Buzz-Trading

Bourse, Investissement, Trading, Analyses fondamentale et technique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Rechercher sur le site Amazon.fr
Meilleures Ventes
Boutique DVD
Plaisir d’Offrir
High-Tech
Coup de Coeur
MP3
Facebook

Partagez | 
 

 Or : vif rebond, les 1.120$ en ligne de mire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : nouveaux plus hauts absolus avec le repli boursier.   Jeu 18 Aoû - 14:39

Cercle Finance le 18/08/2011 à 16:26


De nouveau très recherché avec le décrochage des marchés d'actions, l'or a établi de nouveaux record jeudi, certains voyant désormais le métal jaune atteindre la barre symbolique des 2000 dollars l'once.

Sur le COMEX, l'once d'or se traite en ce moment à 1824,4 dollars, ce qui constitue un nouveau plus haut absolu.

Le précieux métal a nettement accéléré après la parution d'une série de statistiques déprimées aux Etats-Unis, illustrant les difficultés de l'économie américaine.

'Le sujet de la dette est devenu central au cours des derniers mois', rappellent ce matin les analystes de BofA-Merrill Lynch'.

'Beaucoup des problèmes d'endettement sont structurels par nature, ce qui signifie que l'incertitude qui entoure les dettes souveraines devraient continuer à influencer les prix des métaux dans les années à venir', ajoutent-ils.

Le bureau d'études affiche un objectif de cours à 12 mois de 2000 dollars l'once, anticipant une poursuite de la diversification des réserves de la part des banques centrales et une accélération des achats d'or, notamment de la Chine.



_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 18/08/2011 à 20:30   Jeu 18 Aoû - 21:19

L'or grimpe au-dessus de 1.825 dollars l'once, un nouveau record :



Le prix de l'or a grimpé pour la première fois au-dessus de 1.825 dollars l'once jeudi, accélérant ses gains face à un effondrement général des places boursières, alors que des indicateurs américains décevants exacerbaient les inquiétudes sur la croissance économique mondiale.

Vers 14H10 GMT (16H10 à Paris), le cours de l'once d'or est monté à 1.826,10 dollars sur le marché au comptant, un nouveau sommet historique, après avoir franchi le seuil inédit des 1.815 dollars deux heures auparavant. Vers 15H30 GMT, il évoluait autour de 1.820 dollars.

"Il y a de nouveau un vent de panique sur les marchés", a expliqué à l'AFP Ian O'Sullivan, analyste de la société financière britannique Spread Co : la dégringolade des places boursières (qui ont dévissé de plus de 5% en séance à Paris, Madrid, Londres ou encore Francfort) a poussé les investisseurs à se réfugier vers le métal jaune, valeur refuge par excellence.

Le yen et le franc suisse, autres valeurs refuges, grimpaient également sensiblement, tandis que les taux obligataires américains à 10 ans tombaient à leur plus bas niveau historique, plébiscités par des investisseurs paniqués.



Les marchés financiers, déjà plombés par un regain d'inquiétude sur la situation économique mondiale, ont été mis à terre par une salve d'indicateurs économiques décevants aux Etats-Unis.

Les inscriptions au chômage ont augmenté la semaine dernière, l'inflation s'est accélérée, les reventes de logements ont rechuté en juillet, et l'indice mesurant l'activité manufacturière de la région de Philadelphie (Nord-Est des Etats-Unis) pour le mois d'août s'est effondré.

"Il y a sur les marchés un sentiment que l'environnement économique devient dangereux, et une impression croissante que les responsables politiques échouent à répondre aux enjeux de la crise, aux Etats-Unis comme en Europe", observait Ross Norman, analyste du courtier spécialisé Sharps Pixley.

Le mini-sommet franco-allemand de mardi n'avait pas réussi à apaiser les esprits sur la crise des dettes en zone euro, tandis que les craintes sur la vigueur économique de la région s'accentuaient, après l'annonce mardi d'une croissance atone au deuxième trimestre (+0,2%).

"L'or n'est pas seulement un actif refuge en pleine crise mais constitue aussi un clair baromètre de la confiance des marchés, et le bond d'aujourd'hui laisse apercevoir la perspective d'une possible seconde crise économique (après celle de 2008), potentiellement plus dommageable", ajoutait M. Norman.

Exacerbant les préoccupations des investisseurs face à des perspectives économiques moroses, les analystes de Morgan Stanley ont revu jeudi à la baisse leur prévision de croissance mondiale pour 2011 (+3,9% contre +4,2% auparavant), estimant que les Etats-Unis et la zone euro "étaient dangereusement proches de la récession".

"L'or n'en a pas fini avec sa solide ascension, car il sert de bouclier face aux menaces inflationnistes", expliquait de son côté Simon Denham, directeur de la société Capital Spreads.

Ces dernières menaces étaient ravivées jeudi par l'annonce d'un bond des prix à la consommation en juillet (+0,5%) aux Etats-Unis, selon des chiffres publiés à Washington par le département du Travail, alors que les analystes tablaient sur une hausse beaucoup plus faible.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 19/08/2011 à 10:47   Ven 19 Aoû - 12:13

L'or grimpe à un nouveau sommet historique, à plus de 1.860 dollars l'once :


Le prix de l'or grimpait fortement vendredi, se hissant pour la première fois au-dessus de 1.860 dollars l'once, profitant de son statut de valeur refuge face à une nouvelle débâcle des places boursières européennes au lendemain d'un jeudi noir.

Vers 07H45 GMT, le cours de l'once d'or est monté à 1.867,95 dollars sur le marché au comptant, un niveau sans précédent, dépassant son précédent record enregistré jeudi à 1.828,80 dollars.

Le métal jaune engrangeait plus de 40 dollars l'once depuis le début des échanges asiatiques, grand bénéficiaire comme la veille de la déroute des marchés d'actions.

Les Bourses asiatiques ont ainsi terminé en fort repli, Séoul plongeant même de 6,22%, et les places européennes leur ont entonné le pas: vers 07H45 GMT, la Bourse suisse chutait de plus de 4% et celles de Londres, Paris, Francfort et Madrid reculaient de plus de 3%.

"Les investisseurs préfèrent se tourner vers l'or en tant qu'actif physique", dont la valeur n'est adossée à aucun émetteur, "et particulièrement en cas de fort accès de nervosité sur les marchés financiers", commentait Andreï Kriouchenkov, analyste de VTB Capital.

Après leur effondrement de jeudi, les marchés boursiers restaient chahutées par les inquiétudes sur l'économie américaine, après une salve d'indicateurs en berne, montrant notamment une stagnation de l'immobilier, une remontée du chômage et un plongeon en août de l'activité manufacturière de la région de Philadelphie

Exacerbant la fébrilité des opérateurs, les analystes de Morgan Stanley avaient estimé jeudi que les Etats-Unis et la zone euro était "dangereusement proches de la récession".

Le métal jaune, qui représente un bon bouclier face à la volatilité des marchés et des devises, continuait de jouer son rôle de valeur refuge, aux côtés d'autres actifs considérés comme plus sûrs par les investisseurs, tels que le yen et le franc suisse, ou les obligations d'Etat américaines et allemandes.

"Tout dépend de la perception de l'environnement macro-économique (par les opérateurs), mais tant que l'aversion pour le risque se renforcera, l'or pourrait grimper encore davantage... notamment si on assiste à une montée du risque de défaut sur certaines dettes souveraines de la zone euro", ajoutait M. Kriouchenkov.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 22/08/2011 à 23:02   Lun 22 Aoû - 21:41

L'or grimpe à un nouveau sommet, approche 1.900 dollars l'once :



Le prix de l'or est monté lundi à un nouveau record, approchant pour la première fois 1.900 dollars l'once, dopé par un cocktail d'inquiétudes sur la vigueur de l'économie mondiale, la crise des dettes de la zone euro et les incertitudes géopolitiques dans le monde arabe.

Le cours de l'once d'or s'est élevé jusqu'à 1.897,90 dollars vers 19H50 GMT sur le marché au comptant, un niveau sans précédent, balayant son précédent record à 1.878,15 dollars enregistré vendredi.

"Le seuil psychologique important de 1.900 dollars devrait être testé très bientôt dans le climat économique actuel (...) L'incertitude et la nervosité restent élevées parmi les investisseurs", les poussant vers la valeur-refuge par excellence qu'est l'or, observaient les analystes de Commerzbank.

Les marchés financiers restaient agités par le spectre d'un retour en récession de l'économie aux Etats-Unis comme en Europe, tout comme par les développements de la crise de la dette au sein de la zone euro.

Ces inquiétudes avaient provoqué de violents décrochages des places boursières mondiales la semaine dernière et fait bondir le cours du métal jaune, réputé être un bon bouclier contre la volatilité des devises et des marchés d'actions.

"Avec une nouvelle salve d'indicateurs macroéconomiques aux Etats-Unis cette semaine (...) la menace d'indicateurs en berne sur les commandes de biens durables (jeudi) ou le Produit intérieur brut (dont la deuxième estimation pour le deuxième trimestre est attendue vendredi, ndlr) devrait probablement peser sur l'humeur des investisseurs", commentait James Moore, analyste chez Fast Markets.

Aux incertitudes sur l'économie mondiale s'ajoutait par ailleurs un regain de tensions géopolitiques dans le monde arabe, relevaient les experts de Commerzbank, notant que "la crainte d'une contagion du conflit israélo-palestinien dans la région" contribuait à soutenir le prix de l'or.

Une flambée de violences entre Israël et la bande de Gaza est intervenue jeudi après des attaques perpétrées dans le sud d'Israël près de la frontière égyptienne.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 23/08/2011 à 08:18   Mar 23 Aoû - 6:46

L'or franchit le seuil des 1.900 dollars l'once, pour la première fois :



L'or a franchi mardi matin un nouveau record, franchissant le seuil des 1.900 dollars l'once pour la première fois de son histoire, lors des échanges à Hong Kong.

Le métal jaune ne cesse de progresser depuis plusieurs jours, attirant les investisseurs inquiets à propos de la santé de l'économie mondiale, la crise des dettes de la zone euro et les incertitudes géopolitiques dans le monde arabe.

L'once d'or valait 1.914,50/1.915,50 USD mardi en fin de matinée à Hong Kong (vers 03H30 GMT), après avoir ouvert à 1.898/1.899 USD.

Les marchés financiers craignent un retour en récession de l'économie aux Etats-Unis comme en Europe, et sont inquiets des développements de la crise de la dette au sein de la zone euro.

Ces turbulences ont provoqué de violents décrochages des places boursières mondiales ces deux dernières semaines et fait bondir le cours du métal jaune, réputé être un bon bouclier contre la volatilité des devises et des marchés d'actions.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 23/08/2011 à 15:04   Mar 23 Aoû - 13:49

L'or franchit pour la première fois le seuil des 1.900 dollars l'once :


L'or a franchi pour la première fois mardi le seuil des 1.900 dollars l'once, enregistrant un nouveau record alors que les inquiétudes sur la vigueur de l'économie mondiale et la crise des dettes en zone euro alimentent toujours la nervosité des investisseurs.

Le prix de l'once d'or a atteint 1.913,50 dollars vers 03H30 GMT, un sommet sans précédent.

Il a ensuite fortement limité ses gains, et vers 12H00 GMT, en cours d'échanges européens, il évoluait autour de 1.878 dollars.

Les marchés financiers redoutent un retour en récession de l'économie aux Etats-Unis comme en Europe, et restent inquiets des développements de la crise de la dette au sein de la zone euro.

Ces turbulences ont provoqué de violents décrochages des places boursières mondiales ces deux dernières semaines, alimentant l'envolée du cours du métal jaune : cette valeur refuge par excellence est réputée être un bon bouclier contre la volatilité des devises et des marchés d'actions.

"L'approche du seuil historique des 2.000 dollars l'once devrait encore attirer de nouveaux acheteurs", observaient les analystes de Commerzbank.

"Il y a un va-et-vient entre les investisseurs qui arrivent sur le marché de l'or (poussés par les incertitudes économiques) et ceux qui sont tentés de prendre des bénéfices à chaque nouveau record", estimait de son côté Ross Norman, analyste du courtier spécialisé Sharps Pixley.

Selon lui, les marchés gagnent en nervosité à quelques jours d'un discours très attendu du président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, qui s'exprimera vendredi depuis Jackson Hole, dans l'ouest des Etats-Unis.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once perd environ 200 dollars en trois jours.   Jeu 25 Aoû - 12:15

Cercle Finance le 25/08/2011 à 14:07


A la veille du discours très attendu discours de Ben Bernanke à Jackson Hole, et après un relèvement sensible des appels de marge sur les dérivés aurifères américains et chinois, une puissante correction du prix de l'or se poursuivait. Au terme du premier fixing sur marché de référence de Londres de ce jeudi matin, l'once de 31,10 grammes cotait 1.716,50 dollars (- 53,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.191,04 euros (- 33,02 euros). Selon les cambistes de Pictet & Cie, il s'agit de “la plus forte baisse depuis 1980 !”.

Chez Triland Metals, on parle de “ventes de panique” identifiées hier, au moment du second fixing quotidien londonien : “un important ordre de vente placé en vue du second fixing a provoqué une vague de prise de bénéfices”, indique le courtier en métaux de Mitsubishi.

Les supports ont alors sauté les uns après les autres, dans des volumes “extrêmement élevés” : plus de 290.000 lots échangés à 17 heures (heure de Londres) au moment du second “fix”, selon Triland. Un “lot” sur le COMEX représentant 100 onces d'or, 290.000 lots équivalent à la négociation de contrats représentant un volume de 900 tonnes de métal jaune environ.

Il s'agit indubitablement d'un sévère recul pour l'once, qui selon les fixings de Londres a atteint un record historique en dollars de 1.886,5 dollars, le matin du mardi 23 août. Depuis cette date, elle a chuté de 170 dollars et de 110 euros. Cependant, depuis le début de l'année, l'once progresse toujours plus de 300 dollars et d'environ 140 euros.

La correction est plus brutale encore si l'on retient les maxima atteints sur les marchés au comptant. Si l'once n'a pas dépassé les 1.900 dollars selon les cours de Londres, référence pour les échanges physiques de lingots, elle avait culminé en début de semaine aux environs de 1.918 dollars sur spot.

Sur ce même marché, les 1.702 dollars ont été touchés en matinée.

“Des acheteurs sont en position d'attente, mais on ne sait pas encore s'ils vont se placer maintenant ou attendre encore aux niveaux actuels. C'est toute la question”, indique Triland.

Les encours des ETF aurifères, ces produits permettant de se placer sur une contrepartie en or physique depuis les marchés boursiers, sont franchement repartis en baisse. Celui du SPDR Gold Shares, le 1er d'entre eux, a baissé en 24 heures de 27,3 tonnes pour revenir à 1.232,31 tonnes, alors qu'il avait atteint les 1.309,92 tonnes le 9 août dernier, niveau à comparer avec un record absolu de 1.320,44 tonnes datant de fin juin 2010.

Du côté de l'indice Gldtons, qui additionne les encours d'une dizaine de produits de ce type, on pointe à 2.154,7 tonnes contre 2.214 le 18 août dernier.

Selon les analystes techniques de ScotiaMocatta dont le commentaire date de la clôture du spot américain, le signal de retournement de la veille a été confirmé. Ils écrivaient hier soir que la rupture du support des 1.729 dollars, qui avait tenu hier, donnerait le signal d'une correction plus prononcée. Leur opinion passe donc baissière à court terme. Le premier support est identifié à 1.707 dollars, et la première résistance à 1.871.

Triland rappelle que des mouvements aussi amples réduisent sensiblement la portée des signaux techniques.

Chez MKS Finance, négociant en métaux fins basé à Genève et également propriétaire de la fonderie PAMP, le dernier commentaire reste optimiste : “cette correction semble similaire aux précédentes, c'est-à-dire de nature momentanée, étant donné le tableau d'ensemble macro-économique”.

On peut aussi imaginer que les scénarios de mise en place d'un “QE III” par la Fed, en vogue ces derniers jours, font l'objet d'âpres supputations sur le marché en vue du très attendu discours de Ben Bernanke, demain à 16 heures (heure de Paris).
Si certains parient sur un QE III, d'autres contestent : “la Réserve fédérale ne devrait pas annoncer de nouveaux stimuli pour l'économie cette semaine”, pronostiquait Pictet & Cie ce matin. 'Notre scénario de base est que Bernanke reconnaîtra l'existence de risques vis-à-vis de la croissance, sans pour autant proposer de véritable plan d'action', abonde Jabaz Mathai chez BofA-Merrill Lynch.

La dilution monétaire massive que supposerait un nouveau plan d'assouplissement quantitatif devrait, comme les versions précédentes, soutenir l'économie et les prix des marchés d'actifs, dont les matières premières comme l'or.

Autre phénomène à la portée sensible : confirmant les rumeurs, le CME, l'opérateur de marché US gérant les places de produits dérivés COMEX et Nymex, a relevé hier de 27,2% les appels de marges nécessaires pour négocier la totalité des contrats sur or qu'il propose. Ces nouveaux tarifs s'appliqueront dès la fin de journée de ce jeudi 25 août et vont donc renchérir de nouveau les prises de position sur les dérivés aurifères.

Mardi, la Bourse de l'or de Shanghai avait fait de même avec les appels de marge sur les contrats à terme sur or, le relèvement du collatéral exigible de plus de 10% étant valable dès demain vendredi.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : reprise de l'once après le test des 1.700 dollars.   Ven 26 Aoû - 11:45

Cercle Finance le 26/08/2011 à 13:18

Après une chute aussi vertigineuse qu'inouïe depuis environ trois décennies, l'heure était à la reprise sur le marché de l'or. Au terme du premier fixing londonien de la journée, l'once de 31,10 grammes cotait 1.787 dollars (+ 58 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.191,04 euros (+ 36,5 euros).

Après avoir atteint en début de semaine un record historique situé sur le marché spot aux environs de 1.918 dollars, l'once a chuté jusqu'à 1.702 dollars trois jours plus tard.

Les cambistes de Pictet & Cie se font ce matin l'écho des étranges rumeurs baissières qui ont pu circuler des derniers jours sur les marchés, “avec notamment la vente du métal jaune par Mouammar Kadhafi, mais aussi la vente de lingots par les banques centrales, afin de financer le plan de sauvetage grec.”

En outre, le relèvement sensible des appels de marges par les marchés de produits dérivés sur l'or chinois (le Shanghai Gold Exchange) et américain (CME) à très courte échéance a incité les opérateurs qui ne pouvaient s'y conformer à vendre leurs positions.

“La décision du CME de relever les appels de marge de 27% sur les contrats à terme sur l'or, pour la 2ème fois du mois, a aussi induit une pression baissière sur les prix”, commentent MKS Finance, négociant helvétique en métaux fins et propriétaire du fondeur PAMP.

MKS explicite : les spéculateurs intervenant sur le Comex devront effectuer un dépôt initial de 9.450 dollars contre 7.425 dollars précédemment pour chaque position sur chaque “lot”, qui correspond à 100 onces d'or.

“En agissant de la sorte, le CME vise à freiner la spéculation en rendant plus coûteuse [de 27,3% en l'espèce] la détention d'une même position sur or”, indiquent-ils, en ajoutant que des corrections de ce genre attirent généralement en masse les acheteurs de métal physique, qui se ruent alors vers les comptoirs.

“Cette correction était attendue, suite à l'interminable liste de records enregistrés depuis le début de l'année”, ajoute Pictet.

Triland Metals écrit que “durant cette phase de liquidation, nombreux ont été ceux qui ont opté pour l'argument 'il existe une bulle sur l'or'”, comme tel a souvent été le cas lors des corrections qui ont émaillé le marché haussier du métal jaune depuis 10 ans. “Cependant, les facteurs techniques et fondamentaux restent en place”, comme les craintes souveraines “qui ne vont pas s'évanouir par magie.”

Selon Triland, la tendance haussière de long terme reste en place tant que les 1.550 dollars n'auront pas été cassés. “Le marché est toujours haussier et nombreux étaient ceux qui attendaient la saine correction qui vient de se produire”, ajoute Triland.

L'encours de l'ETF aurifère SPDR Gold Shares a cessé de reculer hier soir et est resté stable à 1.232,31 tonnes.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent la clôture du spot US à 1.758 après un point bas à 1.702. Ils calculent que la ligne basse du canal haussier à trois ans se situe à 1.694, niveau qui constitue un support solide.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 06/09/2011 à 09:53   Mar 6 Sep - 8:07

L'or bat un nouveau record, à plus de 1.920 dollars l'once :


Le prix de l'or a battu mardi un nouveau record absolu, se hissant à 1.921,17 dollars l'once vers 06H15 GMT, jouant plus que jamais son rôle de valeur refuge alors que les marchés sont à nouveau en pleine tourmente.

Son précédent sommet historique avait été enregistré le 23 août, à 1.913,50 dollars l'once.

L'or a bondi de 90 dollars en moins de trois jours, dopé en particulier par les chiffres décevants sur l'emploi aux Etats-Unis, qui ont renforcé les inquiétudes sur la vigueur de la première économie mondiale et fait plonger les marchés boursiers.

Le regain de préoccupation sur les dettes souveraines en zone euro et la solidité des banques européennes a aussi contribué à faire grimper le cours, ont noté les analystes.

"Face à un scénario de retour en récession (aux Etats-Unis et en Europe), l'or devrait conforter son attrait pour les investisseurs; il est vu comme une forme d'assurance contre les incertitudes persistantes" de la conjoncture économique, a rappelé Robin Bhar, analyste du Crédit Agricole.

Le métal jaune, dont la valeur intrinsèque n'est adossée à aucun émetteur, est considérée comme un bon bouclier contre la volatilité des Bourses, des devises et des obligations d'Etat.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : nouveau rebond au-delà des 1.800 dollars.   Mer 14 Sep - 12:28

Cercle Finance le 14/09/2011 à 13:34

Le prix de l'or s'essayait de nouveau à la hausse après avoir rebondi sur un seuil technique situé juste au-dessous des 1.800 dollars. Au terme du 1er fixing du jour sur le marché de Londres, l'once de métal jaune cotait 1.829 dollars (+ 9 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.339,34 euros (+ 10 euros).

Chez Triland Metals, courtier en métaux du groupe nippon Mitsubishi, on souligne une légère baisse de la volatilité et des volumes lors de la séance d'hier sur le marché au comptant. Mais de nouveau, celle-ci a été ponctuée d'importants ordres de vente : “plusieurs d'entre eux, portant sur environ 5.000 lots (soit 500.000 onces ou 15,5 tonnes), ont provoqué la chute du spot de 1.819,4 à 1.794,8 dollars en deux minutes”, rapporte l'intervenant.

MKS Finance indique que de nombreux opérateurs financiers ont probablement dû liquider des positions aurifères (positives) pour couvrir les pertes sur les actions et ainsi respecter leurs appels de marge. La baisse de l'euro s'y est ajoutée et doit expliquer, avec le premier facteur, la torpeur relative du cours de l'or actuellement, analyse le négociant et fondeur helvétique de métaux fins.

Certains opérateurs n'hésitent pas cependant à faire preuve d'optimisme sur le métal jaune. “Nous pensons que l'or maintiendra sa tendance haussière face aux actifs 'papier', aussi longtemps que la crise de la dette ne sera pas résolue. Nous ignorons le temps que la résolution de cette crise nécessitera, mais trois moyens existent pour y parvenir : l'impression de monnaie, le transfert de richesse des créanciers aux débiteurs et la restructuration des dettes”, écrivait tout récemment Yves Bonzon, directeur des Investissements de la banque privée genevoise Pictet & Cie.

Il 'liste' quelques scénarios : si les Etats faisaient défaut sur leurs dettes en faisant supporter les pertes afférentes aux créanciers, les 2.000 dollars constitueraient vraisemblablement un “plafond” pour l'once.

Alternative : 'le recours à a planche à billets, accompagné de rachats de bons du Trésor, pour ancrer les taux longs en dessous de 3%, provoquerait une hausse aux environs des 4.000 dollars.”

“Pour notre part”, ajoute-t-il, “nous ne croyons pas au scénario de la délation aux Etats-Unis. In fine, la crise se résoudra par une combinaison d'impression de monnaie, de réduction et de restructuration des créances', pronostique le spécialiste qui table, en moyenne, sur un objectif de 3.000 dollars l'once.

“Le marché haussier de l'or est donc entré dans son dernier tiers, le plus spéculatif et le plus volatil certainement. Mais sa place dans les portefeuilles demeure justifiée jusqu'à ce que le risque de délation soit définitivement rangé au rayon des mauvais souvenirs', conclut-il.

Toujours rien à signaler du côté des ETF et notamment du SPDR Gold Shares américain, dont l'encours de lingots était pratiquement stable hier à 1.241,31 tonnes (- 610 kilos par rapport à la veille).

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent que l'once a réussi à tenir les 1.795 dollars hier, ce qui a permis le test des 1.840. Des supports-clés sont situés à 1.777 et 1.795. Vers le haut, les prochains objectifs sont identifiés à 1.885 et 1.920 dollars.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : retour de l'once sur les 1.800 dollars.   Jeu 15 Sep - 14:27

Cercle Finance le 15/09/2011 à 13:16


Le reflux des inquiétudes causé par la déclaration conjointe de l'Allemagne, de la France et de la Grèce pesait sur le prix de la valeur-refuge ce matin. Au terme du premier fixing du jour sur la place de Londres, l'once de 31,10 grammes de métal fin cotait 1.806 dollars (- 12,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.310,02 euros (- 15,2 euros).

Un intervenant souligne que la dynamique haussière de l'or est affaiblie ces derniers temps, et ne semble pas parvenir à se reprendre depuis que le record historique voisin des 1.920 dollars a été atteint. Les bonnes nouvelles relatives quant à la situation souveraine de la Grèce parues hier soutiennent aussi un certain optimisme, par nature défavorable aux valeurs-refuge comme l'or.

“Le président de la République (française) et la Chancelière (fédérale d'Allemagne) sont convaincus que l'avenir de la Grèce est dans la zone euro”, indique un document officiel diffusé par l'Elysée. Par ailleurs, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a déclaré devant le Parlement européen que l'exécutif européen proposerait prochainement des options en vue de l'introduction d'euro-obligations.

Notons que les spécialistes d'Aurel BGC retiennent qu'“au final, les investisseurs américains ont essentiellement retenu de ce communiqué la volonté de l'Allemagne de soutenir la Grèce...”.

Et chez Pictet à Cie à Genève, les cambistes n'étaient pas convaincus : “des eurobonds 'pourraient' être mises en place, mais n'apporteront pas de solution immédiate à tous les problèmes ! La Grèce va-t-elle tomber en faillite ? Ce serait une catastrophe et l'on peut se demander si le 2ème plan d'aide mis en place par les autorités politiques et monétaires européennes a tenu compte de l'état réel de la situation économique et financière grecque”.

“Les dernières nouvelles d'Europe continuent en théorie d'être haussières pour l'or (dégradation des dettes des banques, inertie politique sur les problèmes souverains, difficultés potentielles de financement des banques...)”, commente Triland Metals ce matin, “mais le marché ne réagit pas aussi fermement qu'il le faisait quelques semaines auparavant”.

“En fait”, poursuit le courtier en métaux de Mitsubishi, “des vendeurs d'envergure sont toujours présents sur le marché, qui reste donc vulnérable à de brusques corrections”. Il ajoute qu'avec la fin du trimestre qui arrive, les habillages de bilans ne sont pas impossibles, en profitant des bénéfices sur l'or pour amoindrir des pertes sur d'autres classes d'actifs.

En tout cas, ces vendeurs ne semblent pas provenir des détenteurs d'ETF aurifères : l'encours du premier d'entre eux, le SPDR Gold Shares, était toujours hier soir de 1.241,31 tonnes. Il était de 1.232 tonnes fin août.

Nombreuses sont aussi les anticipations tablant sur un débordement des 2.000 dollars l'once à court terme. “L'or pourrait afficher la plus forte hausse du complexe des métaux précieux (or, argent, platinoïdes) durant les prochains mois grâce à son statut de valeur-refuge. Ceci dit, il reste vulnérable à une correction qui ramènerait l'once sur sa tendance haussière de long terme”, écrit Anne-Laure Tremblay, de BNP Paribas CIB. Elle prévoit une once à 2.080 dollars en 2012, puis 2.200 dollars en 2013.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta écrivaient hier soir qu'ils s'attendaient au déclenchement d'ordres 'stop loss' si le support des 1.777 dollars était atteint. Dans ce cas, les 1.704 dollars seraient en ligne de mire.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once reprend une fois encore les 1.800 dollars.    Mer 21 Sep - 13:34

Cercle Finance le 21/09/2011 à 13:29


Les oscillations de l'or autour des 1.800 dollars l'once se poursuivaient ce midi du côté supérieur de cette barre symbolique. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de référence de Londres, l'once cotait 1.810,25 dollars (+ 11,25 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.322,22 euros (+ 6,6 euros).

Alors que la crise souveraine européenne n'avance guère, la croissance globale continue d'inquiéter. Après 5,1% en 2010, le Fonds monétaire international a révisé en baisse de l'ordre de 0,4 point de pourcentage ses prévisions de croissance mondiale pour 2011 et 2012 à 4%. Si les émergents sont relativement épargnés et que l'Europe reste dans la moyenne, les Etats-Unis ont fait l'objet de la plus sévère rétrogradation, avec une baisse des projections de l'ordre d'un point de pourcentage.

Valeur refuge traditionnelle, le franc suisse, a perdu de sa superbe depuis que la Banque nationale suisse (BNS) a décidé, le 6 septembre, de ne plus laisser passer la devise sous les 1,20 franc l'euro. Et cela fonctionne pour l'instant. De surcroît, selon des rumeurs circulant actuellement, la BNS pourrait même relever ce niveau à 1,25 franc, ce qui a engendré de nouveaux dégagements sur le franc.

L'or, qui n'a lui rien perdu de son statut, ne semble guère profiter d'un contexte toujours difficile d'un point souverain comme conjoncturel sur les deux rives deux côtés de l'Atlantique.

Chez Triland Metals, on souligne cependant que l'once d'or n'a pas entamé, bien que de justesse, le support des 1.765 dollars hier. L'once a même repris la barre des 1.800 dollars juste avant le fixing de l'après-midi hier, à la différence des jours précédents. Les acheteurs semblent gagner en importance, mais cela doit encore être confirmé.

Les opérateurs attendent sans doute ce soir la conclusion du FOMC de la Fed. Les paris majoritaires portent sur une “opération twist” (c'est-à-dire arbitrer des papiers fédéraux courts pour des longs) à faire baisser les taux longs afin de soulager l'économie et le marché immobilier, tous deux à la peine. Gare cependant aux déceptions.

“Il faudra peut-être passer de nouveau sous la barre des 1.800 dollars avant que l'once ne reprenne sa tendance haussière de long terme”, conjecture MKS Finance dans son dernier commentaire.

En attendant, toujours pas de baisse en vue du côté des ETF sur or : l'encours du 1er d'entre eux, le SPDR Gold Shares, a même augmenté de 300 kilos hier soir à 1.252,21 tonnes.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta estiment que tant que les 1.825 dollars ne sont pas repris à la clôture, le risque d'un repli sur les 1.763 puis les 1.704 demeure. “Seule une clôture au-delà des 1.840 dollars stabiliserait une tendance qui, dans l'ensemble, reste faible”, indiquent les spécialistes.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once de métal jaune n'échappe pas à la tourmente.   Jeu 22 Sep - 13:46

Cercle Finance le 22/09/2011 à 15:28


Qu'il s'agisse du franc suisse comme de l'or, les valeurs refuges méritent actuellement bien mal leur nom, du moins si l'on raisonne en billets verts. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de référence de Londres, l'once cotait 1.765,5 dollars (- 27,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.310,4 euros (inchangé). La dégringolade se poursuit sur le marché au comptant où les 1.745,7 dollars viennent d'être atteints.

La Fed l'a confirmé: l'“opération twist' tant attendue aura bien eu lieu. La banque centrale américaine achètera d'ici juillet 2012 pour 400 milliards de dollars de titres obligataires de maturités allant de 6 à 30 ans tout en vendant pour un montant équivalent de titres à 3 ans et moins. Cette mesure vise, en les achetant et donc en en faisant monter le prix, à faire baisser les taux d'intérêt des obligations publiques de long terme et donc l'ensemble de la courbe des taux, ce qui peut soutenir l'activité et notamment les opérations immobilières des ménages. Les taux d'intérêt ont été maintenus entre 0 et 0,25%.

Cependant, le marché a retenu le caractère nettement plus pessimiste du communiqué de la Fed quant à la conjoncture, et malgré tout l'absence d'annonce d'un “QE III”. “Le FOMC (comité de politique monétaire de la Fed) est apparu nettement plus préoccupé par les risques baissiers pesant sur la croissance que tel n'était le cas en août”, relèvent ce matin les analystes de RBS. Le sentiment pessimiste s'en est trouvé renforcé.

Le communiqué indique effectivement que “des risques baissiers significatifs pèsent sur les perspectives économiques, y compris des pressions qui s'exercent sur les marchés financiers”. RBS rappelle qu'en août, le FOMC se contentait d'écrire que “les risques négatifs pesant sur les perspectives économiques se sont accrus”.

En somme, les taux d'intérêts US vont rester bas et la conjoncture économique mollit plus que prévu, des éléments fondamentaux qui profitent habituellement à la valeur refuge qu'est l'or. Mais pas cette fois-ci.

Chez MKS Finance, on souligne la récurrence d'un certain scénario quotidien sur le marché spot ces derniers jours : après une hausse jusqu'en milieu d'après-midi (en Europe), un courant vendeur se met en place à l'ouverture du marché américain avant qu'une reprise n'intervienne. Mais la décision du FOMC a changé la donne et c'est la baisse qui l'a emporté hier.

Triland Metals soulignait, à propos de la séance de la veille, la “lourdeur” des tendances sur le marché du métal jaune, qui lui selon le courtier en métaux de Mitsubishi reste enserré dans une tendance baissière de court terme.

Un cambiste considère ce matin que 'l'opération twist' est positive à court et long terme pour le dollar. 'Le dollar américain restera considéré comme une valeur refuge', indique-t-il, et peut donc faire concurrence à l'or, le franc suisse étant hors course - pour l'instant du mois.

MKS confirme : selon le négociant suisse en métaux fins, “l'opération twist” peut “potentiellement renforcer le dollar”. L'or se traite essentiellement en billets verts, qui s'est repris de de 3,2% en une semaine contre l'euro. Cette orientation des changes pèse par ricochet sur le prix du métal jaune, du moins en dollars.

Si des vendeurs se manifestent, aucun décaissement n'est observé du côté des ETF aurifères, l'un des éléments permettant de jauger l'appétit en or des investisseurs 'longs' : l'encours du 1er d'entre eux, le SPDR Gold Shares américain, se situait toujours à 1.252,21 tonnes hier soir, soit son plus haut niveau depuis le 23 août.

L'indice Gldtons cumulant les encours d'une douzaine de produits de ce type atteignait 2.236 tonnes hier soir.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta indiquaient récemment qu'en cas de cassure des 1.763, les 1.704 seraient en ligne de mire. Triland identifie de son côté un support situé à 1.765, qui vient manifestement d'être enfoncé.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : Fitch voit une 'correction de marché'.   Lun 26 Sep - 15:47

Cercle Finance le 26/09/2011 à 16:47


La baisse du prix de l'or reflète surtout une correction du marché, estime Fitch Ratings, qui considère que le métal jaune était 'suracheté'.

L'once d'or a encore chuté de 6% vers 1.550 dollars ce matin avant de se redresser au-dessus des 1.600 dollars. Son dernier cours coté était de 1.626 dollars lundi après-midi.

Dans une note, Fitch rappelle que l'once d'or a touché un plus haut historique de 1.900 dollars le 5 septembre dernier, ce qui représente encore une baisse de l'ordre de 15% en trois semaines.

'La montée des cours de l'or au cours des deux ou trois dernières années a été largement portée par les inquiétudes sur la macroéconomie et son statut de réserve de valeur', souligne Peter Archbold, le responsable de la recherche sur les métaux et les minières chez Fitch.

Le spécialiste insiste notamment sur le fait que le marché s'est trouvé détaché de toutes les considérations fondamentales liées à l'offre et la demande.

Pour lui, la récente correction pourrait simplement illustrer le refus des investisseurs à acheter de l'or à des niveaux historiquement hauts.

Il mentionne également d'autres facteurs défavorables, comme la hausse des appels de marge requis par le Chicago Mercantile Exchange (CME), le premier marché américain de négociation pour les contrats à terme.

'La correction de l'or la semaine passée constitue un changement important dans la configuration de l'appréciation du risque', estime pour sa part Alex Griffiths, de la recherche crédit de Fitch.

Il juge que l'attitude des investisseurs, qui privilégiaient jusqu'à présent des actifs sans risque comme l'or ou les Bons du Trésor US face à la montée des risques économiques, pourrait être en train de changer.

Fitch fait toutefois remarquer que les producteurs aurifères demeurent largement bénéficiaires sur la base des prix actuels de l'or, une once à 1600 dollars leur garantissant une marge brute de l'ordre de 50%.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : toujours pas de reprise pour le métal jaune.   Jeu 29 Sep - 12:51

Cercle Finance le 29/09/2011 à 13:40


Toujours pas de rebond marqué pour le métal jaune, alors que la ratification du plan européen du 21 juillet dernier par le parlement allemand focalise l'attention ce midi. Au terme du premier fixing de ce jeudi sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait 1.620 dollars (- 23 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.187,77 euros (- 17,7 euros).

Triland Metals soulignait, à propos de la séance de la veille, la volatilité des prix du métal jaune comme d'ailleurs de l'argent. Chez MKS Finance, on évoque une forte demande physique provenant notamment d'Inde, où une nouvelle saison de festival propice aux achats d'or approche. Les primes payées sur les lingots d'or en Asie , et notamment en Inde, ont d'ailleurs atteint un niveau record de plus d'un an, rapporte MKS, ce qui souligne la persistance d'une demande de métal dans une perspective de long terme.

L'encours SPDR Gold Shares, le 1er ETF aurifère au monde par sa taille, était inchangé hier soir à 1.241,92 tonnes, niveau autour duquel il évolue, à une dizaine de tonnes près, depuis un mois. L'indice Gldtons, qui compile les encours d'une douzaine de produits de ce type, se situait à 2.218 tonnes, contre 2.225 tonnes le 29 août dernier.

Bank of America Merrill Lynch Global Research écrit d'ailleurs, dans sa dernière note hebdomadaire sur les métaux, qu'“il est intéressant de souligner que la chute des prix de l'or ne s'est pas accompagnée de décaissements substantiels du côté des ETF ces derniers jours. Ainsi la correction n'est-elle pas nécessairement liée à une remise en cause générale des fondamentaux du métal jaune'.

Les analystes estiment effectivement que les problèmes structurels que connaissent l'Europe comme les Etats-Unis “sont positifs pour l'or, ce qui suggère par exemple que les taux d'intérêt réels, d'importants catalyseurs, vont dans les pays industrialisés rester négatifs ou au mieux très bas dans un avenir proche”. En outre, le métal reste un actif de diversification, par exemple pour les banques centrales. “La demande d'or de pays comme la Chine est appelée à augmenter”, ajoutent-ils.

Ainsi donc, Bank of America Merrill Lynch Global Research confirme son objectif à 12 mois d'une once d'or à 2.000 dollars.

En attendant et d'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta indiquent que leur principale hypothèse reste la formation d'un “double top”. En effet, l'once a tenté hier de rallier le pivot des 1.704 dollars, sans succès. “Cette incapacité à repartir en hausse fait passer notre opinion court terme à la baisse”, le support le plus proche étant identifié à 1.538 dollars, puis 1.488. Seule une reprise des 1.704 dollars invaliderait ce scénario.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : net rebond de l'once en euros ce matin.   Mar 4 Oct - 13:20

Cercle Finance le 04/10/2011 à 13:33


Le regain de craintes souveraines européennes profite au prix du métal jaune ce midi, surtout en euros et malgré la hausse récente du dollar. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait 1.672 dollars (+ 16,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi, soit + 1%) et 1.267,05 euros (+ 24,9 euros, + 1,9%).

Sur le marché au comptant, un point haut à 1.679,50 dollars a été atteint ce matin avant d'être suivi d'un repli vers 1.659 dollars à cette heure.

“Réunis à Luxembourg, les ministres des Finances de la zone euro ont aussi différé leur décision de versement de la prochaine tranche d'aide financière à Athènes (6ème tranche de 8 milliards d'euros)”, rappelle Aurel BGC ce matin. Les craintes d'un défaut de paiement 'désordonné' de la Grèce ont donc redoublé.

Notons que le billet vert, redevenu valeur refuge et qui était stable face à l'euro vers 1,3180 dollar l'euro, a vivement grimpé lors des séances de vendredi et lundi. La paire euro/dollar avait en effet frôlé les 1,3700 dollar jeudi dernier.

Généralement, l'appréciation relative du billet vert tend à faire baisser le cours de l'once d'or en dollars, puisqu'il en est l'une des principales devises de négoce. Tel n'est pas été le cas ces derniers jours, note Triland Metals, “alors que la peur est de nouveau entrée en ligne de compte”.

“La liquidation massive et parfois forcée semble s'être calmée pour le moment, les fondamentaux de l'or se remettant d'eux-mêmes en place”, écrit le courtier en or de Mitsubishi, qui souligne cependant la faiblesse des volumes d'échange. Le dernier état des positions longues nettes sur les dérivés aurifères a baissé à 1,3 million d'onces, ajoute-t-il. Les vigoureuses hausses des appels de marges décidées dernièrement par CME, grand marché de 'futures' aux Etats-Unis, ont effectivement augmenté de plus de 50% en un mois le coût d'une même position dérivée sur or.

Du côté des ETF aurifères, on signalera l'augmentation de 300 kilos enregistrée hier par l'encours du 1er des produits de ce genre, le SPDR Gold Shares, à 1.232,23 tonnes. Il s'agit de la 1ère hausse enregistrée depuis le 20 septembre, où l'encours se situait alors à 1.252,21 tonnes. Il avait ensuite continûment décru.

D'un point de vue technique, ScotiaMocatta rappelle, en guise de bilan du mois dernier, que “septembre a été un mois difficile pour l'once d'or, qui au cours de cet intervalle est passée de 1.920 à 1.538 dollars” (au comptant). Les analystes estiment qu'une pression vendeuse devrait se manifester vers 1.684 dollars, ce qui semble avoir été le cas ce matin. “Le pivot-clé reste situé à 1.704 dollars et sous ce seuil, le risque d'une chute jusqu'à 1.488 dollars persiste”, pronostiquent les spécialistes.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : encore un dérapage, retour sur les 1.600 dollars.   Mer 5 Oct - 11:46

Cercle Finance le 05/10/2011 à 13:32


Les vendeurs étaient toujours au rendez-vous sur le marché de l'or. Au terme du premier fixing du jour à Londres, l'once de 31,10 grammes de métal jaune cotait 1.600 dollars (- 38 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.202,55 euros (- 38,3 euros).

Pour mémoire, hier matin à Londres, l'once s'était traitée 72 dollars et 65 euros de plus que tel n'a été le cas ce matin.

“L'or reste très volatil, avec un canal de fluctuation compris entre 1.596,25 et 1.678 dollars l'once”, relèvent les cambistes de Pictet & Cie sur la base des cours du marché au comptant.

Triland Metals estime qu'après un échec à l'aube des 1.680 dollars, ce mouvement illustre le fait que l'once d'or s'installe entre 1.600 et 1.700 dollars. Le courtier en métaux de Mitsubishi relève que le renforcement du dollar n'a pas aidé et que les volumes sont restés faibles. Il ajoute que “la faiblesse des marchés d'actions continue de provoquer une liquidation des positions longues sur l'or”.

Plus fondamentalement, Natixis est longuement revenu sur le métal jaune. “Nous voyons deux raisons principales à la forte chute des cours de l'or”, expliquent les analystes dans la dernière livraison de Commo Hebdo. “En premier lieu, la décision de la CME (Chicago Mercantile Exchange) de relever les marges initiales de plus de 20% (...). Comme on a pu l'observer sur le marché de l'argent fin avril, le relèvement des marges peut provoquer des liquidations forcées lesquelles peuvent entraîner une très forte dynamique baissière. En mai, les cours de l'argent avaient chuté de 27%”, rappellent-ils à titre d'exemple.

“En second lieu, la hausse de la volatilité des cours de l'or depuis début juillet en fait un actif plus risqué. Les deux caractéristiques principales d'une valeur refuge sont une faible volatilité est un risque minimal de pertes en capital. Alors que la volatilité de l'or a été multipliée par deux et que les cours de l'or ont perdu plus de 10% en l'espace de trois jours, l'or ne peut plus revendiquer ces deux caractéristiques”, jugent les analystes.

“Compte tenu de la perspective réelle d'un défaut très complexe de la Grèce au cours des prochaines semaines ou des prochains mois, nous hésitons à prédire que la hausse des cours de l'or a touché son terme. Toutefois, l'évolution des prix au cours des trois derniers mois évoque de plus en plus une bulle spéculative”, conclut Natixis.

“Moins de 8% des réserves de change des pays de la zone BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) sont détenus en or, contre plus de 60% dans la zone euro et aux États-Unis”, rappelle cependant la banque.

En attendant, l'encours du 1er ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares américain, a encore baissé hier de 2,72 tonnes pour revenir à 1.229,51 tonnes. S'il l'a frôlée plusieurs fois depuis lors, il n'était plus passé sous la barre des 1.230 tonnes depuis le 14 juillet.

D'un point de vue technique, ScotiaMocatta que le niveau symbolique des 1.600 dollars joue un rôle “psychologique” important. Les 1.589 dollars devraient jouer le rôle de support. “La moyenne mobile à 200 jours, à 1.535, a presque été brisée en séance le 26 septembre dernier. Elle devrait jouer le rôle de prochain support”, ajoutent-ils.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once a testé les 1.685 dollars ce matin.   Mar 11 Oct - 14:05

Cercle Finance le 11/10/2011 à 13:29


Au terme du premier fixing du jour, en fin de matinée à Londres, l'once d'or cotait 1.662 dollars (+ 1 dollar par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.222,96 euros (+ 6,1 euros). Sur le marché au comptant, les 1.680 dollars ont été tenus hier. Après un point haut à 1.683 dollars ce matin, un retrait d'une vingtaine de dollars est cependant intervenu.

“Les preuves d'achats physiques étaient nombreuses hier, jour du retour des acteurs chinois après la Semaine dorée”, commentaient hier soir les analystes de Triland Metals. Après la fête nationale chinoise, le 1er octobre, plusieurs jours fériés sont traditionnellement accordés, ce qui écourte la semaine suivante connue sous le nom de “Semaine dorée”.

Bien que les prix se soient maintenus autour de 1.640 dollars sur la période, la demande s'est avérée robuste. Une certaine faiblesse des volumes est cependant à déplorer, surtout hier en raison du Colombus Day, jour férié aux Etats-Unis, souligne le courtier en métaux de Mitsubishi.

Hier soir, l'encours du 1er ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares américain, a reculé de 1,52 tonne à 1.227,99 tonnes, son plus bas niveau depuis le 14 juillet dernier.

Plusieurs gérants se sont cependant montrés positifs sur l'or hier et aujourd'hui. “Anticipant désormais l'extension du ralentissement aux émergents, nous préconisons de réduire l'exposition à ces pays (principalement les marchés d'actions, mais aussi les marchés obligataires), et d'augmenter les positions sur l'or”, écrivait hier Jean-François Dulcire, directeur de la gestion privée de Tocqueville Finance, au titre de sa stratégie pour le mois d'octobre.

Dans son bulletin de stratégie d'investissement n° 45 publié ce matin, Société Générale (SG) Private Banking table sur un rebond des prix du métal jaune. “L'or n'ayant pas de valeur fondamentale puisqu'il ne génère pas de revenu, son prix est encore plus susceptible que celui d'autres actifs de connaître une évolution erratique avec de puissants mouvements de hausse suivie de baisses tout aussi rapides”, rappellent les spécialistes de la gestion de fortune.

“Néanmoins, le contexte demeure favorable : la rémanence des inquiétudes sur le système bancaire et les dettes gouvernementales, des politiques monétaires toujours plus accommodantes, la volonté des banques centrales émergentes de diversifier leurs réserves de change, la demande croissante de la part des consommateurs originaires des pays émergents” sont toujours au rendez-vous, selon SG Private Banking.

“Compte tenu de ces éléments, nous pensons que cette phase de consolidation sera temporaire et que l'or pourrait atteindre voire dépasser le seuil symbolique de 2.000 dollars l'once au cours des prochains mois, sauf à considérer qu'une solution crédible à la crise européenne puisse être dégagée dans l'intervalle”, indique la publication.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta identifiaient toujours des supports à 1.596, 1.538 et 1.477 dollars, la résistance se situant à 1.684 dollars. Le risque baissier est réduit tant que ce dernier niveau reste à proximité, mais une rechute sur les 1.477 apparaît toujours possible.

Mais si les 1.680 dollars étaient franchis, selon Triland, les 1.700 seraient alors en ligne de mire.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : les 1.700 dollars ont été perdus de vue.    Mer 19 Oct - 14:47

Cercle Finance le 19/10/2011 à 13:33


Après un nouvel échec à reprendre les 1.700 dollars, l'once de métal jaune a connu hier une vigoureuse correction semblant signer une déception. La situation ne fait que se stabiliser ce midi. Au terme du premier fixing de ce mercredi sur le marché de Londres, l'once d'or cotait 1.651 dollars (+ 20 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.192,75 euros (- 1,6 euro).

Hier sur le marché au comptant, l'once a décroché jusqu'à 1.627 dollars, selon ScotiaMocatta. Lundi, un point haut vers 1.695 dollars avait été atteint, sans pouvoir être tenu.

Chez Triland Metals, on explique ce matin que “l'incapacité haussière de l'once à l'approche des 1.700 dollars a suscité la prudence des opérateurs, et le métal n'a pas été en mesure de terminer au-dessus de la résistance-clé des 1.685 dollars”. Les volumes restent peu étoffés, ajoute la filiale de courtage de Mistubishi.

En Suisse, le négociant MKS Finance souligne la curieuse corrélation qui semble actuellement unir les évolutions du prix de l'or et des marchés d'actions, alors que les deux ont longtemps été décorrélés.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta insistent sur la clôture à 1.656 dollars intervenue hier, au terme d'une 2nde séance de baisse consécutive. Depuis près de deux semaines, hausses et baisses alternent d'un jour sur l'autre.

Les spécialistes estiment que la configuration actuelle du métal prend la forme d'un 'wedge' baissier et s'attendent à un nouveau retrait. Seule une clôture au-dessus des 1.684 remettrait en cause cette perspective négative.

Point relativement rassurant : bien qu'il se maintienne à son plus bas niveau depuis le 14 juillet, l'encours de métal adossé à l'ETF aurifère SPDR Gold Shares américain restait stable hier à 1.227,51 tonnes.

Rappelons qu'en début de semaine, Anne-Laure Tremblay estimait pour BNP Paribas CIB que “le principal risque baissier pesant sur l'or pourrait être une nouvelle vague d'aversion au risque, ce qui pourrait déclencher une puissante vague de liquidation, comme en septembre”.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once de plus en plus proche des 1.600 dollars.   Jeu 20 Oct - 12:02

Cercle Finance le 20/10/2011 à 13:39

Les dernières variations du cours de l'or confirment le caractère laborieux des tendances en vigueur depuis près d'un mois maintenant, soit des variations entre grosso modo 1.600 et 1.700 dollars. Au terme du premier fixing de ce jeudi sur le marché de référence de Londres, l'once de 31,10 grammes de métal jaune cotait 1.629 dollars (- 23,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.180,18 euros (- 18,7 euros).

Passée sous la barre des 1.700 dollars le 23 septembre dernier, l'once a ensuite 'touché' les 1.538 dollars sur le marché au comptant avant de rebondir, mais sans jamais reprendre les 1.700 dollars depuis lors. C'est ce que relèvent - une fois encore - les courtiers de Triland Metals, filiale de Mitsubishi, ce matin.

“Cette tendance semble devoir se poursuivre. L'attention va maintenant se focaliser sur la capacité des Européens à trouver des solutions concrètes à la crise souveraine”, ajoutent-ils. Actuellement, l'optimisme domine quant au résultat du conseil européen qui, dimanche à Bruxelles, devrait dévoiler la position que l'Union européenne défendra lors du G20 de Cannes, les 3 et 4 novembre.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta se montraient baissiers à court terme dans leur dernier commentaire disponible. Ils distinguent, parmi la tendance actuelle, une figure baissière en 'wedge' que seule une reprise des 1.684 dollars viendrait remettre en cause.

La moyenne mobile à 200 jours, un support habituellement déterminant pour les tendances de long terme, se situe à 1.539 dollars.

Toujours absolument rien à signaler du côté de l'encours de lingots adossé à l'ETF aurifère SPDR Gold Shares américain, qui hier soir était stable à 1.227,51 tonnes. Il s'agit du même niveau depuis le 13 novembre.

En plus d'un moindre intérêt actuellement pour les valeurs refuges, l'or souffre peut-être de nouvelles règles sans cesse plus contraignantes quant à son négoce et à sa détention, notamment sur le segment des produits dérivés. Après les relèvements marqués des appels de marge exigés sur le marché américain COMEX, en août en en septembre, la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), l'agence fédérale chargée de réguler principalement les marchés à terme US de matières premières, est passée à l'attaque.

La CFTC devait transposer, à l'échelle de ses compétences, la loi Dodd-Frank sur 'la réforme de Wall Street et la protection du consommateur'. Cet “Act” a été adopté par le parlement dans le but de prévenir la réédition des conditions qui ont débouché sur la crise financière de 2008/2009. Dans ce cadre, la loi a notamment confié à la CFTC le soin de déterminer la position maximale qu'un intervenant peut détenir sur les marchés dont elle a la garde.

Dans son discours d'ouverture prononcé avant l'adoption des règles définitives, le patron de la CFTC, Gary Gensler, a rappelé avant-hier que 'nous ne pouvons pas oublier que des millions d'Américains, qui n'ont rien à voir avec les produits dérivés et autres produits financiers exotiques, ont quand même perdu leurs emplois en raison de la faiblesse de la régulation dans le secteur.' Le ton est donné. Et encore : “notre devoir est de protéger les intervenants sur le marché et le peuple américain contre la fraude, la manipulation et autres abus”, et de prévenir la concentration excessive sur les marchés de matières premières. Tous types confondus, c'est-à-dire non seulement les places réglementées à terme, mais aussi le comptant et les swaps.

La CFTC a identifié 28 marchés-clés de matières premières agricoles et industrielles, dont l'or, sur lesquelles des positions maximales ont été définies. Au comptant, et hormis le gaz qui jouira d'un régime spécial, la limite supérieure de position autorisée pour un intervenant sera de 25% de l'offre livrable au cours du mois suivant, cette dernière étant estimée par la CFTC. Sur les contrats hors comptant, la limite de position utilisera la règle des '10/2,5', c'est-à-dire 10% sur les 25.000 premiers contrats de l'intérêt ouvert, puis 2,5% au-delà.

L'adoption par la CFTC de ces règles a pris nettement plus de temps que prévu, et elle n'a été votée que par la plus courte des majorités possibles.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once à deux doigts des 1.800 dollars.   Mer 9 Nov - 9:42

Cercle Finance le 08/11/2011 à 13:35


Les déboires budgétaires des Etats européens font au moins un heureux : le métal jaune. Au terme du premier fixing de ce jour sur le marché international de Londres, l'once de 31,10 grammes d'or cotait 1.794 dollars (+ 12 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1301,5 euros (+ 9,8 euros).

Selon les prix du marché de Londres, référence pour les échanges physiques utilisée par nombre de compagnies minières et de banques centrales, il faut remonter au 21 septembre (1.793 dollars, l'après-midi), pour retrouver un tel niveau. C'est d'ailleurs ce même jour que la barre symbolique des 1.800 dollars avait été perdue de vue (1.810,25 dollars, lors du “fix” du matin).

Triland Metals n'y va pas par quatre chemins : “le prix de l'or profite du carnage en cours en Europe”, note le courtier en métaux de Mitsubishi. Après la “petite” Grèce, la crise souveraine européenne assiège maintenant la “grande” Italie, qui doit payer des intérêts record (6,6%, en hausse de 0,3 point de pourcentage en une journée) pour son emprunt d'Etat à 10 ans. Soit 3,6 fois plus cher que l'Allemagne, et 2,1 fois plus que la France... Un autre opérateur aurifère évoque, dans le même esprit, une “fuite (des investisseurs) vers la qualité” soutenant le prix du métal jaune.

Triland rapporte que la demande s'est montrée soutenue tout au long de la journée d'hier, au comptant. Certes, la résistance des 1.775 dollars a été emportée, mais attention : la tendance haussière perd maintenant de sa force et d'ailleurs les volumes se réduisent, avertit le spécialiste.

Du côté du 1er ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares, une hausse de l'encours de 10,59 tonnes a été enregistrée hier soir, ce qui l'a porté à 1.255,65 tonnes. Soit le niveau le plus élevé constaté depuis le 23 août dernier.

L'encours cumulé d'une dizaine de produits aurifères du même type, mesuré par l'indice Gldtons, a atteint 2.297,94 tonnes hier soir. Après un record absolu de 2.330 tonnes le 18 août dernier, il était repassé sous les 2.300 tonnes dès le 23 août avant de dégringoler jusqu'à 2.243 tonnes environ.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta estiment que le dépassement d'une résistance identifiée à 1.773 dollars présente un caractère haussier. Ce mouvement “ouvre la voie à un retracement complet en direction des niveaux (et plus hauts de tous les temps) de septembre, vers 1.921 dollars”, écrivaient-ils hier soir. En attendant, une autre résistance localisée à 1.816 dollars devra être franchie.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once ne réagit toujours aux risques souverains.   Jeu 17 Nov - 14:12

Cercle Finance le 17/11/2011 à 13:39

Alors que la crise souveraine européenne donne des signes d'aggravation, notamment en France, l'or ne réagissait toujours pas ce matin. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de Londres, l'once de 31,10 grammes cotait 1.756 dollars (inchangé par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.304,12 euros (+ 3 euros).

Triland Metals estime qu'il faudrait que l'once casse la fourchette des 1.760-1.790 dollars “de manière convaincante” avant qu'une véritable tendance ne puisse se dessiner. “Pour l'heure, les intervenants n'ont pas envie de s'engager”, ajoute-t-il.

L'indécision des autorités politiques européennes plombe de nouveau le sentiment de marché alors que la crise souveraine de la zone euro semble s'étendre, plutôt rapidement après l'Italie, à un pays comme la France.

“La France mais aussi Finlande, la Suède, les Pays-Bas ou l'Autriche observent une poursuite de l'écartement de leur spread (écart de taux) face à l'Allemagne et les taux Italien sont repassés au-dessus de 7% malgré la formation, en un temps record, du nouveau gouvernement Italien. La crise s'amplifie en Europe et l'euro rechute face au dollar. Il est passé sous les 1,35 dollar après les avertissements d'agences de notation”, écrivaient ce matin les analyste d'Aurel BGC.

En France, le rendement de l'OAT à 10 ans monte toujours et a atteint 4,01% ce matin, selon le site Internet de l'Agence France Trésor, à comparer avec 3% le 2 novembre. Et le 'spread' France/Allemagne a dépassé les 200 points de base en matinée.

L'appétit des investisseurs, si tant est que les ETF aurifères permettent de le mesurer, semble bien se tenir : l'encours du SPDR Gold Shares américain a pris 9,08 tonnes hier soir à 1.277,36 tonnes, un record depuis le 22 août.

En outre, le Conseil mondial de l'Or a publié ses statistiques du marché aurifère pour le 3ème trimestre : sur la période, la demande mondiale de métal a augmenté en un an de 6% à 1.053,9 tonnes, quand l'offre ne gagnait que 2% à 1.034,4 tonnes.

'Cette hausse était tirée par la demande d'investissement qui décollé de 33% à 468,1 tonnes' , indique l'organisme regroupant les plus grands groupes miniers aurifères.

En effet, les flux entrants vers les ETF ont crû de 58% à 77,6 tonnes sur le trimestre. Mais la demande d'investissement reste largement dominée par les pièces et lingots : 390,5 tonnes, en hausse de 29%. Soit 21,4 milliards de dollars en valeur, contre 12 milliards au T3 2010.

Frappés par l'extension de la crise souveraine, les investisseurs du Vieux continent ont réagi : 'la demande d'investissement en Europe a atteint un record en valeur à 4,6 milliards d'euros, soit 118,1 tonnes, volume en hausse de 135% en un an'.

La demande chinoise de bijouterie se porte toujours fort bien en prenant 13% à 131 tonnes. En revanche, elle a baissé de 26% en Inde à 125,3 tonnes, mais elle était “fin septembre très proches des niveaux records atteints en 2010'.

Enfin, les achats nets des banques centrales entrent aussi en ligne de compte et s'établissaient à 148,4 tonnes sur la période considérée.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta demeurent haussiers, identifiant un support à 1.744 et une résistance à 1.802 dollars. Attention cependant aux 1.736, qui s'ils étaient brisés risqueraient d'attirer d'autres vendeurs.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : le seuil psychologique des 1.700 dollars enfoncé.   Mar 22 Nov - 15:15

Cercle Finance le 22/11/2011 à 13:39

Selon les prix londoniens, l'or a fait ce matin sa première incursion sous la barre des 1.700 dollars depuis le 1er novembre. Au terme du premier fixing de ce mardi à Londres, l'once d'or cotait 1.697,5 dollars (- 4,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.253,137 euros (- 12,4 euros).

Sur le marché au comptant, hier, l'once a sombré un temps sous les 1.670 dollars avant de se reprendre.

Pour Triland Metals, “l'once ne s'est négociée que dans un sens hier : à la baisse” en raison de pressions vendeuses exercées tout au long de la séance.

“Une combinaison de prises de bénéfices et de recherche de liquidité a pesé sur le marché”, analyse le courtier en métaux de Mitsubishi, qui ajoute que la moyenne mobile à 100 jours, située vers 1.710 dollars, a été cassée.

Chez MKS Finance, on indique que les volumes d'échanges ont été faibles alors que la date d'expiration des options sur le COMEX arrive, et que que Thanksgiving surviendra ensuite jeudi aux Etats-Unis.

'Nous avons déjà indiqué que l'intérêt des investisseurs pour l'or avait quelque peu tiédi au cours des dernières semaines. Il est devenu évident cette semaine que le fonds Spider de John Paulson a vendu pour 1,94 milliard de dollars d'or (soit 34,2 t)', commentaient vendredi les spécialistes de Natixis dans le dernier numéro de Commo Hebdo.

D'un point de vue technique et selon les analystes de ScotiaMocatta, les dernières tendances suivies par le prix du métal sont négatives. Le support des 1.667 étant cassé, le prochain se situe à 1.644. Dans l'autre sens, la prochaine résistance est située à 1.692.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once à deux doigts des 1.720 dollars.   Mar 29 Nov - 14:31

Cercle Finance le 29/11/2011 à 13:43


Au terme du fixing du jour sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait 1.717 dollars (+ 3 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.278,67 euros (- 2,8 euros). Le métal jaune retrouve ainsi des niveaux perdus de vue, selon les prix de Londres, depuis le 18 novembre.

Un point haut à 1.722 dollars a été atteint sur le marché au comptant sans pouvoir être tenu pour l'instant.

Des perspectives économiques toujours plus sombres semblent parvenir à soutenir le cours du métal jaune, souvent considéré comme une valeur refuge et prisé à ce titre des investisseurs, en plus des amateurs de bijoux. La dépréciation du dollar, qui reste sa principale devise de négoce, a également pu jouer.

En présentant ses perspectives, hier, l'OCDE retenait en effet un scénario de référence prévoyant une récession modérée en Europe. Mais ce n'est pas la seule possibilité. 'Dans le scénario défavorable, les conséquences d'un événement négatif majeur dans la zone euro vont dépendre des processus en jeu et de leur virulence. Les résultats pourraient aussi bien être relativement anodins que très dévastateurs', indiquait alors l'organisation.

Dans son commentaire de la séance d'hier, Triland Metals estime que l'once a profité hier du regain d'appétit pour les actifs à risques. “Les marchés semblent soulagés de la nouvelle annonce des officiels européens selon laquelle de nouveaux pansements seraient appliqués à un euro mal en point”, indique le courtier en métaux de Mitsubishi. Acheteurs de métal physique, banquiers centraux et investisseurs sont toujours au rendez-vous. “L'achat sur repli est toujours le mantra sur le marché”, ajoute le spécialiste.

Lors de son point hebdomadaire sur les matières premières, vendredi, Société Générale écrivait : “le prix de l'or est bien parti pour atteindre de nouveaux plus hauts de tous les temps, puisque les catalyseurs haussiers sont toujours en place”. SG table sur un 3ème plan d'assouplissement quantitatif de la part de la Fed pour 2012, ce qui exercera probablement une pression sur le dollar. En outre, “les taux d'intérêt réels semblent devoir rester négatifs durant ces prochaines années”.

Ce matin chez BNP Paribas CIB, on attribuait essentiellement la baisse de l'or depuis septembre à des liquidations d'actifs croisées sur fond d'une forte hausse de l'aversion au risque. Mais malgré tout, 'la demande d'or a été très forte ces derniers mois, les investisseurs se repliant sur les valeurs refuge'.

L'analyste Anne-Laure Tremblay table toujours sur une once d'or à 2.280 dollars en 2013. 'L'or pourrait atteindre un sommet en 2014, si la Réserve fédérale commence à relever ses taux', pronostique-t-elle.

Rien de neuf du côté de l'encours du 1er ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares, qui s'est maintenu hier à 1.297,32 tonnes, niveau tenu depuis le 22 novembre et record depuis mi-août.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta identifient un support à 1.667. “Petit résumé de la situation technique de l'or : la tendance majeure de long terme demeure haussière, mais à plus court terme la tendance intermédiaire est baissière depuis le 8 novembre”, rappellent les spécialistes. Leur opinion restera baissière à court terme tant que les 1.736 ne seront pas repris.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12433
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13160
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Or : l'once tient les 1.750 dollars vendredi midi.    Ven 2 Déc - 13:30

Cercle Finance le 02/12/2011 à 14:05


Alors qu'elle avait terminé vendredi dernier sous la barre des 1.690 dollars, l'once d'or semble bien partie pour signer ce soir une hausse hebdomadaire de près de 4% en dollars. Au terme du premier fixing de ce vendredi le marché de Londres, l'once de 31,10 grammes cotait 1.751 dollars (- 1 dollar par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.298,29 euros (+ 0,4 euro).

Plutôt corrélé avec les actifs à risques actuellement, l'or suit la pente ascendante des actions, soutenues par un regain d'espoir concernant l'éventuelle sortie de crise souveraine en Europe.

En outre, la tension croissante du contexte géopolitique au Moyen-Orient ne s'épuise pas, au contraire. Nombreux sont les pays occidentaux qui, à l'image du Royaume-Uni dont l'ambassade a été mise à sac, ont rappelé leurs ambassadeurs de ce pays.

En outre, l'Union européenne a intensifié la pression sur l'Iran suite au rapport de l'AIEA en sanctionnant 180 individus et entités de plus de la République islamique. Sont notamment visés les acteurs directement associés au programme nucléaire iranien, mais aussi l'affréteur maritime national et le corps des Gardiens de la révolution, armée d'élite idéologique du régime.

Enfin, le Sénat américain a voté hier a voté une loi qui, à court terme, vise à interdire à toute institution financière étrangère qui a des relations d'affaires avec la banque centrale iranienne d'avoir des correspondants bancaires aux Etats-Unis. L'exportation des hydrocarbures iraniens s'en trouverait alors en bonne partie remise en cause.

Les marché semble avoir trouvé des résistances vers 1.750/1.755 dollars, et une zone de support vers 1.725-1.730 dollars. “Nous continuons de conseiller des achats sur repli : les raisons soutenant la hausse de l'or sont toujours en place, et elles se trouvent renforcées par l'action coordonnée décidée cette semaine par les grandes banques centrales”, indique Triland Metals.

Signalons cependant, du côté du principal ETF aurifère, le SPDR Gold Shares américain, un tassement de l'encours en date d'hier, avec un recul de 600 kilos par rapport à la veille à 1.297,93 tonnes.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta se félicitent du mouvement actuel de consolidation des récents gains. “Les indicateurs techniques de court, moyen et long terme sont désormais haussiers”, indiquent-ils. Support à 1.734, résistance à 1.767. Une clôture ce soir au-dessus du niveau des 1.683, le niveau de vendredi dernier, viendrait confirmer cette configuration positive.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Or : vif rebond, les 1.120$ en ligne de mire.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Or : vif rebond, les 1.120$ en ligne de mire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un compte pro obligatoire en cas de boutique en ligne ?
» Une boutique en ligne
» MOTEUR EN LIGNE
» Jouer du piano en ligne
» Conditions pour l'ouverture d'un boutique en ligne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Buzz-Trading  :: Produits Financiers :: Devises et Matières premières (Pétrole, OR...)-
Sauter vers: