Buzz-Trading

Bourse, Investissement, Trading, Analyses fondamentale et technique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Rechercher sur le site Amazon.fr
Meilleures Ventes
Boutique DVD
Plaisir d’Offrir
High-Tech
Coup de Coeur
MP3
Facebook

Partagez | 
 

 Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Les cours du pétrole terminent en baisse :    Sam 19 Nov - 0:54

Reuters le 18/11/2011 à 21:57


NEW YORK, 18 novembre (Reuters) - Les cours du brut ont terminé en baisse vendredi soir, les investisseurs ayant liquidé de nombreuses positions sur les contrats pour livraison en décembre qu'ils expirent.

Sur le Nymex, le contrat décembre sur le brut léger américain (WTI) CLc1 a fini sur une perte de 1,41 dollar, soit 1,43%, à 97,41 dollars le baril. Depuis lundi, il a abandonné 1,58 dollar, 1,43%.

Le Brent mer du Nord pour livraison en janvier a de son côté terminé en baisse de 66 cents, 0,61% à 107,56 dollars le baril. Sur la semaine, son prix a diminué de 5,78%, soit 6,60 dollars.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : le Brent remonte à 107 dollars.   Mer 21 Déc - 13:33

Cercle Finance le 21/12/2011 à 13:11


L'optimisme tenait toujours la corde sur les marchés d'actifs à risque ce midi, l'or noir n'étant pas épargné. Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en janvier prochain progressait de 0,2% à 107 dollars, quand le WTI américain de même échéance gagnait 0,5% à 97,7 dollars.

Le cours du baril est effectivement soutenu par les bonnes statistiques américaines récemment publiées (emploi, immobilier...), et par les dernières nouvelles plus positives en provenance d'Europe (émission 'réussie' en Espagne, bon indice Ifo en Allemagne).

L'opération de refinancement bancaire massive menée par la BCE ce matin soutient aussi le moral des opérateurs, en dissipant le risque de liquidité bancaire dans la zone euro. 'Notre espoir repose sur le fait que les banques vont pouvoir se refinancer de manière illimitée aujourd'hui auprès de la BCE à un taux fixe de 1% pendant trois ans', indiquait ce matin Franklin Pichard, chez Barclays Bourse.

C'est chose faite : la BCE a donc alloué 489,2 milliards d'euros de liquidités à échéance d'un peu plus de trois ans à un total 523 banques. Cette opération inhabituelle n'était limitée par aucun plafond, et le montant ainsi souscrit s'avère imposant.

Un autre opérateur confie que “pour lutter contre cette menace, la BCE continue de mettre tout en oeuvre pour inonder les banques européennes de liquidités. Son bilan a déjà crû de plus de 500 milliards d'euros depuis l'aggravation de la crise en août”.

Cet élément positif éclipse les craintes de récession, ou au mieux de croissance presque nulle dans la zone euro l'an prochain, un facteur négatif pour la demande européenne de pétrole.

Cet après-midi, l'Energy Information Agency publiera l'état hebdomadaire des stocks pétroliers américains, qui reflètent en tendance la croissance du pays. La semaine passée, les stocks commerciaux de brut étaient tombés de 336,1 à 334,2 millions de barils. Ils pourraient, selon le consensus, revenir autour de 332 millions de barils, et se rapprocher ainsi des 330,8 millions atteint le 18 novembre.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : entre l'Iran et l'Europe, le brut tétanisé.   Jeu 29 Déc - 12:55

Cercle Finance le 29/12/2011 à 13:27


Ni hausse, ni baisse : le baril de Brent de Mer du Nord livrable en février tenait la corde ce midi en restant stable à 107,6 dollars ce matin alors que le WTI américain de même échéance prenait 0,2% à 99,6 dollars.

La vigueur de l'économie de la zone euro et une éventuelle crise du crédit n'en finit pas d'inquiéter et, partant, la consommation en pétrole de la Vieille Europe.

Sur le marché des changes, le dollar s'apprécie de nouveau de 0,61% contre l'euro après une émission obligataire italienne jugée à-demi réussie. Sur le marché de taux, le rendement du fonds d'Etat italien à 10 ans est repassé au-dessus des 7%, barre fatidique sous laquelle il était parvenu à se maintenir lors de la majeure partie de la journée d'hier.

Sur six mois, la hausse du dollar contre l'euro frôle les 11%, alors que le brut ne se négocie qu'en billets verts. La hausse de la valeur relative du dollar tend habituellement à peser sur le cours du brut.

Cependant, les indicateurs restent mieux orientés aux Etats-Unis et bien que l'Asie connaisse un ralentissement, elle reste une région de forte croissance.

En outre, la situation géopolitique du Moyen-Orient inspire toujours des craintes, et notamment l'Iran dont la marine de guerre mène des manoeuvres autour du détroit d'Ormuz. En butte avec les Occidentaux en raison de son programme nucléaire au caractère probablement militaire, Téhéran suit une ligne de plus en plus dure face aux sanctions croissantes émanant des deux rives de l'Atlantique.

Au bout du golfe arabo-persique, le détroit Ormuz est un point de passage stratégique où transitent sur des pétroliers environ 15,5 millions de barils chaque jour. Ce qui représente 17,5% de la consommation mondiale de 89 millions de barils/jour prévue par l'AIE cette année.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : le brut porté par des statistiques et l'Iran.   Mar 3 Jan - 14:28

Cercle Finance le 03/01/2012 à 13:07


Quelques statistiques favorables et des propos peu amènes d'officiels iraniens soutenaient ce matin le cours du pétrole, également aidée par la baisse que connait actuellement le dollar. Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en février s'adjugeait ce midi 2,8% à 110,2 dollars ce midi, quand le WTI américain de même échéance le suivait dans les mêmes proportions à 101,5 dollars.

Quelques statistiques favorables à l'activité économique ont été publiées hier et aujourd'hui. En Chine, l'indice d'activité PMI des services est ressorti à 56 points, après 49,7 points le mois précédent. Ce qui marque une nette hausse et se montre plus encourageant que l'indice PMI manufacturier publié fin décembre pour ce même grand pays émergent, qui s'était maintenu sous les 50 points en décembre pour le 2ème mois de suite.

De surcroît, le nombre de demandeurs d'emplois qui s'est poursuivi outre-Rhin : selon des données corrigées de variations saisonnières, il s'est contracté de 22.000 au mois de décembre. Cette contraction, supérieure à celle de 10.000 attendue par le marché permet de réduire le taux de chômage correspondant de 0,1 point à 6,8%.

Ces chiffres sont plutôt favorables à l'activité économique dans ces deux grands pays, et donc à leur consommation pétrolière. En 2010, selon le BP Statistical Yearbook, la Chine avait consommé en moyenne 9,06 millions de barils de pétrole par jour, chiffre en hausse de plus de 10% sur un an représentant 10,6% du total mondial (2ème rang après les Etats-Unis). L'Allemagne consommait alors 2,44 millions de barils/jour (+1,1%), soit 2,9% du total mondial.

Au-delà des fondamentaux économiques, les tensions géopolitiques autour de l'Iran ne se relâchent guère. Haut responsable de l'armée iranienne, le général de division Ataollah Salehi a déclaré selon l'agence officielle IRNA que 'la République islamique d'Iran ne renouvellerait pas son avertissement'. Il faisait référence à un porte-avions américain croisant au sud du pays où la marine iranienne est en train de mener des manoeuvres de grande envergure - et notamment dans le détroit d'Ormuz - en 'testant' toutes sortes de systèmes d'armes (navires de surface, sous-marins, missiles, etc). L'Iran réagira 'sévèrement' à toute menace, a-t-il avertit, en demandant que le navire américain quitte les lieux.

Le détroit d'Ormuz est un lieu de passage obligé pour la majeure partie du brut quittant le golfe arabo-persique.

Plus mesuré, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Téhéran a indiqué qu'une délégation de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA) serait bientôt invitée dans le pays. Le programme nucléaire iranien, que l'AIEA soupçonne fortement d'être de nature militaire, et les sanctions occidentales qu'il a suscité sont les principaux points de départ des tensions actuelles.

Enfin, le mouvement de réappréciation que l'euro connaissait face au dollar ce matin (+ 0,87% à 1,3047 dollar l'euro) joue également en faveur du brut : unique devise de négoce du brut, la dépréciation du billet vert tend mécaniquement à faire monter le prix du baril, et inversement.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : le Brent toujours au-dessus des 111 dollars.   Mer 4 Jan - 13:44

Cercle Finance le 04/01/2012 à 13:22


Le cours du pétrole corrigeait ce matin après avoir dépassé les 112 dollars hier, du moins pour le Brent. Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en février se repliait ce matin de 0,6% à 111,5 dollars ce midi, quand le WTI américain de même échéance cédait 0,8% à 102,1 dollars.

En dépit de la récession qui devrait frapper l'Europe cette année, la demande mondiale de pétrole brut devrait continuer de croître, fut-ce modestement en 2011. Le prix du brut devrait globalement se maintenir : selon une note publiée ce matin, les analystes de Crédit Suisse tablent toujours, en 2012, sur un baril de WTI à 99 dollars (+ 3,9%) et un baril de Brent à 105 dollars (- 5,5%), chiffres qui passeraient en 2013 à 113 et 115 dollars respectivement avant de pointer vers les 120 dollars en 2014.

A plus court terme, la tension géopolitique s'est un peu détendue avec la fin des manoeuvres de la marine iranienne, mais les propos agressifs demeurent de mise.

Cité par l'agence de presse officielle IRNA, le général de division Hassan Firouzabadi, commandant de l'armée de terre, a souligné le 'succès' des manoeuvres 'Velayat 90' que la marine de guerre d'Iran a terminé hier, notamment dans le détroit d'Ormuz et au-delà eaux territoriales. Ce qui a permis à Téhéran de faire étalage de systèmes d'armes marins, sous-marins, de missiles, etc. Selon lui, les puissances occidentales sont mécontentes que l'Iran utilise sa puissance militaire pas seulement pour défendre son territoire, mais pour 'soutenir le monde islamique et les nations musulmanes' - soit, en clair, de s'imposer en tant que puissance régionale.

Un autre militaire iranien de haut rang, le général Ataollah Salehi, a en outre déclaré selon une autre agence tout aussi officielle, l'ISNA, que les navires américains, et notamment les porte-avions, ne devaient pas croiser de nouveau dans le détroit d'Ormuz où leur présence est une menace pour l'Iran, indique la dépêche de l'ISNA.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Cercle Finance le 11/01/2012 à 13:25    Mer 11 Jan - 13:50

Pétrole : tassement du brut sur fond de crise souveraine.


Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en février se tassait de 0,3% à 113 dollars, le WTI américain de même livraison cédait 0,5% à 101,5 dollars. Si les craintes géopolitiques se maintiennent au Moyen-Orient comme en Afrique, celles entourant l'Europe semble jouer le premier rôle aujourd'hui.

Les tensions croissantes autour de l'Iran, dont la nature supposément militaire du programme nucléaire devrait conduire à un embargo sur les exportations de brut de la part de l'Europe, se poursuit. En rétorsion, Téhéran a récemment fait manoeuvrer sa marine de guerre dans le détroit d'Ormuz en évoquant la possibilité de fermer le goulet d'étranglement par lequel transite chaque jour une quinzaine de pétroliers. Leurs cargaisons cumulées représentaient quelque 17 millions de barils par jour en 2011, selon l'EIA, soit près de 20% de la consommation mondiale.

Le mois prochain, l'armée de terre iranienne devrait participer à des exercices.

En outre, le Nigeria se montre de plus en plus instable, ce qui menace potentiellement ses exportations d'or noir du 1er producteur africain.

Si ces facteurs haussiers se maintiennent, le marché semble aujourd'hui faire primer les inquiétudes qui entourent toujours le devenir de l'Europe et de son interminable crise souveraine. Si l'agence Fitch a exclu pour l'instant de dégrader les dettes d'Etat de grands pays comme l'Allemagne et la France, l'Italie reste concernée. Et une autre agence, Standard & Poor's, doit encore se prononcer sur le 'AAA' français alors que son biais sur cette note est négatif.

Les perspectives de croissance sont donc sombres sur le Vieux continent, ce qui pèse d'autant sur l'éventuelle consommation de brut de la zone.

Enfin, le dollar se renforce toujours contre l'euro au point d'avoir repris près de 10% en six mois contre la monnaie unique européenne. Unique devise de négoce de l'or noir, le dollar tend à en faire baisser le prix lorsqu'il s'apprécie, et inversement.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : vers un tassement du brut sur la semaine.   Ven 13 Jan - 11:33

Cercle Finance le 13/01/2012 à 12:05


Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en février restait neutre vendredi midi à 111,1 dollars, le WTI américain de même livraison grappillant 0,2% à 99,4 dollars. Notons qu'une semaine plus tôt, le Brent cotait 113 dollars et le WTI 102,3 dollars. En dépit d'un regain de doutes sur le dynamisme de l'économie, les facteurs géopolitiques jouent le rôle de forces de rappel.

Le cours du brut était une fois encore pénalisé par la faiblesse des perspectives en Europe, où la crise souveraine plombe ce qui restait de croissance. La crédibilité de l'action entreprise par les États membres et l'Union européenne demeure faible. La BCE se montre plus active en fournissant aux banques des liquidités en masse, sans pour autant se lancer dans l'assouplissement quantitatif mené par les établissements émetteurs américains et britanniques.

En outre, les dernières statistiques américaines jusqu'alors quasi-uniformément positives suscitent désormais l'inquiétude. Mercredi, on a appris que les stocks commerciaux de brut américain avaient augmenté de près de cinq millions de barils à 334,6 millions d'unités. Cette hausse est la 3ème d'affilée. Or la demande de pétrole est habituellement liée à l'intensité de l'activité économique.

Et hier, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont déçu hier en remontant à 399.000, alors qu'elles étaient attendues vers 375.000.

En dépit des doutes sur la croissance, qui ralentit aussi dans les pays émergents, les facteurs de risque géopolitique restent fermement ancrés : d'abord avec l'Iran, les pays occidentaux étant opposés au programme nucléaire de Téhéran fortement suspecté d'être de nature militaire.

Le ton monte, ou du moins reste élevé : après des manoeuvres de la marine de guerre iranienne fin décembre / début décembre qui visait le détroit d'Ormuz, l'Union européenne est en train de mettre en place un embargo sur le brut iranien. L'Iran est le 2ème producteur de pétrole du Moyen-Orient. Et au Nigeria, premier producteur d'Afrique, les manifestations et les grèves contre les baisses de subventions des produits pétroliers se doublent de violences confessionnelles.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Cercle Finance le 19/01/2012 à 13:31    Jeu 19 Jan - 12:54

Pétrole : en hausse, vers une bonne surprise quant à l'EIA ?


Le cours du brut s'inscrivait à la hausse ce midi : outre les tensions sur l'offre et les multiples pressions géopolitiques qui constituent toujours une solide toile de fond haussière, les opérateurs semblent parier sur une bonne surprise du côté des stocks US attendus cet après-midi. Le cours du baril de Brent de Mer du Nord livrable en mars prenait donc ce midi 0,8% à 111,5 dollars, le WTI américain de même livraison le suivant de 1,2% à 101,8 dollars.

Cet après-midi, l'Energy Information Agency (EIA) fera état de l'évolution des stocks pétroliers hebdomadaires des Etats-Unis, avec un jour de décalage en raison du Martin Luther King's Day, jour férié observé lundi. Certes, le dernier consensus disponible anticipait une nouvelle hausse des réserves commerciales de brut qui serait la 4ème d'affilée. Mais il pourrait bien être dépassé.

En effet, l'American Petroleum Institute (API), un organisme professionnel qui calcule différemment ce même agrégat et le publie 24 heures plus tôt, a fait état d'une baisse significative de près de 5 millions de barils. Or le consensus tablait, là aussi, sur une hausse de l'ordre de 3 millions d'unités.

Or la plupart du temps, les mesures de l'EIA et de l'API convergent en tendance. Le marché pourrait donc parier sur une bonne surprise du côté des chiffres de l'EIA cet après-midi.

La demande de brut est habituellement liée à l'intensité de l'activité économique, qui donne toujours des signaux positifs du côté américain. Selon le BP Statiscal Yearbook de juin 2011, les Etats-Unis étaient en 2010 le premier pays consommateur de brut, avec 21,1% du total mondial. La Chine arrivait alors en 2ème position, avec une proportion de 10,6%.

Important consommateur de pétrole, la situation souveraine de l'Europe bénéficie de plus d'un regain d'espoir, voire de confiance. Les opérateurs privilégient globalement une issue optimiste au dossier grec, alors que les négociations entre les créanciers privés et le gouvernement grec ont repris hier et doivent se poursuivront aujourd'hui.

'Les négociations semblent proches d'un accord puisque les hedge funds qui détiennent la majorité des 14,4 milliards d'euros de dette arrivant à échéance en mars seraient prêts à valider le plan de sauvetage', affirme un gérant de Barclays Bourse.

'La situation grecque n'a pas encore été clarifiée, mais les marchés anticipent très majoritairement la conclusion d'un accord volontaires (avec les créanciers), ce qui semble l'hypothèse la plus probable', confirme un autre intervenant.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : le brut porté par l'annonce de la Fed.   Jeu 26 Jan - 13:41

Cercle Finance le 26/01/2012 à 13:24


Le cours du pétrole ignore superbement les révisions en baisse des prévisions de croissance, qu'elles viennent du FMI comme de la Fed, pour ne retenir que le report de 18 mois, à fin 2014, du terme de la période de taux exceptionnellement bas de la banque centrale US. Ainsi, le Brent de Mer du Nord livrable en mars se reprenait ce midi de 1,4% à 111,3 dollars, le WTI américain de même livraison prenait 1% à 100,4 dollars.

On ne peut pourtant pas dire que les facteurs baissiers manquent à l'appel !

Hier, les opérateurs ont appris de la part de l'Energy Information Agency (EIA) que la semaine passée, les stocks commerciaux américains de pétrole brut avaient augmenté de plus du double de ce qui était anticipé, soit + 3,55 millions de barils à 334,8 millions d'unités. C'est un niveau record depuis début décembre. Même si les réserves d'essence se sont légèrement tassées et celles de distillats (fuel domestique et diesel) ont reculé de 2,5 millions d'unités à 145,5 millions.

En outre, hier soir, la Fed a abaissé ses prévisions de croissance 2012 du PIB des Etats-Unis de 2,5/2,9% à 2,2/2,7% (soit - 9% en milieu de fourchette), et celles de 2013 de 3/3,5% de 2,8/3,2% (-7,7% en milieu de fourchette). Un facteur négatif pour la demande de brut du 1er consommateur d'or noir au monde, avec une part de 21,1% du total en 2010 selon le BP Statistical Yearbook.

Cet abaissement fait écho à la croissance mondiale 2012 que le FMI n'attend plus qu'à 3,3% cette année, contre 4% précédemment. On notera que dans le cadre de sa revue trimestrielle des perspectives mondiales, le FMI a mentionné le brut : “les risques géopolitiques liés au pétrole se sont de nouveau intensifiés. Ils devraient se maintenir pendant un certain temps, et les cours du pétrole ne devraient enregistrer qu'un timide repli en 2012, en dépit des perspectives moins favorables de l'activité mondiale”, note le FMI.

Au final, le prix du panier de barils retenu par le FMI, qui était de 104,23 dollars en moyenne en 2011, baisserait cette année de 4,9% à 99,09 dollars puis à 95,55 dollars en 2013.

Cependant, les opérateurs ont surtout retenu l'autre annonce imprévue faite par la Fed : compris entre 0% et 0,25% depuis le 16 décembre 2008, les taux courts resteront à ce niveau “exceptionnel” “au moins jusqu'à la fin de 2014”, indique le communiqué, et non plus jusqu'à mi 2013 comme indiqué le 13 décembre dernier.

Ce qui constitue une surprise, selon la plupart des commentateurs. Les liquidités en billets verts ne risquent donc pas de se tarir, ce qui est jugé favorable pour le prix des actifs comme l'or et le pétrole. Rappelons que l'or noir se négocie exclusivement en dollars US.

'Bien que les révisions à la baisse des projections de croissance ne soient pas particulièrement rassurantes, les marchés adorent la promesse de la Fed d'un maintien de taux bas pendant plus longtemps', commentent les économistes de la banque québécoise Financière Banque Nationale (FBN).

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : le Brent tient encore les 111 dollars.   Ven 27 Jan - 13:08

Cercle Finance le 27/01/2012 à 13:31


Vendredi midi, le Brent de Mer du Nord livrable en mars grappillait 0,3% à 111,1 dollars, le WTI américain de même livraison le suivant de 0,3% à 99,99 dollars. S'ils se maintiennent aux cours actuels, les barils seront restés pratiquement stables sur la semaine, en dépit de la révision en baisse des prévisions de croissance mondiale du FMI et de celles de la Fed.

Le sentiment des opérateurs quant à la croissance étant toujours favorable ce qui, parallèlement aux tensions géopolitiques sur l'offre de brut, soutient les perspectives de demande pétrolière. Ainsi, l'impression selon lequel la zone euro se dirige lentement mais sûrement vers une sortie de crise se renforce sur les marchés. “Le sommet européen (du 30 janvier) devrait susciter des progrès plus rapides dans la coordination fiscale en vue de stimuler la croissance et l'emploi. L'accès au financement bancaire devrait être facilité aux PME”, écrit d'ailleurs l'équipe Changes de Pictet & Cie.

De plus ce matin, après une émission obligataire réussie, les taux d'intérêt à 10 ans des fonds souverains d'Italie sont tombés à 5,87%, s'éloignant donc un peu plus des fatidiques 7%. En Espagne, le taux est revenu à 4,90%.

Cet après-midi, l'économie américaine devrait confirmer ses signes de bonne santé donnés ces derniers mois. Au 4ème trimestre 2011, la croissance du PIB américain est attendue en rebond de 3%, après un ralentissement à 1,8% au 3ème trimestre. La consommation est prévue en hausse de 2,4%.

'Au-delà du chiffre global de croissance, la réaction des marchés pourrait dépendre des composantes de la croissance. Il faudra discerner les éléments ponctuels de ceux qui seront plus durables', prévient en outre un analyste d'Aurel BGC. Rappelons que l'économie américaine consomme environ le 5ème de la demande mondiale de pétrole brut.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : plus de 20 dollars séparent le Brent du WTI.   Mar 7 Fév - 13:26

Cercle Finance le 07/02/2012 à 13:29


Le grand écart est de nouveau de mise entre les prix européens et américains du brut. Ainsi, le cours du Brent de Mer du Nord livrable en mars gagnait encore 0,3% ce mardi midi en Europe à 116,3 dollars, le WTI américain de même livraison cédant à l'inverse 0,7% à 96,2 dollars.

A cette heure, l'écart ('spread') séparant les prix des deux barils de référence dépasse de nouveau les 20 dollars. Il faut remonter à la fin du mois d'octobre pour retrouver une telle différence.

Comment l'expliquer ? Aux Etats-Unis, qui absorbent à eux seuls de l'ordre du 5ème de la demande mondiale de brut, le moral des opérateurs pétroliers reste sombre. Selon le consensus, les statistiques pétrolières que l'Energy Information Agency (EIA) publiera demain inquiètent. En effet, les réserves commerciales de pétrole brut devraient s'afficher en hausse pour la 3ème semaine de suite et dépasser la barre des 341 millions de barils. Or les 340 millions n'avaient plus été dépassés depuis le 23 septembre 2011.

Habituellement, la demande de pétrole brut est fortement corrélée à l'activité économique. En outre, les livraisons de pétrole provenant du Canada tendant à augmenter les stocks américains et à s'accumuler à Cushing, au centre du pays. En clair, le marché US ne manque pas de pétrole.

A l'inverse, les risques de tensions géopolitiques entourent toujours l'Europe. La mise en place du futur embargo de l'UE sur le brut iranien suppose de trouver des fournisseurs alternatifs, qui ont alors la main haute sur leurs tarifs. En outre, les tensions africaines du Sud-Soudan et du Nigeria perturbent l'approvisionnement. La Chine est notamment l'un des grands débouchés du brut soudanais.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : le Brent toujours à 118 dollars, l'Iran inquiète.   Jeu 16 Fév - 13:07

Cercle Finance le 16/02/2012 à 12:23


Sur les marchés pétroliers, les vives inquiétudes géopolitiques provenant du Moyen-Orient contenaient les craintes de défaut de paiement de la Grèce. Ce midi, le cours du Brent de Mer du Nord livrable en mars restait stable à 118 dollars, mais le WTI américain reculait de 0,6% à 101,2 dollars.

Hier, selon l'Energy Information Agency (EIA) fédérale, les réserves commerciales de brut des Etats-Unis ont finalement légèrement baissé et sont revenues sur les 339 millions d'unités. Or le marché craignait à l'inverse qu'elles ne grimpent au-delà des 341 millions d'unités, ce qui n'avait plus été vu depuis le début du mois de septembre. Les stocks de distillats (diesel et fuel domestique) sont également en baisse. Du point de vue de la demande américaine, c'est un certain soulagement.

Par ailleurs, les facteurs géopolitiques sont à l'oeuvre. “Des rumeurs (démenties ensuite par le ministère iranien du Pétrole) font état d'une cessation de livraison à 6 pays européens”, rapportait-on ce matin chez Pictet & Cie.

Les inquiétudes entourant la stabilité géopolitique du Moyen-Orient ne font donc que se confirmer

En réaction à une question portant sur les dernières annonces de l'Iran à propos de la production de plaques de combustibles nucléaires et de la mise au point de centrifugeuses plus performantes, le ministère français des Affaires étrangères a répondu hier lors de son point presse : l'Iran “choisit de faire des annonces qui vont à l'inverse de la volonté de coopération.”

“Le programme nucléaire militaire iranien constitue aujourd'hui l'une des plus graves menaces sur la paix non seulement de la région mais sur la paix du monde”, a déclaré hier le ministre d'Etat Alain Juppé devant l'Assemblée nationale, et “nous avons la conviction que l'Iran continue à développer ce programme”.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : reprise du Brent, qui se dirige vers 123 dollars.   Mer 7 Mar - 13:26

Cercle Finance le 07/03/2012 à 13:17

Le cours du brut se reprenait ce matin après avoir, comme bon nombre de marchés financiers, connu une correction la veille sur fond de doutes sur la Grèce doublés de prises de bénéfices. Mercredi midi, la prochaine échéance du contrat sur le baril de Brent de Mer du Nord gagnait 0,6% à 122,7 dollars, le WTI américain le suivant de 0,6% également à 105,3 dollars.

Certes, les craintes moyen-orientales autour de l'Iran ont marqué le pas ces dernières heures. Les membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations unies, avec en plus l'Allemagne, se sont accordés sur la reprise des négociations avec l'Iran quant à son programme nucléaire.

Cependant, les tensions restent vives entre Téhéran et Israël, de nombreux médias et plusieurs officiels s'étant montrés inquiets de l'éventualité d'une action militaire israélienne contre l'Iran.

Mais comme le note un spécialiste ce matin, “ces velléités à faire entrer l'Iran dans un processus de dialogue constructif ne devraient cependant, selon nous, pas être en mesure de faire changer la donne sur le dossier à court terme, après les semaines de différends et de cantonnement sur des positions divergentes.”
En outre, les chiffres de l'American Petroleum Institute (API), organisme privé qui publie sa propre estimation des stocks pétroliers américains 24 heures avant l'Energy Information Agency (EIA) fédérale, sont plutôt positifs : selon l'API, des retraits supérieurs à 2 millions de barils sont intervenus la semaine dernière sur les réserves commerciales de pétrole brut.

Habituellement, les chiffres de l'API et de l'EIA convergent en tendance. Du point de vue de la demande, il s'agirait d'une bonne nouvelle pour les chiffres de l'EIA attendus tout à l'heure. La semaine dernière, sa mesure des stocks s'était rapprochée de 345 millions de barils, un record depuis septembre.

D'une manière générale, les statistiques macroéconomiques devraient aussi continuer de se montrer favorables aux Etats-Unis, ce qui soutient le pétrole dont la demande est fonction de la croissance : après 243.000 créations de postes en janvier, le consensus table sur la création de plus de 200.000 postes en février. Le ministère US du Travail fera officiellement état de ce chiffre vendredi.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : tassement du brut après les minutes de la Fed.   Mer 4 Avr - 13:06

Cercle Finance le 04/04/2012 à 13:04


Si les facteurs de tensions géopolitiques demeurent, la révélation des minutes de la Fed, hier, pèse toujours sur le cours du brut. La prochaine échéance du contrat sur le baril de Brent de mer du Nord se tassait ainsi ce midi de 0,4% à 124,5 dollars, quand le WTI américain cédait 076% à 103,3 dollars.

Selon les 'minutes' du dernier FOMC, il ressort que la Fed, la banque centrale américaine, considère que de nouvelles mesures de soutien à l'économie ne revêtent aucun caractère d'urgence alors que la croissance s'est accélérée en fin d'année 2011 aux États-Unis. Nombre d'intervenants tablaient récemment encore sur un nouveau train de mesures d'assouplissement, le fameux “QE3”, dont la perspective s'éloigne de nouveau.

'Dans l'immédiat, les investisseurs vont devoir se désintoxiquer de la drogue liquidité. La Fed ne devrait plus augmenter la taille de son bilan, en l'absence de nouvelles injections de liquidités', prévient Barclays Bourse.

Or nombre d'intervenants pariaient toujours sur un “QE 3” qui s'éloigne donc un peu plus. Notons que l'accroissement de la masse monétaire conduit quasi-mécaniquement à une hausse des prix des matières disponibles en quantité limitée. Ce qui vaut aussi pour le pétrole, qui ne s'échange qu'en dollars US.

Plus pénalisé que le Brent, le WTI pâtit aussi de l'augmentation anticipée des stocks commerciaux de brut aux Etats-Unis. Après que ces réserves commerciales aient décollé de plus de sept millions de barils la semaine dernière, le consensus attend une nouvelle hausse de plus de deux millions d'unités. Le niveau total de ces réserves dépasserait en ce cas les 355 millions d'unités, du jamais vu depuis fin août.

En tout état de cause, le pétrole ne manque donc pas aux Etats-Unis. Ce qui par ricochet réduit l'éventualité de la mobilisation des stocks stratégiques, à la disposition du gouvernement fédéral en cas d'urgence.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : le Brent en équilibre sur les 120 dollars.   Mer 11 Avr - 12:57

Cercle Finance le 11/04/2012 à 13:08


Abasourdi par son récent dérapage, le cours du Brent restait étale ce midi sur la barre symbolique des 120 dollars. Il se retrouve ainsi à son plus bas niveau depuis environ deux mois. A cette heure, la prochaine échéance du contrat sur le baril de Brent de mer du Nord demeurait neutre (+ 0,10%) à 120 dollars, quand le WTI américain se reprenait de 0,5% à 101,5 dollars.

Le sentiment se montre un peu meilleur sur les marchés financiers ce midi quant à la situation de l'Espagne, qui inquiétaient vivement en ce début de semaine, et moins ce matin. Pourtant, les chiffres macroéconomiques en provenance du pays ne sont toujours pas bons, les nouvelles mesures d'austérité ne plaidant pas en faveur d'une amélioration.

Cet état de fait, associé à la crainte de nouvelles difficultés bancaires en Espagne et, partant, en Europe, n'aide pas le cours du Brent à redresser la tête. La légère dépréciation du dollar, unique devise de négoce du brut, ne semble pas non plus avoir d'effet sensible.

Il est probable que la tendance ne sera pas plus animée, notamment du côté du WTI, tant que l'Energy Information Agency (EIA) américaine n'aura pas fait le point sur les stocks commerciaux hebdomadaires américains. Ils sont de nouveau attendus en hausse pour la 3ème semaine de suite (+ 2 millions de barils environ) et devraient donc se maintenir à leur niveau record depuis le début de l'été dernier, vers 365 millions d'unités. Ce qui n'arrange rien.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Pétrole : légère reprise du brut avec l'Ifo et le dollar.   Ven 20 Avr - 12:40

Cercle Finance le 20/04/2012 à 13:13


Vendredi midi, la prochaine échéance du contrat sur le baril de Brent de mer du Nord poursuivait son mouvement de reprise entamé après avoir sombré sous les 118 dollars cette semaine. Vers 13 heures 10, le Brent se reprend donc de 0,9% à 119,1 dollars,le WTI américain le suivait de 0,7% à 103 dollars.

De la crise souveraine européenne aux tensions géopolitiques autour de l'Iran, les nouvelles sont toujours les mêmes. Mais ce matin, un certain optimisme est insufflé par un indicateur économique meilleur qu'attendu, alors que la demande de brut dépend de l'intensité de la croissance.

On a appris qu'en Allemagne, le climat des affaires s'était amélioré insensiblement en avril, selon l'indice Ifo qui ressort à 109,9 ce mois-ci, contre 109,8 en mars et 109,7 en février. Mais les économistes s'attendaient à une régression.

En termes sectoriels, le climat a continué de s'améliorer dans l'industrie manufacturière, mais il s'est dégradé dans la construction et la distribution, tant de gros qu'au détail.

La composante mesurant la perception des conditions actuelles est passée de 117,4 à 117,5, tandis que celle des anticipations pour les six prochains mois est restée parfaitement atone à 102,7.

Rappelons que le cours du brut ne négocie exclusivement en billets verts américains. Or sur la semaine et malgré la crise souveraine qui sévit de nouveau en Europe, l'euro s'est repris d'un pour cent face au dollar et teste, de nouveau, les 1,32 dollar l'euro à cette heure. Cette dépréciation du dollar tend, quasi-mécaniquement, à faire monter d'autant le prix du brut en dollars.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Cercle Finance le 06/06/2012 à 13:25    Mer 6 Juin - 12:27

Pétrole : le Brent reprend les 100 dollars avant la BCE.


Le cours du brut semblait lui aussi profiter des anticipations d'éventuelles actions monétaires non conventionnelles de la part des banques centrales. Vers 13 heures 20, le cours du Brent de mer du Nord se reprenait de 1,5% à 100,3 dollars, le WTI le suivant de 1,4% à 85,5 dollars.

Après toute une série de statistiques négatives, pour la zone euro mais aussi aux Etats-Unis, les opérateurs se demandent si le conseil des gouverneurs de la BCE présidé par Mario Draghi ce midi ne va pas annoncer des mesures de soutien exceptionnelles. Par nature, ces opérations dilutives d'un point de vue monétaire soutiendraient les prix des actifs réels, dont l'or et le pétrole font partie.

Du côté américain, cette opinion rencontre un certain écho, rappelle un cambiste : 'selon le président de la Fed de Chicago, M. Evans, la (Fed) doit mettre en place de nouvelles mesures d'assouplissement monétaires pour soutenir l'économie américaine qui donne des signes de net ralentissement, et évolue toujours sur un rythme de croissance inférieur à son PIB potentiel. Il milite pour des achats de titres hypothécaires par le Fed'.

Bref, “les investisseurs espèrent une action rapide des deux banques centrales pour soutenir la croissance', résument, même s'ils n'y croient guère, les spécialistes d'Aurel BGC, ce qui contribue pour le moment à soutenir le cours de l'euro.

D'ailleurs, la monnaie unique européenne est remontée ce midi à 1,2500 dollar, ce qui a pour conséquence quasi-mécanique de faire monter le cours du brut, qui ne s'échange qu'en billets verts.

Autre évènement favorable à la hausse des cours : après onze semaines consécutives d'accumulation, le consensus table sur une baisse de l'ordre d'un demi-million de barils des réserves commerciales de pétrole telles que les publiera tout à l'heure l'Energy Information Agency (EIA) américaine. L'American Petroleum Institute, organique privé qui calcule différemment la même donnée et la publie 24 heures plus tôt, a déjà fait état d'une baisse.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Jeu 21 Juin - 19:18

Le pétrole chute sous 80 dollars dans un marché inquiet et sous pression


"Il est vrai que c'est assez surprenant de voir à quel point les cours se sont effondrés depuis peu, mais en même temps, la question de la surproduction est critique et les perspectives sont alarmantes pour la demande", a remarqué Andy Lipow, du cabinet Lipow Oil Associates.

Outre des craintes persistantes pour la zone euro, dont les dirigeants peinaient à empêcher une contagion de la crise de la dette, les récents indicateurs économiques des deux côtés de l'Atlantique accentuaient la pression sur les cours du brut.

"Les nouvelles économiques sont de pire en pire", a noté Matt Smith, de Summit Energy (Schneider Electric).

Mercredi, la banque centrale des Etats-Unis (Fed) a fait part de l'abaissement de ses prévisions de croissance pour l'économie américaine et a revu en hausse sa prévision du chômage, alors que l'économie de la zone euro enregistrait sa plus forte contraction depuis trois ans au deuxième trimestre.


"La récession représente la plus grande menace pour les prix du brut", a rappelé James Williams, de WTRG Economics.

Et, "bien que la baisse actuelle du prix du brut pourrait aider la demande", a remarqué Andy Lipow, un nombre croissant d'opérateurs craignent une nouvelle chute des prix à court terme, jusqu'à 70 dollars le baril.

D'autre part, "la situation de surplus sur le front de l'approvisionnement risque de (maintenir) les prix sous pression (baissière)", ont prévenu les analystes de Commerzbank.

Le département de l'Energie américain a fait état jeudi d'un gonflement inattendu des stocks de brut de 2,9 millions de barils lors de la semaine achevée le 15 juin, à un niveau proche d'un record en 22 ans atteint en mai.

Mais, outre une production d'or noir de plus en plus importante aux Etats-Unis, "c'est maintenant au tour de l'Arabie saoudite (le premier producteur mondial de brut, ndlr) et des autres membres de l'Opep de réduire le surplus actuel pour faire baisser les prix", selon Commerzbank.

Plusieurs ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avaient évoqué la semaine dernière, avant une réunion à Vienne, la possibilité de recourir ultérieurement à une réunion extraordinaire du cartel si les prix s'enfonçaient sous 90 dollars le baril à Londres.

"Si les prix tombent sous 90 dollars, nous nous réunirons pour prendre une décision", avait alors souligné le Libyen Abdelrahmane ben Yazza.

"Il est habituel que le président de l'Opep (actuellement le ministre irakien Abdel-Karim al-Luaybi, ndlr) convoque une réunion des ministres si quelque chose d'extraordinaire arrive sur le marché", a expliqué le secrétaire général du cartel Abdallah el-Badri après la réunion.

"Mais nous n'avons pas discuté du niveau de prix (minimum) pour une telle réunion, et nous n'avons pas programmé une telle réunion extraordinaire", a-t-il insisté.

La prochaine rencontre, ordinaire, de l'Opep aura lieu le 12 décembre à Vienne.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Cercle Finance le 28/06/2012 à 13:07    Jeu 28 Juin - 12:16

Pétrole : légère baisse du brut, le WTI tient les 80 dollars.


Le pétrole cédait un peu de terrain ce midi avant le sommet de Bruxelles, sans toutefois revenir que l'intégralité de ses gains de la veille. Vers 13 heures, le Brent de mer du Nord perdait ainsi 0,7% à 92,8 dollars, le WTI reculant avec plus de mesure de 0,2% à 80 dollars.

Hier, l'état des stocks américain publié par l'Energy Information Agency américain s'est révélé peu encourageant, du moins à première vue : ainsi, les stocks commerciaux de brut ont légèrement reculé de 387,3 à 387,2 millions de barils. En revanche, ceux d'essence ont monté de 202,7 à 204,8 millions de barils.

Selon un analyste, ce rapport est 'dans l'ensemble positif, à part pour l'essence. Il traduit une reprise de la demande en rythme hebdomadaire, mais une offre moindre, à la seule exception du brut.'

Malgré tout, la demande moyenne de produits pétroliers sur les quatre dernières semaines s'est tassée, par rapport à l'an passé à la même époque, de 162.000 barils/jour à 18,6 millions de barils/jour. Ce qui est 'symptomatique de la dégradation de la conjoncture économique', selon l'analyste. 'Que la Fed ne lance pas de QE 3 ne va pas vraiment aider les prix du pétrole à se reprendre', ajoute-t-il.

Chez BNP Paribas CIB, qui rappelle que les stocks de brut étaient attendus en baisse de plus d'un millions d'unités. Cependant, les stocks de Cushing, le point de livraison des contrats sur le WTI, ont baissé de 400.000 unités, ce qui a agréablement surpris le marché et a d'ailleurs permis au baril de référence américain de reprendre la barre des 80 dollars.

En Europe, l'alimentation du marché est toujours perturbé par les grèves sur des plate-formes pétrolières de Norvège. Mais c'est pour l'heure le sentiment macroéconomique faible, à quelques heures du sommet européen, qui pénalise le brut.

Pour ne rien arranger, la monnaie unique européenne cède près de 0,4% contre le dollar ce midi à 1,2424, soit bien loin des 1,2520 touchés en début de semaine. Le dollar est effectivement l'unique devise de négoce du brut.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Dow Jones le 11/07/2012 à 14:06    Mer 11 Juil - 13:08

PETROLE : Les cours augmentent avant les données sur les stocks aux USA


Les contrats à terme sur le pétrole brut s'inscrivent en hausse mercredi, se redressant après le mouvement de vente observé mardi, alors que les investisseurs attendent les données sur les stocks de brut américains et les minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed.

A 12h50, le contrat d'août sur le Brent coté à Londres progressait de 1,03 dollar, soit 1,1%, à 99 dollars le baril, tandis que celui sur le brut coté au Nymex gagnait 1,25 dollar, soit 1,5%, à 85,16 dollars le baril.

Les investisseurs concentrent de nouveau leur attention sur l'actualité macroéconomique, le gouvernement norvégien étant intervenu, lundi soir, pour mettre un terme à un conflit social qui menaçait d'entraîner l'arrêt total de la production pétrolière du pays.

Les acteurs du marché seront attentifs à la publication des minutes de la Réserve fédérale, à 20h00, pour tenter de discerner si la Fed envisage un troisième plan d'assouplissement quantitatif. Les précédentes mesures d'assouplissement avaient permis de soutenir les cours de l'or noir car elles avaient affaibli le dollar.

Les données hebdomadaires sur les stocks de brut américains, qui seront publiées par le département de l'Energie, devraient également retenir l'attention. L'American Petroleum Institute a annoncé mardi un recul de 700.000 barils des stocks de brut la semaine dernière. Une confirmation de ces chiffres par le département de l'Energie pourrait donner un coup de pouce supplémentaire aux cours.

Les analystes interrogés par Dow Jones Newswires tablent sur un recul de 1,1 million de barils des stocks de brut, sur une baisse de 300.000 barils des réserves d'essence, et sur un repli de 100.000 barils des stocks de distillats.

Le problème du pétrole iranien demeure en toile de fonds. L'embargo de l'Union européenne sur le brut iranien est maintenant en vigueur depuis près de deux semaines, et des informations sur une baisse de la production dans le pays contribue à soutenir le marché.

Les analystes estiment toutefois que les données sur l'offre et la demande suggèrent qu'à moins d'une escalade des tensions, le monde peut se débrouiller sans les barils iraniens. Cet avis a été corroboré par l'Energy Information Agency, aux Etats-Unis, qui a abaissé mardi ses prévisions de hausse de la demande pour 2012 et 2013, tandis que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a indiqué mercredi que la croissance de la demande s'atténuerait l'an prochain.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Ven 28 Sep - 8:19

Le pétrole termine en hausse de 2% à New York


27/09/12 à 21:03 - Reuters


NEW YORK, 27 septembre (Reuters) - Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse jeudi sur le marché new-yorkais, les tensions entre l'Iran et l'Occident ravivant les craintes de perturbations dans l'approvisionnement mondial en brut.

L'annonce par l'Espagne d'un plan ambitieux de réformes économiques et d'économies budgétaires a également soutenu le baril.

Sur le Nymex, le contrat novembre sur le brut léger américain (WTI) a fini sur un gain de 1,87 dollar, soit 2,08%, à 91,85 dollars le baril, après avoir évolué entre 89,88 et 92,30 dollars.

Au moment de la fermeture du Nymex, le Brent avançait de 2,24 dollars (+2,04%), à 112,28 dollars.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Cercle Finance le 04/10/2012 à 13:16    Jeu 4 Oct - 11:56

Pétrole : le Brent devance le WTI avec la Syrie.


Si le WTI américain reste pénalisé par le haut niveau de la production domestique américaine, le cours du Brent, lui, portait la trace des tirs d'artillerie échangés entre la Syrie de Damas et la Turquie. Vers 13 heures jeudi midi, la prochaine échéance du contrat sur le baril de Brent de mer du Nord se traitait 109,4 euros, en hausse de 1,1%, quand le baril WTI américain le suivait à distance de 0,7% à 88,8,3 dollars.

Hier, les stocks pétroliers publiés pour les Etats-Unis par l'Energy Information Agency (EIA) hier étaient plutôt mitigés quant à l'état de la demande : attendus en hausse de 1,5 million de barils, les stocks de pétrole brut ont finalement recule de 482.000 unités à 364,7 millions

Cependant, chez Aurel BGC, on note souligne que ”la production de pétrole des Etats-Unis est en hausse de 12%, un record depuis 1996”. C'est cette nouvelle qui a entraîné le cours du WTI sous la barre des 90 dollars.

Mais ces annonces sont éclipsées par l'armée syrienne du régime de Damas, qui a bombardé apparemment au mortier une ville frontalière turque, Akcakale, faisant plusieurs morts parmi les civils. Si elle était restée coite lorsque la Syrie avait abattu, dans des circonstances peu claires, un de ses avions en juin dernier, l'armée turque a cette fois reçu l'ordre de riposter à l'artillerie sur des positions militaires syriennes.

'Cet incident montre (...) que le conflit syrien ne menace pas seulement la sécurité du peuple de Syrie, mais qu'elle touche aussi les pays voisins', a déclaré le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon.

Le parlement turc doit en outre discuter d'une loi permettant à l'exécutif, dirigé par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, de mener des opérations militaires en territoire syrien pendant une durée limitée. Il ne s'agit pas d'une déclaration de guerre, a cependant affirmé la Turquie citée par la BBC.

Bref, la tournure que prend ce conflit moyen-oriental devient de plus en plus inquiétante : le principal soutien de la Syrie est l'Iran, quand la Turquie, elle, fait partie des membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), organisation militaire intégrée chapeautée par les Etats-Unis.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 12/10/2012 à 10:18    Ven 12 Oct - 10:00

L'AIE revoit à la baisse la demande pétrolière mondiale jusqu'en 2016 :


L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a revu vendredi à la baisse ses prévisions de croissance de la demande pétrolière jusqu'en 2016, ne tablant plus que sur une hausse de 1,2% par an en moyenne, au lieu de 1,3% auparavant, du fait de la dégradation de l'économie mondiale.

Selon le rapport à moyen terme sur le marché pétrolier, publié par l'agence énergétique de l'OCDE, la demande d'or noir devrait passer de 89,79 millions de barils par jour cette année à 94,45 millions en 2016, soit environ un demi million de barils par jour de moins que ce qu'elle anticipait jusque là.

"Des révisions de données antérieures et une croissance économique inférieure à ce qui était attendu ont conduit à une réduction d'environ un demi million de barils par jour pour 2012", et d'autant sur la période 2011-2016, a souligné l'AIE dans cette étude.

"Les prévisions de croissance économique tout au long de la période se sont réduites sur fond de craintes persistantes liées à la dette dans l'OCDE, en particulier, dans la zone euro", et "même la Chine, principal moteur de la hausse de la demande au cours de la décennie écoulée, donne des signes de ralentissement", ajoute-t-elle.

Dans le détail, les nouvelles projections de l'AIE sont inférieures de 480.000 baril par jour (b/j) pour 2012 et 930.000 barils b/j pour 2013, par rapport à sa précédente étude prospective publiée en décembre dernier.

Les révisions pour les années suivantes vont dans le même sens : -880.000 b/j pour 2014, -680.000 pour 2015, -540.000 pour 2016. Enfin, pour l'année 2017, où il s'agit d'une première estimation, l'AIE table sur une demande de 95,68 millions de barils par jour.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 12/12/2012 à 11:01    Mer 12 Déc - 11:53

Pétrole l'AIE relève un peu ses prévisions de demande mondiale 2012 et 2013


L'Agence internationale de l'énergie (AIE), bras énergétique des pays riches, a légèrement relevé mercredi ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour 2012 et 2013, mais reste prudente face à une croissance mondiale toujours "tiède" l'an prochain.

Dans son rapport mensuel de décembre, l'AIE table désormais sur une consommation de pétrole de 89,7 millions de barils (mbj) par jour en 2012 et 90,5 mbj en 2013, soit respectivement 70.000 et 110.000 barils de plus que ce qu'elle prévoyait en novembre.

"La demande mondiale devrait rester relativement molle au cours de l'année 2013, sur la base de l'estimation renouvelée d'une croissance économique mondiale tiède --sans ignorer les signes montrant que le sentiment économique en Chine est redevenu légèrement positif", estime l'AIE dans son rapport.

Ce diagnostic prudent se fait également malgré le rebond estimé de la demande au 4e trimestre 2012 (plus de 400.000 barils par jour supplémentaires, à 90,5 mbj), souligne l'agence internationale.

Selon l'AIE, les deux premiers trimestres de 2013 devraient ainsi retomber à 90,0 mbj et 89,5 mbj, avant un rebond de la demande aux troisième et quatrième trimestre (91,1 mbj et 91,6 mbj).

L'agence, basée à Paris, avait surtout considérablement baissé ses prévisions de demande de pétrole fin 2011 et début 2012, ses estimations restant assez similaires depuis quelques mois malgré des petits ajustements mensuels à la hausse ou à la baisse.

Elle confirme d'ailleurs mercredi ses prévisions de croissance économique mondiale, à 3,3% en 2012 avant une légère accélération attendue en 2013, à 3,6%, identiques à celles du Fonds monétaire international.

En revanche, la demande européenne de pétrole s'est "effondrée" de 6% sur un an au troisième trimestre, souligne l'AIE, soit "le plus fort recul trimestriel observé depuis près de trois ans". Ce plongeon à 13,8 mbj est dû à la conjonction de prix élevés du baril et "de conditions économiques de récession".

Après 15 mbj en 2011, la demande européenne devrait tomber à 14,5 mbj cette année et 14,3 mbj en 2013, selon l'agence.

Au niveau mondial, la progression continue de la demande de pétrole d'une année sur l'autre, reflète la place toujours croissante des économies émergentes, comme la Chine (deuxième consommateur mondial), l'Inde (4e) la Russie (5e) ou le Brésil (7e).

A l'inverse, les grands consommateurs des pays développés comme les Etats-Unis (numéro un), le Japon (3e), le Canada (8e), l'Allemagne (9e) et la Corée du Sud (10e) devraient selon l'AIE afficher en 2013 des consommations quasi stables ou en léger recul, avec même une nette contraction (-3,6%) attendue au Japon.

En ajoutant l'Arabie Saoudite, cinq pays non membres de l'OCDE figurent donc désormais dans le top 10 des consommateurs mondiaux, souligne l'AIE.

Les statistiques de l'AIE sont publiées alors que son pendant côté producteurs, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), se réunit mercredi à Vienne. L'organisation, également occupée à se trouver un nouveau secrétaire général, devrait laisser inchangé son plafond de production.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12576
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13309
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 18/01/2013 à 10:37    Ven 18 Jan - 9:57

Pétrole: la demande revue à la hausse par l'AIE qui s'inquiète de l'Algérie


L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a relevé vendredi sa prévision pour la demande mondiale de pétrole en 2013, et a prévenu que la prise d'otages assombrissait les perspectives du secteur algérien de l'énergie, dans son rapport mensuel sur le marché pétrolier.

L'agence installée à Paris, qui regroupe les grands pays consommateurs d'énergie, évalue désormais à 90,8 millions de barils par jour (mbj) la demande pétrolière mondiale en 2013, soit 240.000 barils de plus qu'en décembre.

Cela représente une hausse de 1% (ou 930.000 barils par jour) par rapport à la demande pétrolière en 2012. L'organisation a justifié ce relèvement par une réévaluation de la consommation pétrolière fin 2012 (elle chiffre désormais la demande totale en 2012 à 89,8 mbj, en hausse de 1,1%), et des attentes plus élevées qu'auparavant concernant la demande chinoise.

L'AIE a par ailleurs estimé que la prise d'otages sur un site gazier en Algérie "fait peser un nuage noir sur les perspectives du secteur de l'énergie du pays", dans un rapide passage en revue de la production d'hydrocarbures du pays.

L'Agence précise que la production de pétrole brut algérienne a été stable le mois dernier, à 1,18 million de barils par jour, et a très légèrement reculé de 15.000 barils par jour sur l'ensemble de 2012 à 1,17 mbj.

A la suite de "l'enlèvement et du meurtre d'employés pétroliers étrangers", elle rappelle que la production du gisement gazier d'In Amenas a été arrêtée, ce qui inclut une production de condensats (ndlr : hydrocarbures liquides semblables à du pétrole brut) "estimée à 50.000 barils par jour".

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Passage au point mort avant l''arret
» Les 20 questions essentielles avant de se mettre à son compt
» stats pétrole IEA bidonnées / stats gaz pas mieux
» Kirby / swaps pétrole
» pétrole / le standart us WTI est en train d'être déboulonné !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Buzz-Trading  :: Produits Financiers :: Devises et Matières premières (Pétrole, OR...)-
Sauter vers: