque atteignait des niveaux extrêmes', écrit-elle. A l'inverse du dollar US, qui s'est repris contre la plupart des devises concurrentes.

Cependant, les fondamentaux du métal jaune restent solides. Elle s'attend à de nouveaux épisodes de liquidations comme ceux qui sont récemment intervenus. Cependant, il est possible que la Fed lance un nouveau plan d'assouplissement quantitatif début 2012, et que la BCE fournisse encore des liquidités supplémentaires. Autant de facteurs de dilution monétaire a priori favorables à l'or. La forte demande physique d'Asie et d'Europe devrait se maintenir, de même que celle des banques centrales. La résistance des encours des ETF aurifères est également soulignée.

Mais en raison de la vive correction intervenue entre septembre et décembre (-16% depuis l'extrême situé à 1.920 dollars environ), elle a révisé en baisse ses projections de prix. La prévision moyenne de prix pour 2012 fournie le 18 novembre est ainsi ramenée de 2.025 à 1.775 dollars, et celle de 2013 de 2.280 à 2.150 dollars.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta estiment notaient hier soir que la moyenne mobile à 200 jours située à 1.622 dollars avait opposé de la résistance au mouvement haussier de la veille. Ce niveau important a donc été repris ce matin, du moins pour l'instant. La prochaine résistance était alors identifiée à 1642, et le support le plus proche à 1.563.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once peine à tenir les 1.600 dollars après Noël.   Mar 27 Déc - 13:48

Cercle Finance le 27/12/2011 à 13:01


Ce midi sur le marché au comptant, l'once d'or cotait 1.597,8 dollars (- 0,6%) dans les volumes traditionnellement faibles qui caractérisent la semaine séparant les deux fêtes de fin d'année.

Un point haut de 1.601,8 dollars a été touché ce matin sans pouvoir être tenu pour l'heure.

Notons que sur le marché de référence de Londres, le dernier fixing datant du matin du vendredi 23 décembre s'était établi à 1.607,5 dollars et 1.229,1 euros. Le London Bullion Market était resté clos hier pour cause de ”boxing day”, et il l'est encore aujourd'hui puisque les jours fériés “tombant” le week-end sont rattrapés outre-Manche. Le prochain “fix” aura donc lieu demain matin.

Chez Triland Metals soulignait que sur le spot, l'once avait terminé vendredi sur les plus bas de la séance précédant Noël. Ce qui pourrait présager de la tendance prévalant après la fête, écrivait en fin de semaine dernière le courtier en métaux de Mitsubishi.

MKS Finance, à Genève, faisait vendredi le pronostic que cette semaine ne devrait guère être différente de la précédente, la plupart des opérateurs étant absents. Le marché aurifère devrait donc se montrer étroit, “toute nouvelle d'importance étant susceptible d'entraîner de vastes mouvements”.

Le 23 décembre, l'encours de métal adossé à l'ETF aurifère SPDR Gold Shares américain était de 1.254,57 tonnes, à comparer avec1.298,53 tonnes en date du 30 novembre.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta identifiaient dans leur dernier commentaire disponible de la semaine dernière une résistance à 1.625 dollars. Dans l'autre sens, des supports étaient localisés à 1.590 et 1.532 dollars. Ce dernier niveau correspond au point bas touché au comptant le 26 septembre.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Cercle Finance le 30/12/2011 à 14:28    Ven 30 Déc - 13:50

Once d'or (en $) : rebondit sur 1.525$, gain annuel de +10%.


Comme spécifié dans la dernière étude concernant l'once d'or (cotée en $), la cassure des 1.565$ (ex plancher des 26 septembre et 14 deécembre) mettrait un terme au canal ascendant inauguré vers 710$ le 12 novembre 2008 et qui a permis à l'once d'atteindre un cours record de 1.910$ le 6 septembre dernier.
Même si le cours se redressait vers 1.575$ (le support oblique), il n'est pas certain que l'or échapperait à une correction en direction des 1.500 puis 1.480$/Oz (ex plancher du 1er juillet dernier) puis des 1.420$ (ex zénith de novembre puis de fin décembre 2010).
Malgré cette correction de -22% en 4 mois (la plus forte de la décennie), le métal précieux conserve une avance de 10% sur 2011 et il signe tout simplement sa 11ème année de hausse consécutive (en $).


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once débute l'année 2012 en hausse à Londres.    Mar 3 Jan - 13:59

Cercle Finance le 03/01/2012 à 13:31


Confirmant sa bonne orientation du 30 décembre dernier, le prix de l'or s'est approché tout près des 1.600 dollars ce matin. Au terme du 1er fixing de cette journée, qui est aussi le premier de l'année 2012 sur le London Bullion Market, l'once de 31,10 grammes cotait 1.590 dollars (+ 15,5 dollars par précédent fixing datant du matin du 30 décembre) et 1.221,2 euros (+ 4,2 euros).

Sur le marché au comptant, un point haut à 1.598,70 dollars a été atteint ce matin.

Le marché de référence de Londres était effectivement fermé hier pour cause de “boxing day”. Le rebond marqué entrepris vendredi dernier en matinée sur cette place se trouve donc confirmé, pour l'instant du moins.

Du côté du SPDR Gold Shares, le principal ETF au monde adossé à de l'or, l'année 2011 s'est terminée sur un encours de 1.254,57 tonnes, à comparer avec 1.280,72 tonnes le 31 décembre 2010, soit une baisse d'un peu plus de 2% sur un an.

Cependant, ajoutait Triland Metals en fin de semaine dernière, “la demande des ETF se poursuit et nous terminons (l'année 2011) à des niveaux élevés, en terme d'onces détenues”.

En effet, s'il est le plus important, le SPDR Gold Shares n'est plus le seul. Si l'on en croit l'indice Gldtons qui cumule les encours d'une douzaine de produits de même type de par le monde, l'encours global était à fin décembre de 2.356,7 tonnes, en hausse de près de 8% sur un an.

Dans leur dernier commentaire disponible datant du 30 décembre, les analystes techniques de ScotiaMocatta identifiaient des supports à 1.538, puis un autre de nature “critique” à 1.448. Une résistance était identifiée à 1.614 dollars. Pour Triland, la moyenne mobile à 200 jours à 1.623 dollars devrait continuer de jouer le rôle-clé de pivot.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once repart à l'assaut des 1.620 dollars.    Jeu 5 Jan - 13:37

Cercle Finance le 05/01/2012 à 13:29


Porté par un nouveau durcissement des tensions géopolitiques qui entourent l'Iran, le prix du métal jaune continuait d'approcher d'un important seuil technique. Au terme du 1er fixing du jour sur le marché de Londres, l'once d'or cotait 1.614,5 dollars (+ 1,5 dollar par rapport au précédent fixing d'hier après-midi) et 1.256,32 euros (+ 10,7 euros).

Sur le marché de Luxembourg ce matin, le lingot d'un kilo est repassé au-dessus des 40.000 euros. Le gramme a donc repris les 40 euros, ce qui ne s'était pas produit depuis le 21 décembre, selon les cours mis à disposition par la Bourse du Grand-duché.

Dans son dernier commentaire, le négociant en or helvétique MKS Finance souligne que l'annonce d'un prochain l'accord des gouvernements européen mettant sous embargo le pétrole iranien a “catapulté” le prix de l'or à un plus haut de deux semaines, vers 1.614-16.15 dollars hier.

En effet, “avant la fin du mois”, explique Aurel BGC, “les modalités et la date de début de l'embargo seront officiellement annoncées. Début décembre, la Grèce, qui se procure à crédit environ 50% de son pétrole auprès de l'Iran, s'était opposée à cet embargo. Mais le consensus est aujourd'hui total pour un embargo. Téhéran fournit environ 450.000 barils par jour aux Etats membres de l'UE.”
Triland Metals soulignait aussi le rôle joué par les tensions géopolitiques dans la hausse du prix du métal. La hausse de l'or semble d'autant plus remarquable au courtier en métaux de Mitsubishi qu'elle est intervenue alors même que l'euro baissait face au dollar, “ce qui interrompt la corrélation dollar/or pour l'instant”.

L'instabilité croissante au Moyen-Orient semble devoir redonner à l'or le statut de valeur refuge qu'il avait perdu, indique MKS.

Aucun mouvement du côté du SPDR Gold Shares, le principal ETF gagé sur de l'or au monde, dont l'encours était stable hier à 1.254,57 tonnes, comme tel est le cas depuis le 22 décembre.

Le son de cloche est pratiquement le même pour l'indice Gldtons, qui additionne les encours d'une douzaine de produits financiers similaires. Il pointait à 2.355,3 tonnes hier, contre 2.351,5 tonnes le 22 décembre.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta égrènent le décompte des séances de hausse : hier à 1.613 dollars sur le spot américain, l'once aura donc progressé pour la 4ème séance d'affilée après un point bas marqué sur les 1.523. Des résistances sont identifiées à 1.632 dollars (1.625 dollars, selon les calculs de Triland), ce qui correspond à la moyenne mobile à 200 jours selon les analystes, puis à 1.641. Les ventes pourraient s'intensifier vers 1.629 dollars, ajoutent-ils.

“Une clôture au-delà des 1.700 dollars rendrait de nouveau haussière la perspective à moyen terme”, souligne encore Triland.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once fait le siège des 1.630 dollars.   Ven 6 Jan - 13:29

Cercle Finance le 06/01/2012 à 13:48


Le prix de l'or semble a semble-t-il renoué avec la volonté de grimper en ce début d'année, mais il bute encore sur un important seuil technique situé vers 1.630 dollars. Au terme du 1er fixing du jour sur le marché de Londres, l'once d'or cotait 1.621 dollars (+ 22 dollars par rapport au précédent fixing d'hier après-midi) et 1.265,81 euros (+ 15,8 euros).

Il s'agit pour l'heure des fixings londoniens les plus élevés parmi les sept déjà intervenus en 2012.

Par rapport à fin 2011, l'once s'affiche actuellement en hausse de 3% en dollars et de 4% en euros, la monnaie unique européenne ayant parallèlement perdu 1,3% de sa valeur face au billet vert.

Après les exercices de la marine de guerre iranienne dans la région, les tensions restent vives dans le golfe arabo-persique. A la tête de la flotte, le contre-amiral Habibollah Sayyari a déclaré à l'agence de presse officielle IRNA que les manoeuvres qui se sont terminées le 3 janvier démontrent 'les capacités et la préparation des forces armées iraniennes'. L'or semble retrouver un peu son rôle de valeur refuge alors que perdure cette situation politiquement tendue.

MKS Finance résume d'ailleurs ainsi le contexte géopolitique : “les ministres de l'Union européenne ont fait savoir qu'ils travaillaient sur des sanctions visant les exportations de pétrole de l'Iran et ses banques”, alors que le programme nucléaire de Téhéran est fortement suspecté d'être de nature militaire.

Les doutes croissants quant à la zone euro et son système bancaire peuvent également jouer à la hausse.

Hier en séance, la brusque baisse de l'euro a pesé sur le cours de l'or, dont le dollar est le principale devise de négoce. L'once a alors perdu quelque 30 dollars dans la journée, au comptant.

Le prix de l'or ne cesse ces derniers jours de décrire des allers-retours entre, grosso modo, 1.595 et 1.630 dollars. Au comptant, un point haut a été atteint ce matin à 1.628,50 dollars.

Le négociant en métaux fins genevois ajoute cependant que le métal résiste plutôt bien à l'appréciation du dollar.

Chez Triland Metals, à Londres, on rapporte des rumeurs selon lesquelles la demande chinoise s'est matérialisée lors des nombreux replis constatés hier. Selon d'autres rumeurs, ajoute le courtier métaux de Mitsubishi, les volumes échangés sur le marché de l'or de Shanghaï ont atteint hier un record absolu.

“Cette région du monde demeure fortement acheteuse de métal jaune et nous ne pensons que cela changera dans un avenir proche”, indique Triland. La Chine détient d'énormes réserves de changes principalement libellées en dollars dont elle souhaite diversifier l'allocation.

Toujours rien à signaler du côté du SPDR Gold Shares, le principal ETF aurifère au monde, dont l'encours était stable hier à 1.254,57 tonnes, comme tel est le cas depuis le 22 décembre.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta tiennent le décompte : l'or a signé hier sa 5ème séance consécutive de hausse sur le marché au comptant, à 1.622 dollars. Il faudra cependant qu'une clôture intervienne au-dessus des 1.632, soit la moyenne mobile à 200 jours, pour que la tendance actuelle passe de “baissière” à “neutre”, indique ScotiaMocatta. Prochaines résistances à 1.641 et 1.663.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once à l'assaut d'un important seuil technique.   Mer 11 Jan - 13:49

Cercle Finance le 11/01/2012 à 13:42


Le prix de l'or est maintenant aux prises avec la fameuse 'MM200', la moyenne mobile à 200 jours qui constitue un important indicateur de tendance à long terme. Au terme du fixing matinal du marché de Londres, l'once de 31,10 grammes cotait 1.641 dollars (+ 4 dollars par rapport au précédent fixing d'hier après-midi) et 1.286,25 euros (+ 6,8 euros).

Selon Triland Metals comme ScotiaMocatta, la moyenne mobile à 200 jours se situe, sur le marché au comptant, à 1.635 dollars. Sur ce marché, un point haut a été touché ce matin vers 1.648 dollars, avant que l'once ne revienne à 1.635 dollars à cette heure.

Bref, ce niveau a été brièvement franchi, mais cette “reprise” doit encore être confirmée, par exemple ce soir à la clôture

“Une série de clôtures au-delà de ce niveau technique pointerait ensuite en direction des 1.700 dollars”, pronostique Triland Metals dans son dernier commentaire.

“Le marché semble avoir retrouvé son équilibre. En outre, la faiblesse des positions spéculatives longues renforce le potentiel de hausse du métal”, indique le courtier en métaux de Mitsubishi.

Absolument rien à signaler quant à l'encours du SPDR Gold Shares, le 1er ETF aurifère au monde, dont l'encours était toujours de 1.254,57 tonnes hier au soir. C'est le cas depuis le 22 décembre.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent eux aussi l'importance de la moyenne mobile à 200 jours. “Nous pensons qu'il faudra plusieurs clôtures au-dessus de ce niveau pour que la confiance revienne et que les paris haussiers ne reprennent vraiment le dessus”, indiquaient-ils dans leur commentaire quotidien hier soir. Résistances identifiées à 1.641 et 1.674 dollars.

Plus fondamentalement, dans leur commentaire mensuel Metal Matters, ces mêmes analystes écrivaient qu'“étant donné l'importance de la crise de la dette, les investisseurs et les fonds souverains peuvent encore largement jouer la carte de l'or”. Ils rappellent que l'once s'était reprise de 180% après le brusque mouvement de vente intervenu à la suite de la chute de Lehman Brothers, à l'automne 2008.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once fait machine arrière en fin de semaine.   Ven 13 Jan - 11:31

Cercle Finance le 13/01/2012 à 12:24


Le prix de l'or semblait consolider en fin de semaine après un beau rally de début d'année. Au terme du premier fixing de la journée sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait 1.642 dollars (- 19 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.281,71 euros (- 12,6 euros).

Hier après-midi, le fixing a atteint 1.661 dollars, à comparer avec 1.574,5 dollars le 30 décembre, soit 5,5% de hausse sur l'intervalle. En euros, la hausse était alors de 5,3%.

Un spécialiste relève que l'once a bien tenté de déborder les 1.667 dollars hier, mais sans y parvenir. Chez Triland Metals, on note que “le momentum porteur des métaux précieux semble perdre de l'allant à l'approche de la résistance des 1.665 dollars”.

“Avant le test de la résistance clé des 1.680 dollars, un retracement semble probable”, ajoute le courtier en métaux de Mitsubishi, qui identifie des supports à 1.645, 1.631 et 1.607 dollars.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignaient que l'once avait, sur le marché au comptant, terminé hier à 1.647 dollars. “Il s'agissait de la 2ème clôture au-dessus de la moyenne mobile à 200 jours”, notent-ils. “Il nous semble que le marché est à l'aise avec le niveau atteint par le métal”, indiquaient-ils en se montrant toujours neutres à court terme.

A plus long terme, le tableau est peut-être différent. Certes, 'selon des analystes', rapporte le fondeur-affineur de métaux fins allemand Heraeus, 'les consommateurs d'or indiens deviennent de plus en plus sensibles au prix. Aux prix actuels de l'ordre de 1.630 dollars l'once et étant donné la faiblesse actuelle de la roupie, l'appétence historiquement forte des Indiens pour l'or s'est émoussée'.

Si en dollars, l'or a prix 11% environ en 2011, rapporté en roupies, il a augmenté de 25%, calcule Heraeus.

Mais en citant les agences de presse, le groupe basé à Hanau précise cependant que pour la première fois de son histoire, l'Allemagne a pu refinancer sa dette à des taux d'intérêts réels négatifs, une fois défalquée l'inflation.

Ce qui reste favorable à l'investissement aurifère : puisque l'or ne fait que valoir et ne rapporte aucun revenu, toute réduction de l'écart entre son rendement (0%) et celui des produits de taux comme les obligations est favorable au métal jaune.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once maintenant à l'assaut des 1.670 dollars.   Jeu 19 Jan - 13:36

Cercle Finance le 19/01/2012 à 13:53


Après les 1.660 dollars, l'once d'or teste maintenant le seuil des 1.670 dollars, niveau technique important qui a brièvement été dépassé ce matin sur le marché au comptant. Au terme du premier fixing du jour à Londres, l'once de 31,10 grammes cotait 1.664 dollars (+ 17 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.289,32 euros (+ 6,4 euros).

Il s'agit de nouveau du fixing le plus élevé de la jaune année 2012, et d'un record depuis le 13 décembre sur les prix de référence du marché international de Londres, utilisé par nombre de compagnies minières et de banques centrales.

Ce matin sur le marché au comptant, l'once a brièvement marqué un point haut à 1.671,4 dollars, soit un plus haut de plus d'un mois. Le seuil symbolique des 1.670 dollars n'a pu être tenu pour l'instant.

Le prix du métal jaune semble ainsi confirmer son rétablissement au-dessus de la moyenne mobile à 200 jours, située maintenant à 1.640 dollars, selon ScotiaMocatta.

Triland Metals explique ainsi la brusque hausse de l'or depuis hier : une rumeur a d'abord fait état, dans l'après-midi, du fait que le FMI chercherait 1.000 milliards de dollars de ressources supplémentaires. L'erreur a rapidement été rectifiée, le véritable chiffre étant de 500 milliards. Chez MKS Finance, on attribue plutôt la tendance positive de la veille à un courant acheteur venu d'Asie, après des statistiques chinoises favorables.

Malgré tout, le courtier en métaux de Mitsubishi était prudent hier au soir : 'le marché reste stable, mais son élan perd de la vitesse et un certain retrait ne saurait être exclu. Le cas échéant, nous le considérerions comme une opportunité d'achat'.

Ce matin, le stratégiste spécialisé Nick 'Metals' Moore, de RBS, commentait l'étude Gold Survey Update 2, publiée le 17 janvier par le bureau d'études GFMS, qui fait autorité en matière aurifère. 'Le document confirme que de solides achats de la part des banques centrales (430 tonnes en 2011, du jamais vu depuis 1964), la résistance de la demande bijoutière et une forte hausse de la demande d'investissement (35% du total en 2011) ont soutenu le prix de l'or en 2011', note-t-il. GFMS se montre toujours haussier quant au prix du métal en 2012, surtout au 2nd semestre, mais il 'avertit que les fondamentaux de l'or semblent appeler des prix plus bas pour rééquilibrer le marché', rapporte RBS.

Nick Moore table, lui, sur un pic du prix de l'or au 3ème trimestre 2012, période durant laquelle il serait en moyenne de 1.800 dollars. Puis il pronostique une tendance négative qui durerait jusqu'en 2015. “La fin du marché haussier est proche”, estime-t-il.

Mais chez Nomura, toujours ce matin, le son de cloche était totalement inverse. 'Les prix actuels de l'or sont bien établis et devraient continuer à grimper à moyen terme', indique cette autre note. La banque d'affaires estime que l'once atteindra 1.788 dollars en moyenne en 2012, puis qu'elle dépassera les 2.000 dollars en 2013.

Motifs : la solide demande asiatique, des taux d'intérêt réels nuls ou négatifs, et l'appétit des banques centrales comme des investisseurs : bref, 'la demande va augmenter'.

'Nos propres analyses suggèrent que la demande des banques centrales peut potentiellement atteindre jusqu'à près de la moitié du niveau actuelle de la demande de bijouterie, qui représente actuellement 40% du marché', indique la note de recherche de Nomura.

A court terme, Nick Moore est cependant plutôt positif : il indique que la récente faiblesse de la demande indienne peut s'expliquer par le mois dit de Khar Mass (du 16 décembre au 14 janvier), 'un mois de mauvais augure dans le calendrier indien'. Il vient donc de prendre fin et sera suivie d'un calendrier religieux plus favorable aux traditionnels achats d'or dans le sous-continent, avec notamment une première saison des mariages.

Autre catalyseur de court terme : le Nouvel an chinois, qui cette année tombera le 23 janvier, soit sa date la plus avancée depuis 2004. 'Ce sera l'année du dragon, le plus puissant des signes chinois qui devrait être propice à de robustes achats d'or', prévoit Nick Moore.

L'Inde et la Chine sont les deux premiers consommateurs d'or au monde.

Rien à signaler du côté de l'encours du 1er ETF aurifère planétaire, le SPDR Gold Shares américain, stable à 1.255,67 tonnes hier soir.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent qu'au comptant, l'or a connu 11 séances de hausse parmi les 14 dernières. Les 1.667 dollars sont toujours considérés comme un “pivot critique”. Parallèlement, Triland identifie un canal de résistance entre 1.687 et 1.690 dollars.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once reprend les 1.700 dollars grâce à la Fed.   Jeu 26 Jan - 13:40

Cercle Finance le 26/01/2012 à 13:43


L'abaissement des prévisions de croissance de la Fed et le prolongement de 18 mois de sa période de taux 'exceptionnellement bas' ont vigoureusement soutenu le métal jaune hier comme ce matin. Au terme du premier fixing de ce jeudi sur le marché de Londres, l'once de 31,10 grammes d'or fin cotait 1.713 dollars (+ 63 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.300,58 euros (+ 27,4 euros).

Ne détachant pas plus de coupon que de dividende, l'or est naturellement sensible à l'évolution de l'écart entre son rendement (0%) et celui des produits de taux.

Pour retrouver de tels fixings, il faut remonter au 9 décembre en dollars. En euros, en revanche, un point haut de 1.302,09 euros a été touché le 17 janvier dernier.

Depuis le début de l'année, selon les prix de Londres, l'once d'or s'affiche en hausse de 8,8% en dollars et de 6,9% en euros, soit presque deux points de pourcentage d'écart. Sur la même période, à 1,3144 dollar l'euro, la monnaie unique européenne a repris 1,4% contre le billet vert.

La “MM200” (moyenne mobile à 200 jours), un indicateur technique important pour départager les tendances haussières et baissières de long terme, s'éloigne plus sensiblement : elle se situait hier soir à 1.645 dollars, calculent les spécialistes de ScotiaMocatta.

Hier donc l'once cotait aux environs de 1.655 dollars quelques minutes avant 18 heures 30, heure de Paris. Puis elle s'est brusquement envolée à la publication du communiqué du comité de politique monétaire de la Fed, le FOMC : une heure plus tard, les 1.700 dollars étaient emportés. Un point haut a ensuite a été marqué à 1.714 dollars.

Qu'a dit la Fed ? Commentant la conjoncture américaine, elle évoque toujours une “expansion modérée” malgré le ralentissement global. A 8,5% en décembre, le taux de chômage est toujours jugé “élevé”. Si les dépenses de consommation des ménages ont continué d'augmenter, les investissements des entreprises ont ralenti “et le secteur immobilier reste déprimé”. Surtout, elle a abaissé ses prévisions de croissance pour 2012 de 2,5/2,9% à 2,2/2,7%, et celles de 2013 de 3/3,5% de 2,8/3,2%.

Certes, aucun “QE 3” ne s'annonce. Mais le FOMC contenait un autre élément nouveau : compris entre 0% et 0,25% depuis le 16 décembre 2008, les taux courts de la Fed resteront à ce niveau “exceptionnellement bas” “au moins jusqu'à la fin de 2014”, indique le communiqué, et non plus jusqu'à mi 2013 comme le prévoyait la Fed le 13 décembre dernier.

Une surprise, selon la plupart des commentateurs. Les liquidités en billets verts ne risquent donc pas de se tarir, ce qui est jugé favorable pour le prix des actifs réels comme le pétrole et l'or. Rappelons que le billet vert reste la principale devise de négoce du métal jaune.

Chez MKS Finance, on note finalement que l'envolée de l'or n'est pas si élevée que cela, étant donné la nature de l'évènement. Le négociant helvétique en métaux relève cependant que nombre de résistances ont du coup été emportées.

MKS ajoute que les volumes étaient faibles, notamment en Asie où les marchés chinois seront fermés toute la semaine pour cause de fête du Nouvel an lunaire du “dragon d'eau”. Mais ils se sont très sensiblement étoffés après l'annonce du FOMC.

Autre nouvelle de nature haussière : l'encours de lingots adossé au SPDR Gold Shares américain est passé en 24 heures de 1.250,53 à 1.259,60 tonnes, son plus haut niveau niveau depuis le 21 décembre. Cet ETF aurifère américain, le plus important en volume de son espèce, est l'un des indicateurs utilisés pour jauger de l'appétit des investisseurs 'longs' en métal jaune.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent que 'la clôture intervenue au-delà de la résistance des 1.700 dollars est un évènement haussier'. Ce niveau aussi symbolique que technique devrait maintenant jouer le rôle de support. Prochaine résistance identifiée : 1.715 dollars.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once à un sommet de plus de quatre mois en euros.   Mer 1 Fév - 13:35

Cercle Finance le 01/02/2012 à 13:38


Au terme du premier fixing du jour sur le marché de Londres, l'once de métal fin cotait 1.744 dollars, soit exactement le même niveau que le record de ce début d'année atteint hier après-midi. En euros, l'once s'est cependant tassée de 0,50 euro à 1.327,649 euros, mais n'en reste pas moins à un niveau perdu de vue depuis mi-septembre 2011.

Sur le marché au comptant, les 1.750 dollars ont été touchés ce matin.

Ces fixings constituent, dans chacune des deux devises ci-dessus considérées et selon les fixings londoniens, des records depuis le 5 décembre et 19 septembre 2011.

Depuis fin 2011, la hausse de l'once atteint 10,8% en dollars et 9,1% en euros.

Triland indique que la tendance haussière du métal jaune se joue de relatif regain du dollar depuis la veille. Ils attribuent le mouvement haussier “au commentaire du dernier FOMC”, le comité de politique monétaire de la Fed. La semaine dernière, la banque centrale américaine avait effectivement écrêté ses prévisions de croissance pour les Etats-Unis, alors que les derniers chiffres US sont plus mitigés.

Avantage : ces relatives déceptions statistiques relancent l'éventualité du lancement d'un 3ème plan d'assouplissement quantitatif “QE 3” par la Fed. C'est-à-dire une nouvelle opération d'injection monétaire non conventionnelle qui plomberait le dollar, et tendrait à soutenir le prix des actifs réels exprimé en billets verts comme le pétrole et l'or.

A plus court terme, le retour de congés des acheteurs chinois peut également jouer : selon MKS Finance, “les chiffres rendus public par la Comité municipal du commerce de Pékin montrent que les volumes de bijouterie en métaux précieux ainsi que d'or et d'argent de Bourse négociés lors de la semaine du Nouvel an chinois (soit la semaine dernière) ont augmenté de 49,7% sur un an”, rapporte le négociant suisse en métaux fins.

En outre, les craintes souveraines européennes demeurent : si la communauté financière se montre rassurée par la signature d'un pacte de discipline budgétaire renforcé en Europe, il n'en reste pas moins que ni le dossier de la Grèce, ni celui du Portugal ne sont réglés. En outre, la perspective d'une récession en zone euro cette année perdure.

La masse de lingots adossée à l'ETF aurifère américain SPDR Gold Shares américain, était stable hier soir à 1.271,098 tonnes, niveau le plus élevé enregistré depuis le 20 décembre 2011.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta indiquaient hier que les signaux techniques de surachat persistent. Mais “la tendance haussière est intacte”. Ils réitèrent leurs objectifs : les 1.756 et les 1.800 dollars jouent le rôle de prochaines résistances.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once s'attaque maintenant aux 1.750 dollars.    Jeu 2 Fév - 13:26

Cercle Finance le 02/02/2012 à 14:02


“Toujours plus haut” reste le mot d'ordre sur le marché de l'or. Au terme du premier fixing de ce jeudi sur le marché de référence de Londres, l'once de métal fin cotait 1.747,5 dollars (+ 7,5 dollars rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.326,68 euros (+5,6 euros).

Un point haut à 1.754,40 dollars a été touché ce matin sur le comptant.

Chez Triland Metals, on note que l'encours global des ETF sur or s'est depuis le début de l'année accru de 695.000 onces (21,6 tonnes). “La fièvre de l'or se propage”, ajoute le courtier en métaux de Mitsubishi.

Chez MKS, à Genève, on estime que ce sont les spéculations de nouvelles interventions des banques centrales japonaise et suisse qui ont hier soutenu la hausse du métal jaune.

Important négociant et fondeur-affineur de métal précieux, MKS ajoute que la hausse de 11% de l'once enregistrée en janvier est la plus forte progression mensuelle depuis août 2011. Soit juste avant le sommet de tous les temps survenu en septembre.

Chez Heraeus, fondeur-affineur allemand qui produit notamment des lingots d'investissement, on note dans le dernier commentaire publié hier que 'la hausse des droits de douane exigés par l'Inde sur les importations d'or (à 2%) et d'argent (à 6%) n'a eu pratiquement aucun effet sur le marché' (voir ce commentaire daté du 18 janvier).

L'Inde est, avec la Chine, l'un des plus consommateurs d'or. Mais à la différence du second, le premier de ces pays n'en produit pratiquement pas et doit donc importer presque tout ce dont il a besoin.

Un effet baissier sur les prix est généralement la conséquence d'une telle décision, ajoute le spécialiste. Mais en les circonstances actuelles, 'le marché s'est rapidement focalisé sur des catalyseurs plus importants que sont la crise économique, la croissance et la demande de Chine tout spécialement à l'approche du Nouvel an chinois, et la saison des mariages en Inde', ajoute le groupe industriel basé à Hanau.

Selon Heraeus, la principale raison du récent regain de hausse de l'or est la décision de la Fed de reporter de 18 mois, à fin 2014, le terme de sa période de taux exceptionnellement bas qui dure, à son niveau actuel, depuis fin 2008. Le rendement de l'or étant nul (0%), la perspective prolongée d'un faible différentiel de rapport avec les produits monétaires et obligataires soutient mécaniquement le prix du métal jaune.

'Le coût d'opportunité de la détention d'or à long terme continuant d'être faible (...), les investisseurs de même que les spéculateurs de court terme se sont rués sur l'or', d'autant que les variations du dollar soutiennent cette tendance, explique Heraeus.

Le stock de lingots adossé à l'ETF aurifère américain SPDR Gold Shares américain était toujours stable hier soir, à 1.271,098 tonnes.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta ne changent pas leur opinion et réitèrent leurs objectifs : les 1.756 puis les 1.800 dollars constituent les prochaines résistances à surveiller.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : 185 dollars de gagnés depuis fin 2011.    Ven 3 Fév - 13:42

Cercle Finance le 03/02/2012 à 13:13


Le prix du métal jaune n'a de cesse de marquer des sommets pour cette jeune année 2012, sans guère prendre le temps de souffler. Et ce bien que janvier (+11%) ait connu la plus importante hausse mensuelle depuis août 2011. Au terme du premier fixing de ce vendredi 3 février à Londres, l'once de métal fin cotait 1.759,5 dollars (+ 8,5 dollars rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.335,48 euros (+ 3 euros).

Rappelons que le dernier fixing de l'année 2011 était de 1.574,5 dollars et de 1.217,05 euros, soit des hausses respectives de 11,75% et de 9,7%, suivant les prix londoniens.

Selon Triland Metals, le dernier discours de Ben Bernanke “semble avoir encore eu un effet positif sur les prix de l'or”. “Le président de la Fed estime qu'il faut ramener les finances publiques sur un chemin plus soutenable et appel à un 'armistice' entre les Républicains et les Démocrates. Il s'agit de s'assurer le la stabilisation, voire de la baisse, du ratio dette fédérale/PIB, sans toutefois peser sur la conjoncture qui reste fragile à court terme”, résument à ce propos les analystes d'Aurel BGC.

Triland, courtier en métaux de Mitsubishi, relève que ni l'or ni l'argent n'ont depuis le début de l'année connu la correction que de telles hausses appelleraient logiquement. Attention : généralement en pareil cas, le mouvement de consolidation est “rapide et vicieux”, prévient-il.

En attendant, le stock de métal précieux adossé à l'ETF aurifère américain SPDR Gold Shares américain a de nouveau grimpé de 1.271,09 1.277,14 à tonnes hier soir. Ce qui reste un niveau record depuis le 20 décembre.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta estiment que le prix de l'or s'avançait toujours plus avant “en territoire 'suracheté'”. Objectifs à surveiller : les 1.769, niveau sur lequel l'once avait sérieusement buté début décembre dernier, puis avait perdu près de 150 dollars dans les quatre semaines suivantes. Si ce niveau était débordé, la voie des 1.921 dollars serait ouverte, pronostiquent-ils. Support identifié à 1.720.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once gravite toujours autour des 1.720 dollars.   Mar 7 Fév - 13:25

Cercle Finance le 07/02/2012 à 13:47


Peu de tendance pour le métal jaune ce mardi, qui comme hier reste “scotché” aux environs immédiats des 1.720 dollars. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de référence de Londres, l'once 31,10 grammes de métal fin cotait 1.720 dollars (+ 1 dollar rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.308,98 euros (- 6,4 euros).

Triland note que le mouvement de vente survenu vendredi à la suite des bons chiffres de l'emploi américain de janvier n'a pas été suivi d'un rebond. L'once testait alors les 1.760 sinon les 1.770 dollars au comptant. Elle avait atteint, vendredi matin à Londres, son record annuel de 1.759,5 dollars.

Le courtier en métaux de Mitsubishi souligne cependant que sur le Comex, les investisseurs 'longs' ont accru leurs positions hebdomadaires d'un montant record depuis juillet 2011. “Une bonne partie des contrats ont probablement été achetée le jour où le FOMC (le comité de politique monétaire de la Fed) a annoncé l'extension de la période de taux d'intérêt bas, à la faveur duquel l'or a pris 60 dollars en quelques heures”, estime Triland.

L'or, dont le rendement est nul, profite mécaniquement du report de mi-2013 à fin 2014 des taux courts de la Fed situés dans la fourchette allant de 0% à 0,25%. Moins la différence entre le rendement de l'or (0%) et celui des produits de placement de taux est importante, plus la situation est favorable au métal précieux.

“Si cela est bien le cas”, continue Triland, “ces nouveaux investisseurs spéculatifs doivent perdre de l'argent dès que le prix de l'once repasse sous les 1.650 dollars”.

Evoquant l'orientation du prix du métal jaune depuis le début de l'année, les économistes de Natixis écrivaient vendredi dans la revue Commo Hebdo que 'cette progression paraît largement imputable à une forte demande chinoise avant et pendant les fêtes du nouvel an chinois. A Pékin, la commission du Commerce a indiqué qu'au cours de la semaine du nouvel an, les ventes d'or ont augmenté de près de 50% en glissement annuel'.

Et ils ajoutent : “les statistiques de Natixis indiquent que les importations indiennes d'or ont augmenté de 20% en 2011, à 1.224 tonnes. Au cours des deux dernières années, la demande indienne d'or a affiché une corrélation négative avec la valeur de l'or exprimée en roupie. Aussi, la récente appréciation de la roupie, qui a gagné 7% depuis le début de l'année, devrait soutenir la demande d'or indienne.”

L'Inde et la Chine sur les deux principaux consommateurs d'or au monde.

Lors d'une conférence organisée ce matin à Paris, Christophe Donay, stratège pour la banque suisse Pictet & Cie, préconisait d'exposer les portefeuilles au métal jaune à hauteur de 7%. Son objectif de 3.000 dollars l'once à l'horizon 2015 a par la même occasion été maintenu, en raison des politiques d'assouplissement quantitatif menés par les banques centrales.

Du côté des ETF aurifères, qui donnent une autre idée de l'appétence des investisseurs 'longs' pour le métal jaune, l'encours du SPDR Gold Shares américain était stable hier soir à 1.277,14 tonnes hier soir. Soit un point haut depuis un mois et demi.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta estiment que le niveau des 1.721/1.722 dollars correspond exactement au retracement de 50% de la tendance baissière courant d'août à septembre 2011 selon l'indicateur Fibonacci. Résistance à 1.769 dollars, support à 1.700 dollars.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once toujours cantonnée aux 1.720 dollars.    Mar 14 Fév - 12:46

Cercle Finance le 14/02/2012 à 13:33


Pas grand' chose de neuf sur le marché de l'or, à la veille d'une réunion de l'Eurogroupe portant notamment sur la Grèce. Au terme du premier fixing du jour à Londres, l'once de 31,10 grammes d'or cotait 1.721 dollars (+ 1 dollar rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.303,1 euros (+ 2,3 euros). De tels prix se maintiennent depuis la fin de la semaine dernière.

Prudence, commente MKS à Genève : “la montée des risques pourrait mener à quelques prises de bénéfices sur l'or. Toutefois, le métal reste soutenu par un bon niveau d'achats physiques, grâce notamment au souci de diversification et à la tenue des prix du pétrole”, indique le négociant helvétique.

Hier soir, Moody's a dégradé la note de la dette souveraine de l'Espagne de deux crans et celles du Portugal, de la Slovaquie, de la Slovénie, de Malte et de l'Italie d'un niveau. L'agence de notation a également décidé d'abaisser à 'négative' sa perspective sur les notations de la France, de l'Angleterre et de l'Autriche.

'Ces nouvelles dégradations viennent rappeler que la crise de la dette en zone euro est encore loin d'être achevée et risque d'affaiblir le regain d'optimisme qui a soutenu les marchés financiers depuis le début de l'année jusqu'aux signes d'essoufflement récents', commentait ce matin un bureau d'études parisien.

Cet évènement a priori positif pour l'or a conduit à une légère hausse des fixings en euros. Plus généralement, la banque canadienne Desjardins résumait ainsi la tendance récente dans un commentaire consacré aux matières premières : “la remontée des prix des matières premières s'est accélérée à la fin du mois de janvier alors que la Réserve fédérale (Fed) a annoncé qu'elle prévoyait garder son taux directeur au plancher jusqu'à tard en 2014. Cet engagement très agressif de la Fed a ramené certains doutes sur la solidité du dollar américain, une évolution positive pour les prix des matières premières, en particulier pour l'or”.

“Les perspectives moins favorables pour le dollar américain laissent même entrevoir que le prix de l'or pourrait demeurer encore un peu plus fort que nous ne le pensions précédemment et qu'il pourrait se situer en moyenne à 1 725 dollars US l'once pour l'ensemble de 2012”, prévoit Desjardins.

'Nous restons optimistes quant au prix de l'or en 2012”, estime de son côté Morgan Stanley. “Si la force actuelle du dollar pèse actuellement sur le prix de l'once en billets verts, nous nous attendons à une action agressive de la Fed, dont l'adoption d'un QE 3 au 1er semestre. Ce qui serait positif pour l'or même si le dollar continue de se renforcer'. La banque d'affaires américaine table sur une once à 1.845 dollars en moyenne cette année, puis 2.175 dollars en 2013.

Hier soir, l'encours de l'ETF aurifère américain, le SPDR Gold Shares, restait stable à 1.278,65 tonnes. Cet encours n'a plus connu de recul depuis le 23 janvier dernier, quand il se situait à 1.250,53 tonnes.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent que si l'once est restée stable ces derniers jours, elle a cependant cassé une ligne de support de court terme. Il s'agit “du premier avertissement d'une possible correction”, indiquent les spécialistes, qui ajoutent que la récente tendance de l'indicateur MACD plaide également en ce sens. Un support est identifié à 1.712 dollars.

“L'or ayant peu varié depuis sa correction du 3 février, nous maintenons une position 'neutre' tant que nous estimons possible une cassure des 1.700 dollars”, indiquent les analystes.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : repli de l'once malgré la Grèce et l'Iran.   Jeu 16 Fév - 13:07

Cercle Finance le 16/02/2012 à 12:42


Le prix de l'or consolidait ce matin après que les craintes souveraines grecques et celles sur l'Iran ne l'aient porté hier au-delà des 1.730 dollars. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de Londres, l'once d'or fin cotait 1.716 dollars (- 17 dollars rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.320,5 euros (- 4,1 euros).

Selon Triland Metals, des capitaux ont fuit hier la zone euro pour se réfugier sur l'or, et non pas sur le dollar, estimait le courtier en métaux de Mitsubishi.

En effet, l'espoir de règlement du “problème grec” a fait place à des craintes de défaut de paiement. Après le report de la réunion Eurogroupe/Grèce prévue mercredi, 'les investisseurs sont de plus en plus las des incertitudes provenant de l'Union européenne en général, et de la Grèce en particulier'. Toujours selon le cambiste, 'tout indique qu'aucun accord ne sera conclu le 20 février', date à laquelle la rencontre a été reportée. Il indique encore que des rumeurs indiquent que la Grèce ne recevrait les premiers trains d'aide financière qu'après les élections prévues en avril.

'Cela signifierait que la Grèce n'aura pas l'argent nécessaire pour honorer les échéances du 20 mars prochain', ce qui entraînerait un défaut de paiement.

Et devant l'Assemblée nationale, le ministre français des Affaires étrangères a déclaré hier que “le programme nucléaire militaire iranien constitue aujourd'hui l'une des plus graves menaces sur la paix non seulement de la région mais sur la paix du monde”, et que “nous avons la conviction que l'Iran continue à développer ce programme”

Ces évènements ont permis à l'once d'or de tester une résistance située vers 1.730 dollars. Mais cet essai n'aura pas été concluant.

En effet, on a appris ce matin, selon le Conseil mondial de l'Or, que la demande de métal jaune s'était légèrement contractée lors du dernier quart de l'année 2011.

Par ailleurs, l'encours de l'ETF aurifère américain, le SPDR Gold Shares, était stable hier à 1.278,26 tonnes.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta confirment qu'un support-clé se situe à 1.706 dollars, et une résistance à 1.752.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once hésite toujours autour des 1.780 dollars.    Ven 24 Fév - 13:37

Cercle Finance le 24/02/2012 à 13:22


Le prix de l'or fin hésitait toujours à dépasser, à Londres, la barre des 1.780 dollars qui, sur ce marché, reste inviolée depuis le 14 novembre dernier. Au terme du premier fixing de ce vendredi sur le marché de référence de Londres, l'once d'or fin cotait 1.778,5 dollars (+ 1,5 dollar par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.328,2 euros (- 9,1 euros).

La mauvaise orientation de l'once en euros intervient alors que le dollar, principale devise de négoce du métal jaune, connaît un regain de faiblesse contre la monnaie unique européenne : - 2,1% sur les cinq dernières séances. Sur la semaine, la hausse atteint 55,5 dollars et 18,7 euros.

En dollars en revanche, le mouvement des changes est plutôt favorable à la hausse. Au comptant, l'once est montée jusqu'à 1.784 dollars ce matin, quand parmi les contrats à terme, un point haut de 1.787,5 dollars a été touché hier, rapporte Triland Metals.

Depuis Londres, le courtier en métaux de Mitsubishi indique que la tendance du comptant reste aux achats sur repli, ce qui conduit à la poursuite du mouvement haussier. “Les achats de 'calls' continuent et soutiennent la dynamique haussière”, ajoutent-ils.

Dans une note datée du 22 février, la banque d'affaires américaine Goldman Sachs écrit que la hausse récente de l'or a certes amoindri son potentiel. Mais 'l'écart entre son prix actuel et ses fondamentaux reste suffisamment important pour que nous réitérions notre conseil”. Et ils poursuivent : 'nous nous attendons à ce que le prix de l'or continue à monter, étant donné le faible niveau des taux d'intérêt réels.' Les analystes continuent de conseiller de détenir des positions longues sur l'once et estiment qu'elle touchera les 1.940 dollars dans les douze prochains mois.

A petits pas, l'encours de l'ETF aurifère américain SPDR Gold Shares continue de grimper : il a pris hier soir 1,21 tonne par rapport au niveau de la veille et atteint maintenant 1.282,80 tonnes, ce qui est toujours un niveau record depuis le 14 décembre.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta estimaient hier que “si l'once dépassait en clôture les 1.785 dollars de manière substantielle, ce niveau se transformera en support”. La prochaine cible est est identifiée par ScotiaMocatta comme par Triland à 1.803 dollars. Support, pour le 1er des deux bureau d'études, à 1.758.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once toujours plus proche des 1.800 dollars.   Mer 29 Fév - 14:03

Cercle Finance le 29/02/2012 à 13:31


Nouveau record ce matin du cours londonien de l'or pour cette jeune année 2012. Au terme du premier fixing du jour du marché de Londres, l'once de métal fin fin cotait 1.788 dollars (+ 7 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.329,96 euros (+ 3,6 euros).

Notons que sur le marché au comptant, l'once a un instant, en fin de matinée, dépassé la barre des 1.790 dollars après l'annonce de la Banque centrale européenne (BCE).

L'établissement émetteur de Francfort a annoncé en fin de matinée qu'il avait alloué, au terme de sa 2ème opération de refinancement à trois ans dit LTRO, un total de près de 530 milliards d'euros de liquidités à 800 établissements, chiffres à comparer avec 489,2 milliards et 523 banques pour la première édition de l'opération, fin décembre. Soit légèrement plus qu'il n'était généralement prévu.

La dilution de la base monétaire induite par cette opération ne dépasse pas très sensiblement les attentes moyennes. Hier, certains intervenants s'attendaient à une hausse des matières premières si le montant alloué s'était approché des 700 milliards d'euros, ce qui n'est donc pas le cas. Cependant, le marché n'anticipait généralement pas que le “LTRO V2” dépasse en montant le “LTRO V1”. Bref, cette annonce s'avère donc légèrement favorablement pour le prix des actifs tangibles, comme l'or et le pétrole.

“Le marché suit doucement un chemin qui le mène dans la zone de résistance située entre 1.785 et 1.800 dollars”, notait hier soir Triland Metals, qui ajoute que le métal jaune semble depuis hier à la remorque du métal argenté.

Soulignons en effet le bond plus marqué que celui de l'or enregistré par l'argent, qui hier est passé au-dessus des 37 dollars l'once à Londres pour la première fois depuis septembre dernier. L'once de métal blanc a elle aussi marqué son nouveau record annuel, alors qu'elle ne valait que 28,8 dollars en début d'année.

Rien de neuf pour l'encours de l'ETF aurifère US SPDR Gold Shares, toujours stable hier soir à 1.284,61 tonnes.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta relèvent que l'indicateur RSI demeure haussier. La résistance à surveiller est toujours identifiée à 1.800 dollars.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : petite reprise de l'or, les ETFs au plus haut.   Mer 7 Mar - 13:32

Cercle Finance le 07/03/2012 à 13:44


C'est une bien modeste reprise que s'offrait l'once d'or sur le marché de Londres ce midi. On notera cependant que les encours des ETFs en or, eux, volent toujours de record en record et leur encours dépasse maintenant les 2.400 tonnes. Au terme du premier fixing de ce mercredi à Londres, l'once de 31,10 grammes cotait 1.682,5 dollars (+ 13,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.278,69 euros (+ 6,9 euros).

Par rapport aux cours constatés une semaine plus tôt, le mercredi 29 février (1.788 dollars l'once), l'once recule toujours de 105,5 dollars (- 5,9%). Le recul est nettement plus limité en euros, à - 51,3 euros (- 3,8%). Parallèlement, l'euro s'est repris de l'ordre de 1,5% face au dollar.

“La liquidation s'est poursuivie au travers l'ensemble du complexe des métaux précieux, les quelques rebonds constatés restant bien modestes”, peut-on lire dans le dernier commentaire de Triland Metals.

Le courtier en métaux de Mitsubishi rappelle que les positions dérivées restent cependant 'longues' sur le métal jaune.

Certes, toujours rien à signaler quant à la masse de lingots adossée à l'ETF (Exchange Traded Fund) aurifère SPDR Gold Shares, le 1er du genre par sa taille, qui hier soir pointait toujours à 1.293,68 tonnes.

Cependant à 2.406,31 tonnes, l'indice mesurant les encours cumulés d'une douzaine de produits du même type, qui permettent de jouer l'or depuis la Bourse en bénéficiant d'un adossement physique, marque un nouveau record. Triland le souligne d'ailleurs.

“Les incertitudes macro-économiques et géopolitiques combinées à des taux d'intérêts extrêmement bas continuent d'attirer de solides flux d'investissement vers les ETF sur or”, renchérit le négociant helvétique MKS. “Théoriquement, cette tendance devrait soutenir le cours de l'or, même si pratiquement cela n'a pas été le cas récemment”.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent que l'once a brisé le support-clé des 1.693 dollars. Le suivant est identifié à 1.656. Il existe un risque qu'une correction plus marquée ramène l'once à 1.625 dollars, jugent les spécialistes. “La chute de 100 dollars enregistrée en une semaine depuis les 1.790 dollars avertit de la tendance baissière sur l'once d'or”, écrivent les spécialistes. La ligne de tendance haussière à 3,5 ans se situe à 1.591 dollars, calculent-ils.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once patine au seuil des 1.700 dollars.   Mar 13 Mar - 13:42

Cercle Finance le 13/03/2012 à 13:28


La barre des 1.700 dollars semble toujours aussi difficile à reprendre pour le prix de l'or, surtout à Londres. Au terme du premier fixing du jour sur le marché londonien, utilisé par nombre de mines d'or et de banques centrales, l'once de 31,10 grammes de métal fin cotait 1.694,75 dollars (- 2,75 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.291,43 euros (- 1,8 euro).

Chez BNP Paribas CIB, on estime que les derniers propos de la Fed sont en partie responsables du dérapage des cours de l'or : 'Bernanke n'a fait aucune référence à de nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif dans son dernier discours, ce qui conduit le marché à réévaluer le calendrier d'un éventuel QE 3', par essence dilutif du point de vue des monnaies fiduciaires, et donc favorable aux actifs réels dont l'or fait partie.

Rien de neuf ne semble devoir intervenir de ce côté ce soir, alors qu'un comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed est prévu : “la réunion du conseil des gouverneurs de la Fed ce soir devrait décevoir les espoirs toujours portés par le consensus d'un nouveau Quantitative Easing (QE). L'inflexion notable dans le discours de Ben Bernanke depuis la dernière réunion de janvier, affichant un léger regain d'optimisme, devrait être confirmée ce soir, ce qui devrait renforcer encore la tendance haussière du dollar', confirme à ce propos un autre spécialiste.

Chez Triland Metals, on souligne la relative tranquillité qui règne sur le marché du métal jaune ces derniers jours. Le courtier en métaux londonien de Mitsubishi souligne que la semaine, le nombre de contrats dérivés “nets longs” sur l'or au COMEX a chuté de 64.326 lots à 211.291, ce qui constitue “la plus forte baisse hebdomadaire depuis avril 2004”.

Triland l'attribue à des intervenants récemment entrés sur les dérivés aurifères qui ont ensuite dû liquider leurs positions pour limiter leurs pertes, alors que le cours du métal se retournait.

En revanche, l'encours de métal amassé par les principaux ETF aurifères mondiaux continue de progresser : l'indice Gldtons, qui additionne les contreparties d'une douzaine de ces produits permettant de jouer l'or depuis la Bourse, a atteint hier 2.408,98 tonnes d'or, un nouveau record. Ce chiffre a progressé de 2,2% depuis le début de l'année et de 14% sur un an.

“D'un autre côté, les ETF atteignent de nouveaux records de tous les temps, les investisseurs de long terme restant placés sur l'or”, commente Triland. Les ETF aurifères font partie des véhicules utilisés par les investisseurs venus sur l'or pour y rester quelques temps, les “futures” et autres dérivés étant plus prisés par les intervenants plus “techniques”.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent que le prix de l'or ne montre plus guère de tendance marquée depuis son dérapage, fin février. Ils estiment que le prix de l'once reste vulnérable à un nouveau test du “support-clé” situé à 1.656 dollars. La prochaine résistance est localisée à 1.726 dollars.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once tentée par les 1.700 dollars.   Mar 27 Mar - 13:17

Cercle Finance le 27/03/2012 à 12:38


Au plus haut depuis le 13 mars, l'or a encore du chemin à parcourir avant de retrouver son record annuel proche de 1.800 dollars. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de référence de Londres, l'once cotait 1.694 dollars (+ 13,75 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.266,54 euros (+ 5,3 euros).

Rappelons que selon les cours de Londres, l'once avait commencé par monter jusqu'à 1.788 dollars le 29 février, son record de l'année. Ce même jour, un discours plutôt positif de Ben Bernanke sur la santé de l'économie américaine avait douché les espoirs de lancement d'un 3ème plan d'assouplissement quantitatif (“QE 3”), évènement par nature dilutif d'un point de vue monétaire et donc favorable aux valeurs intangibles. L'or, valeur-refuge qui à la différence des devises fiduciaires ne peut être reproduit à l'infini, en avait pâtit au point de retomber à 1.635 dollars jeudi dernier.

“La récente appréciation du dollar a donc largement contribué à la baisse des cours de l'or”, indique aussi Natixis dans le dernier numéro de Commo Hebdo, puisque le mois dernier, et à l'inverse de la situation qui prévaut habituellement, “les cours de l'or ont affiché une forte corrélation négative avec le dollar.”
Mais le son de cloche pourrait bien changer du côté de la Fed Le président de la Fed a expliqué hier en substance qu'une poursuite de la politique accommodante demeurait nécessaire face aux faiblesses du marché du travail américain. La perspective éventuelle d'un 3ème plan d'assouplissement quantitatif (“QE 3”) fait donc de nouveau l'objet de spéculations.

“La vision très pessimiste du marché du travail du président de la Fed a relancé les anticipations de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire, tel qu'un 'QE3' ou au moins l'achat de RBMS (Residential Backed Mortgage Securities, titres obligataires immobiliers) 'stérilisés' sur les marchés”, commentent les analystes d'Aurel BGC.

D'ailleurs, le courtier en métaux de Mitsubishi, Triland Metals, estime que le mouvement d'achat qui a porté l'once hier était lié “aux fanas du QE 3”. Il souligne aussi que les volumes ont été, à la faveur de ce discours tenu dans l'après-midi, un peu plus élevés que d'habitude.

Avant la survenance de ce discours, nombre d'intervenants, dont Anne-Laure Tremblay, stratégiste Métaux précieux pour BNP Paribas CIB, maintenaient cependant leurs anticipations pour le métal jaune. La stratégiste confirmait ainsi, le 22 mars dernier, ses prévisions de cours de l'once, soit 1.850 dollars en moyenne en 2012 et 2.225 dollars pour 2013.

Reste la difficile question de l'Inde, l'un des tous premiers consommateurs d'or au monde. Le gouvernement a la semaine dernière décidé de relever de la taxe indienne sur les importations de métal jaune à 4% à compter du 1er avril, contre un taux précédent de 2% déjà doublé en janvier. En réaction, nombre de bijoutiers ont entamé une grève encore suivie par 75% de la profession hier, selon le négociant en métaux fins genevois MKS. “Les importations (indiennes, le pays important pratiquement tout l'or qu'il consomme, NDLR) de mars devraient tomber à 25-30 tonnes contre 75-80 tonnes un an plus tôt”, rapporte MKS.

Selon Natixis, cette décision de l'Inde “vise essentiellement à réduire les sorties de capitaux sur le marché des changes, et dans le même temps l'important déficit de la balance courante. Selon le ministre des finances, 'un des principaux facteurs de l'actuel déficit de la balance courante est la croissance de près de 50% des importations d'or et autres métaux précieux au cours des trois premiers trimestres de l'année (fiscale)'”, peut-on lire dans la revue Commo Hebdo.

“Historiquement, la modification des taxes et des réglementations a peu d'impact sur la demande indienne d'or. Part intégrale de la culture indienne, les commerçants sont généralement parvenus à opérer malgré les différentes restrictions qui leur ont été imposées. De ce fait, nous ne pensons pas que les nouvelles mesures auront un fort impact sur la demande indienne”, pronostique Natixis.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta rappellent que la moyenne mobile à 200 jours se situait hier à 1.687 dollars. Mais la configuration technique de l'or leur semble toujours fragile. Il s'agit d'un indicateur technique largement suivi pour départager les tendances de long terme. Bornes à surveiller : le premier support est identifié à 1.656 dollars, la résistance à 1.717.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once au plus bas depuis début janvier après la Fed.   Mer 4 Avr - 12:58

Cercle Finance le 04/04/2012 à 13:32


Après les minutes de la Fed et alors que l'Inde et la Chine sont inscrites aux abonnés absents, le prix de l'or chutait de nouveau ce mercredi. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait 1.631,75 dollars (- 44,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.239,65 euros (- 18,8 euros).

En billets verts, il faut remonter jusqu'au matin du 10 janvier pour retrouver la trace d'un “fix” plus bas que celui de ce matin.

Il ressort en effet des 'minutes' du dernier comité de politique monétaire (FOMC), publiées hier soir, que la Fed considère que de nouvelles mesures de soutien à l'économie ne revêtent aucun caractère d'urgence alors que la croissance s'est accélérée en fin d'année 2011 aux États-Unis.

'Dans l'immédiat, les investisseurs vont devoir se désintoxiquer de la drogue liquidité. La Fed ne devrait plus augmenter la taille de son bilan, en l'absence de nouvelles injections de liquidités', prévient Barclays Bourse.

Nombre d'intervenants tablaient récemment encore sur un nouveau train de mesures d'assouplissement quantitatif, le fameux “QE3”, dont la perspective s'éloigne de nouveau. Dilutive pour le dollar, cette éventualité aurait par ricochet probablement fait monter le cours relatif de l'euro, ainsi que les valeurs disponibles en quantités limitées, comme le pétrole et l'or. La dilution monétaire était souvent identifiée comme un facteur clé dans la hausse récente de l'or par les analystes.

Rappelons que le plus haut annuel de l'once, soit 1.788 dollars à Londres, date justement du 29 février, date à laquelle Ben Bernanke a commencé à éloigner l'hypothèse du “QE 3”. Depuis lors, l'once a perdu plus de 150 dollars, soit 8,7%. En euros, sur la même période, le recul est de 6,8%.

Un analyste relève d'ailleurs que le cours de l'or a chuté immédiatement après que la Fed ait rendu public ce compte rendu.

Pour ne rien arranger, ajoute Triland Metals depuis Londres, “les Chinois sont absents du marché (pour cause de fêtes pré-printanières, ndlr) et la demande indienne reste limitée en raison de la grève de bijoutiers”, qui protestent contre le doublement des droits d'importation sur l'or par New Delhi. Depuis Genève, le négociant MKS confirme.

En effet, ces deux grands pays émergents concentrent la majorité de la demande mondiale de métal jaune. Selon Conseil mondial de l'or, en retenant la demande de bijouterie et d'investissement, soit l'écrasante majorité de l'ensemble, l'Inde a en 2011 absorbé 933,4 tonnes d'or, un chiffre en baisse de 7% représentant 27% d'un total mondial de 3.450 tonnes. La Chine au sens large arrive en seconde position à 811,2 tonnes (+22%), soit 23,5% du total planétaire. La Chine est passée devant l'Inde durant le 4ème trimestre.

MKS rapporte que “les fonds américains étaient derrière le (récent) rally de l'or”. Le retournement du marché a pu conduire ces derniers à liquider leurs positions devenues perdantes, renforçant ainsi le mouvement de baisse.

Rien de neuf du côté de l'encours de métal adossé aux produits d'investissement que sont les ETF sur or, toujours stables à 2.396,51 tonnes hier pour la douzaine des plus gros d'entre eux. Ce volume est toujours en hausse de 1,7% depuis le début de l'année et de 13% sur un an, son record absolu datant du 13 mars dernier à 2.410,19 tonnes.

D'un point de vue technique, ScotiaMocatta identifiait hier soir un support à 1.628 dollars. Il a été testé sur le marché au comptant ce matin.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : légère reprise de l'once, test des 1.660 dollars.    Mer 11 Avr - 12:55

Cercle Finance le 11/04/2012 à 13:39


Au terme du premier fixing du jour à Londres, l'once d'or cotait 1.654 dollars (+ 10 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.261,63 euros (+ 6,1 euros). Sur le marché au comptant, le métal tente actuellement de déborder les 1.660 dollars, sans succès durable pour l'instant.

Chez Triland Metals, on commentait hier soir que “les achats (d'or) ont été, une fois encore, soutenus par l'espoir que les 'fanas du QE' reçoivent une autre dose de stimulus monétaire de la part de la Fed”, après les chiffres décevants des créations de postes de mars aux Etats-Unis. Attention, avertit le courtier en métaux de Mitsubishi : “un chiffre ne fait pas la tendance”.

Chez le fondeur-affineur allemand Heraeus, on estimait hier que la principale raison de la récente chute de l'or était la grève des bijoutiers indiens, qui aura duré plusieurs semaines. Pr ce pays était l'an dernier, du moins jusqu'au 3ème trimestre, le premier débouché mondial pour le métal jaune.

'L'an dernier, l'Inde a importé un record de 969 tonnes de métal et en janvier le gouvernement avait déjà augmenté la taxe à l'importation de 90%', écrit Heraeus. Rappelons que l'Inde avait, en début d'année, modifié la fiscalité sur les importations d'or en faisant passer une taxe au poids représentant un peu plus de 1% du montant de l'import à une nouvelle taxe représentant 2% du montant.

Puis un récent projet de New Delhi était, afin de limiter le déficit commercial dans lequel l'or jour un grand rôle, de faire passer ce taux de 2% à 4% au 1er avril. Cette perspective avait entraîné la colère des bijoutiers indiens et une grève de plusieurs semaines suivie par 85% des 300.000 bijoutiers et détaillants que comptait le pays.

Au final, la taxe indienne pourrait pratiquement quadrupler en l'espace de trois mois. Le projet pourrait être écarté, ce qui a provoqué la levée de la grève samedi. Mis rien n'est encore acté.

Heraeus ajoute que la Turquie, autre pays émergent important, entend faire en sorte que les épargnants déposent leurs investissements en or dans les banques du pays via des comptes-métal. Le but : renforcer la solidité financière des établissements et permettre d'accorder davantage de prêts.

Reste que le déterminant central pour l'or est actuellement constitué des discours de la Fed, tantôt dans le sens de la hausse comme jusqu'à fin février, tantôt dans celui de la baisse.

Heraeus indique que chez Goldman Sachs, les analystes tablent sur une once à 1.840 dollars d'ici six mois et sur un prix de 1.940 dollars d'ici 12 mois. Ce dernier chiffre est plus élevé que le record absolu situé vers 1.920 dollars qui fut touché sur le marché au comptant, en septembre dernier.

Le fondeur ajoute que tout le monde n'est pas aussi optimiste : chez UBS, la prévision moyenne pour 2012 a été abaissée de 2.050 à 1.691 dollars, rapportent-ils. Argument principal : la reprise de l'économie américaine semble soutenable et l'avenir de la demande indienne serait sujette à caution. A suivre...

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent que l'once, à 1.661 dollars, avait terminé hier soir sur le marché au comptant, juste au-dessus de la borne haute de son canal baissier de court terme. Un facteur qui affaiblit donc une configuration négative à brève échéance, sans qu'elle ait disparu pour autant. Prochaine résistance : 1.683.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Or : vif rebond, les 1.120$ en ligne de mire.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Or : vif rebond, les 1.120$ en ligne de mire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un compte pro obligatoire en cas de boutique en ligne ?
» Une boutique en ligne
» MOTEUR EN LIGNE
» Jouer du piano en ligne
» Conditions pour l'ouverture d'un boutique en ligne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Buzz-Trading  :: Produits Financiers :: Devises et Matières premières (Pétrole, OR...)-
Sauter vers: