Buzz-Trading

Bourse, Investissement, Trading, Analyses fondamentale et technique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Rechercher sur le site Amazon.fr
Meilleures Ventes
Boutique DVD
Plaisir d’Offrir
High-Tech
Coup de Coeur
MP3
Facebook

Partagez | 
 

 Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 13/02/2013 à 10:15   Mer 13 Fév - 9:30

Pétrole: l'AIE révise légèrement à la baisse la demande mondiale en 2013


L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a légèrement révisé à la baisse sa prévision pour la demande mondiale de pétrole en 2013 dans son rapport mensuel publié mercredi, en raison de prévisions de croissance moins optimistes du Fonds Monétaire International (FMI).

L'AIE, qui regroupe la plupart des pays développés, prévoit désormais une demande d'or noir de 90,7 millions de barils par jour (mbj) cette année, soit 90.000 barils par jour de moins que dans son précédent rapport de janvier.

"En dépit de signes d'amélioration en Chine et aux Etats-Unis, des conditions macroéconomiques médiocres devraient limiter la croissance de la demande mondiale de pétrole à environ 840.000 barils par jour en 2013, à 90,7 mbj", souligne l'AIE.

"La prévision est inférieure de 90.000 barils par jour aux estimations du mois dernier, le FMI ayant réduit sa prévision de croissance à 3,5%, contre 3,6% auparavant", souligne-t-elle.

L'Europe et l'Amérique du Sud sont les deux continents qui représentent l'essentiel de cette révision à la baisse, explique l'AIE.

La nouvelle prévision correspond à une hausse de 0,9% de la consommation mondiale par rapport à 2012, souligne l'agence internationale basée à Paris.

Mardi dans son rapport mensuel, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui représente 35% de la production mondiale d'or noir, s'était elle montrée plus optimiste, révisant légèrement sa prévision de demande du fait de "signes d'une reprise économique mondiale" et d'un hiver particulièrement rigoureux dans certaines régions.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: L'AIE réduit sa prévision de demande mondiale de pétrole:   Mer 13 Mar - 10:08

Reuters le 13/03/2013 à 10:58


LONDRES, 13 mars (Reuters) - L'Agence internationale de l'énergie a révisé à la baisse sa prévision de demande mondiale de pétrole cette année, du fait de la faiblesse de l'économie mondiale.

La dégradation du climat des affaires en Chine, le ralentissement économique en Europe et la perspective de coupes budgétaires aux Etats-Unis se conjuguent pour freiner la demande, explique l'AIE dans son rapport mensuel publié mercredi.

"Ces trois facteurs négatifs, affectant les trois plus importantes économies, semblent repousser encore la perspective d'un rebond de la croissance et, partant, de la demande de pétrole", écrit l'agence qui conseille les principaux pays consommateurs.

Sa prévision de la demande mondiale de pétrole en 2013 est en conséquence réduite de 20.000 barils par jour (bpj), à 820.000 bpj.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Dow Jones le 22/03/2013 à 12:56    Ven 22 Mar - 12:13

PETROLE: Les contrats s'inscrivent en légère hausse


LONDRES (Dow Jones)--Les contrats à terme sur le pétrole brut s'inscrivent en légère hausse vendredi, mais les investisseurs jouent la prudence, aucune solution n'ayant encore été décidée pour Chypre.

A 12h04, le contrat de mai sur le Brent coté à Londres gagnait 12 cents, soit 0,11%, à 107,59 dollars le baril, tandis que le contrat de mai sur le brut léger doux coté au Nymex avançait de 54 cents, soit 0,58%, à 92,99 dollars le baril.

Les difficultés de Chypre, où les négociations pour un plan de sauvetage se poursuivent vendredi, pourraient entraîner les contrats pétroliers dans le rouge, estime Filip Petersen, stratégiste en matières premières chez SEB Commodity Research. "Du point de vue du marché pétrolier, nous tablons sur un recul du [Brent] à 105 dollars, et ce niveau-là constituerait un bon point d'entrée pour les acheteurs", ajoute le stratégiste.

D'autres analystes soulignent en revanche que l'impact de la crise à Chypre sur les marchés d'actions mondiaux, et donc sur les cours de l'or noir, est ténu. Les marchés n'ignorent pas qu'il existe un risque que Chypre puisse sortir de la zone euro, constatent-ils. "Le fait que les marchés d'actions mondiaux aient pris la situation si calmement signale que, [dans la zone euro ou en dehors], Chypre n'est pas considéré comme un risque systémique", expliquent les analystes de PVM.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AOF le 11/04/2013 à 09:12    Jeu 11 Avr - 8:14

Le pétrole en ordre dispersé après les stocks et la Fed:


Après une ouverture dans le rouge, les cours du WTI ont inversé la tendance, soutenus par la hausse nettement inférieure aux attentes des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis. Vers 17h00, le baril de « light sweet crude » (WTI) gagne 0,04% à 94,03 dollars. Les stocks de pétrole brut ont augmenté de 0,3 million de barils la semaine dernière, à 388,9 millions, selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).Les économistes prévoyaient en moyenne une hausse beaucoup plus importante de 1,6 million de barils.

La semaine précédente, les stocks avaient fortement augmenté de 2,7 millions de barils.

Les stocks d'essence ont augmenté de 1,7 million de barils tandis que les réserves de produits distillés tel que le fioul domestique ont reculé de 0,2 million de barils.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Reuters le 16/04/2013 à 09:45    Mar 16 Avr - 9:23

Pétrole-Le Brent sous les $100 pour la première fois en 9 mois:


SINGAPOUR, 16 avril (Reuters) - Le Brent de mer du Nord est passé sous le seuil psychologique des 100 dollars mardi, pour la première fois depuis juillet 2012, reculant avec d'autres matières premières, l'or notamment, à la suite d'indicateurs économiques décevants en Chine et aux Etats-Unis.

Le contrat juin sur le Brent LCOc1 cédait près de 1% à 99,71 dollars le baril vers 7h15 GMT après avoir reculé jusqu'à 98 dollars, son plus bas niveau depuis neuf mois. Le Brent, en baisse sur neuf des 11 dernières séances, a rétrogradé de plus de six dollars depuis le 9 avril.

Le contrat mai sur le brut léger américain CLc1 lâchait de son côté 0,8% à 87,88 dollars après un creux à 86,06, un plus bas depuis décembre.

"En début d'année, les fondamentaux n'étaient pas si favorables mais les investisseurs ont voulu prendre la vague haussière du marché. Au fil des mois, les perspectives se sont assombries et je crois que (les statistiques chinoises) sont le dernier clou du cercueil", commente Tony Nunan, spécialiste du marché pétrolier chez Mitsubishi Corp à Tokyo.

"L'Europe continue d'aller mal, et à cela s'ajoutent les mauvais chiffres de l'emploi aux Etats-Unis en mars et maintenant un ralentissement de la croissance en Chine. Avec ça, tout le monde devient baissier."

Les prix du brut ont chuté de 3% lundi en réaction à l'annonce d'une croissance de 7,7% de la Chine au premier trimestre, contre 7,9% les trois mois précédents, alors que le marché attendait une accélération à 8%.

La Chine est le deuxième consommateur mondial d'or noir et le ralentissement de sa croissance inquiète un marché déjà ébranlé la semaine dernière par les révisions à la baisse des prévisions de demande mondiale de l'Agence internationale de l'énergie, de l'administration américaine et de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

La demande chinoise de pétrole est tombée en mars à son plus bas niveau depuis sept mois alors que les stocks de brut aux Etats-Unis sont au plus haut depuis 30 ans, conséquence de la hausse de la production intérieure.

<^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Graphique d'analyse technique sur le WTI :

http://graphics.thomsonreuters.com/WT1/20131604092917.jpg

Graphique d'analyste technique sur le Brent:

http://graphics.thomsonreuters.com/WT1/20131604092917.jpg

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>

LE POIDS DES INDICATEURS

L'indice Empire State de la Fed de New York, montrant un ralentissement de la croissance de l'activité industrielle dans cette région, a aussi pesé sur le marché lundi, après les mauvais chiffres des ventes au détail américaines vendredi.

"L'indice immobilier NAHB était également inférieur aux attentes. Combiné aux signaux alarmants en provenance du marché du travail, cela donne à penser que l'impact de la hausse de la fiscalité commence à se faire sentir aux Etats-Unis", écrivent les analystes d'ANZ dans une note publiée mardi.

Goldman Sachs GS.N , l'une des banques les plus influentes sur les marchés des matières premières, a ajouté à la morosité ambiante en n'écartant pas une poursuite du recul du Brent et en recommandant à ses clients de solder leurs positions à la hausse sur le Brent.

L'explosion de deux bombes sur la ligne d'arrivée du marathon de Boston lundi a aussi inquiété les investisseurs, provoquant un surcroît de dégagements à Wall Street avant la clôture.

Le marché attend maintenant la statistique hebdomadaire des stocks de pétrole aux Etats-Unis. Les analystes interrogés par Reuters prévoient en moyenne une hausse de 1,4 million de barils la semaine dernière.

"Les fondamentaux du marché pétrolier ne sont pas bons (...) Le marché est surapprovisionné, ce qui devrait conduire l'Opep à réduire sa production", juge Tony Nunan, l'analyste de Mitsubishi.

"Il n'y a pas de facteurs de soutien. Bien sûr les risques géopolitiques sont toujours là mais ils ne retiennent pas l'attention actuellement. Peut-être que le problème du programme nucléaire iranien reviendra sur le devant de la scène après les élections qui se tiendront là-bas en juin."

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: AFP le 04/05/2013 à 09:17    Sam 4 Mai - 7:56

Etats-Unis: les stocks de brut au plus haut en 30 ans


Les Etats-Unis ont beau produire toujours plus de pétrole, claironnant au passage leur objectif d'indépendance énergétique, les infrastructures pour le distribuer peinent à suivre, faisant grimper les réserves d'or noir du pays à leur plus haut niveau en trente ans.

Ces stocks ont atteint la semaine dernière 395,3 millions de barils, du jamais vu depuis que les autorités américaines ont commencé à diffuser ces données hebdomadaires, en 1982. Selon les chiffres mensuels du département de l'Energie, c'est un record depuis avril 1981.

Une partie de cette accumulation est liée à des facteurs saisonniers, les raffineries réduisant la voilure à cette époque de l'année, et consommant donc moins de brut, pour se préparer à la production estivale d'essence.

entreposés à , dans l'Les réserves d'or noir augmentent surtout de concert avec le boom pétrolier que connaît le pays depuis 2008: grâce à l'émergence des techniques de fracturation hydraulique du schiste couplée au forage à l'horizontale, la production de brut est passée de 5 millions de barils par jour à 6,5 millions en 2012, et l'Agence américaine d'information de l'énergie (EIA) table sur 8,2 millions en 2014.

Mais "il y a un décalage avec les infrastructures", explique David Bouckhout, analyste chez TD Securities. "On attend la construction d'oléoducs supplémentaires qui permettront de relier aux raffineries les zones où la production augmente".

Déjà, le sens de circulation de l'oléoduc Seaway, utilisé initialement pour transporter du brut importé des ports du golfe du Mexique vers les raffineries du centre du pays, a été inversé: il transporte maintenant 400.000 barils de brut par jour depuis Cushing (Oklahoma, sud), où est stocké le pétrole texan servant de référence au contrat américain WTI coté à New York, vers les raffineries du golfe du Mexique.


Le président américain Barack Obama prononce un discours sur un site d'extraction de pétrole et de gaz, à Maljamar, au Nouveau Mexique, le 21 mars 2012

Il faudra toutefois attendre le premier trimestre 2014 pour que le tuyau fonctionne à plein, à 850.000 barils par jour.

Le flot a aussi été inversé sur l'oléoduc Longhorn de Magellan, qui transporte depuis cette année du brut produit dans l'ouest du Texas (sud), où la production de pétrole de schiste bat son plein, vers les raffineries du golfe. Il devrait fonctionner au maximum de ses capacités au troisième trimestre.

Le groupe d'oléoducs Sunoco Logistics a également des projets pour "évacuer le pétrole du Bassin permien (au Texas) vers le golfe", note l'analyste indépendant Andy Lipow.

Et les acteurs du marché pétrolier ne désespèrent pas de voir le président Barack Obama autoriser l'extention de l'oléoduc controversé Keystone XL, qui doit transporter du pétrole du Canada, où la production de brut a explosé grâce aux sables bitumineux, jusqu'au golfe du Mexique.

Si le transport par oléoduc représente environ 90% de l'acheminement des produits pétroliers aux Etats-Unis, les entreprises se tournent de plus en plus vers le rail, notamment depuis les zones où les infrastructures ne sont pas adaptées, comme le Dakota du Nord, grand producteur de gaz de schiste.

Le transport de produits pétroliers par voie ferroviaire a ainsi bondi de plus de 50% en un an.

Cette mutation en cours du réseau d'acheminement de pétrole devrait à terme "permettre de réduire les importations", remarque M. Bouckhout.

Selon le dernier rapport de l'EIA, les importations américaines de brut en février ont déjà baissé de 15% sur un an, tombant à leur niveau de mars 1996.

Mais les Etats-Unis ne pourront pas arrêter totalement d'importer, ne serait-ce que parce que certaines raffineries ont signé des contrats de long terme d'approvisionnement auprès de pays producteurs de pétrole, note Robert Yawger, de Mizuho Securities USA.

De plus, remarque-t-il, pour certains types de pétrole, "le coût du brut produit en Arabie saoudite, où il est très facile à extraire, reviendra toujours moins cher, même avec le transport, que le pétrole de schiste américain ou les sables bitumineux du Canada".

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Jeu 11 Juil - 9:13

Pétrole: l'AIE voit la demande s'accélérer en 2014


L'Agence internationale de l'Energie (AIE) a annoncé jeudi avoir augmenté sa prévision de demande mondiale de pétrole, en raison du froid inhabituel qui a régné dans de nombreux pays de l'OCDE au deuxième trimestre.

Pour 2014, l'agence énergétique des pays développés publie sa première prévision, avec une hausse attendue de la consommation de 1,2 million de barils par rapport à 2013 pour atteindre un nouveau record de 92,0 millions de barils par jour, du fait d'une amélioration attendue de l'économie mondiale.

Si le record n'est pas une surprise --la consommation mondiale de pétrole bat régulièrement son record chaque année-- ce rythme marquerait une accélération par rapport à 2013, où l'AIE prévoit une croissance de 930.000 barils par jour.

Cette estimation de la croissance cette année est le résultat d'une révision en hausse de 145.000 barils par jour ce mois-ci, à 90,8 millions de barils par jour, indique l'AIE dans son rapport mensuel.

"Une météo inhabituellement froide pour la saison dans l'OCDE a déclenché une demande surprise, à un moment de l'année --le deuxième trimestre-- où la demande atteint normalement son point bas", note l'agence basée à Paris.

A lui seul, ce froid a fait s'envoler la demande de 645.000 barils par jour supplémentaires au deuxième trimestre, selon l'AIE.

La prévision revue à la hausse pour 2013 et l'accélération de la croissance pour 2014 ne prennent néanmoins pas en compte la révision à la baisse de 0,2 point de pourcentage de la croissance économique mondiale par le Fonds monétaire international (FMI), survenue trop tardivement pour ajuster le rapport mensuel, explique l'agence.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Mer 24 Juil - 14:04

Pétrole: les barils à 107 dollars avant les stocks américain


A mi-séance ce mercredi, le cours du 'future' sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en septembre reculait de 0,5% à 107,9 dollars, le WTI américain de même échéance restant stable à 107,2 dollars.

La hausse des cours du pétrole semblait dernièrement tirée par la spectaculaire remontée du WTI américain, qui ces derniers jours s'est même négocié plus cher que le Brent avant de repasser juste au-dessous.

En effet, les dernières déceptions américaines sur des statistiques immobilières (permis de construire, mises en chantier) ou les ventes au détail ont semé le doute sur la vigueur de la croissance américaine, ce dont dépend étroitement l'intensité de la consommation de brut.

“Alors que l'amélioration du marché du logement reste la clé d'une reprise de l'économie (américaine) dans son ensemble, ces chiffres ont suscité des inquiétudes quant à la future demande américaine d'or noir, considérée généralement avec optimiste”, notent les analystes de Standard Bank.

Enfin, les opérateurs pétroliers tablent sur une quatrième baisse consécutive des stocks hebdomadaires de pétrole brut aux Etats-Unis, selon l'état qu'en fournira tout à l'heure l'Energy Information Agency (EIA) fédérale.

Après un pic de 31 ans à plus de 397 millions de barils fin mai, le niveau de cette 'jauge' a commencé à baissé sensiblement depuis un mois environ. Tombé de 373,9 à 367 millions de barils la semaine dernière, le niveau des stocks est de nouveau attendu en baisse de 2,5 millions cet après-midi.

Ajoutons que les stocks de produits raffinés que les raffineries tirent de l'or noir sont attendus en hausse.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Jeu 14 Nov - 9:49

Pétrole: l'AIE relève légèrement sa prévision de demande pour 2013


L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a très légèrement relevé jeudi ses estimations pour la demande pétrolière mondiale en 2013, mais la progression de la consommation devrait un tout petit peu ralentir l'an prochain en raison d'une reprise économique moins forte que prévu.

Dans son rapport mensuel sur le marché pétrolier, l'agence énergétique des pays développés dit toujours tabler sur une consommation pétrolière mondiale de 91 millions de barils par jour (mbj) cette année, avec toutefois un petit ajustement à la hausse de 45.000 barils par jour par rapport à ce qu'elle prévoyait en octobre, en raison d'une demande européenne plus forte que prévu.

Pour 2014, elle anticipe 92,1 mbj, mais la prévision de croissance a été très légèrement rabotée de 30.000 barils par jour, à 1,1 mbj. Cette révision reflète "les prévisions un peu plus pessimistes du FMI" pour la croissance mondiale, écrit l'AIE, bras énergétique des pays de l'OCDE, installée à Paris.

La hausse devrait également être freinée l'an prochain par "un redémarrage progressif des centrales nucléaires japonaises à l'arrêt et l'hypothèse d'un retour à un temps hivernal plus normal", ajoute-t-elle.

En ce qui concerne l'offre pétrolière mondiale, l'AIE souligne que la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a baissé pour le troisième mois consécutif en octobre pour tomber à 29,89 mbj, en raison de la chute de la production saoudienne.

Ce repli a été compensé par la hausse de la production hors Opep, qui a grimpé de 740.000 barils par jour en octobre, à 55,53 mbj.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Mer 19 Fév - 13:04

Pétrole : le WTI reste proche des 103 dollars.0


Mercredi midi sur les marchés pétroliers, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en avril se tassait de 0,1% à 110,3 dollars, le WTI américain d'échéance mars gagnant à l'inverse 0,5% à 102,9 dollars.

Le Brent est soutenu, une fois encore, par un regain d'inquiétudes en Libye. Selon la National Oil Corporation, la production de ce pays instable est retombée hier à 375.000 barils/jour. En effet, des mouvements contestant l'autorité chancelante de l'Etat central ont occupé et mis à l'arrêt les stations de pompage des oléoducs amenant le brut depuis les gisements situés à l'intérérieur des terres vers les terminaux d'exportation, sur la côte.

'En d'autres termes', commentent les spécialistes Matières premières de Commerzbank, 'la production de la Libye n'est pas prête de revenir à la normale'.

Sans compter qu'au Soudan du Sud, troupes loyalistes et dissidentes se disputent le contrôle de la capitale, Djouba. La production de ce pays, soit entre 160.000 et 200.000 barils/jour, pourrait en souffrir.

Aux Etats-Unis, le brut est toujours portée par la rigueur prolongée de l'hiver, qui stimule les besoins de chauffage. De ce fait, la mesure des stocks de distillats (diesel et fuel domestique) que l'API publiera cet après-midi devrait encore baisser.

Attention cependant, indique Commerzbank, ces conditions ne dureront pas éternellement, d'autant que le pire de la saison froide tend à se terminer en cette période de l'année.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Lun 11 Aoû - 17:46

Le pétrole en hausse, l'OCDE et la Russie rassurent


Le cours du pétrole brut léger en provenance des Etats-Unis enregistre un rebond ce lundi après avoir perdu 7,3% depuis le 22 juillet dernier. Le baril de WTI progresse ainsi de 0,72% à 98,35 dollars suite à la publication des indicateurs avancés de l'OCDE et à l'apparente désescalade de la situation géopolitique en Ukraine. L'Organisation de coopération et de développement économique a indiqué dans sa note du mois d'août que la perspective de croissance aux Etats-Unis ressortait stable, ce qui semble confirmer la reprise progressive de la première économie mondiale.Par ailleurs, Moscou aurait mis fin à des exercices militaires près de la frontière avec l'Ukraine et pourrait envoyer de l'aide humanitaire dans le pays, en collaboration avec la Croix-rouge internationale.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Lun 18 Aoû - 14:11

Pétrole : en baisse avec les derniers évènements en Irak.

Le cours du baril de pétrole brut livraison septembre 2014 s'inscrit en baisse de 1% à 96,3 dollars, alors que les djihadistes semblent connaitre des revers en Irak, éloignant ainsi les risques sur l'approvisionnement en or noir de ce pays-clé.

Aidés par des frappes aériennes américaines, les forces kurdes ont en effet pu s'emparer de barrages dans le nord de l'Irak. 'On peut s'attendre à ce que Bagdad tienne et à ce qu'il n'y ait pas d'incursion dans le Sud', estime un analyste de Saxo Bank.

Ainsi, le professionnel estime qu'il n'y aurait pas ou peu d'événements qui viendraient vraiment perturber l'approvisionnement en pétrole, étant donné que le Sud du pays abrite les trois quarts de la production du deuxième plus grand producteur de l'OPEP.

Toutefois, il considère que 'la situation en Irak devrait rester l'un des catalyseurs du marché pendant les prochains jours' et que 'les traders garderont un oeil dessus'.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Mar 11 Nov - 14:03

Pétrole : le Brent se rapproche des 81 dollars.


Mardi midi sur les marchés pétroliers, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en décembre perdait encore 0,7% à 81,8 dollars, le WTI américain de même échéance perdant 0,5% à 77 dollars.

La tendance demeure résolument baissière pour le Brent qui, au début de l'été, a frôlé les 116 dollars. En matinée sur le marché ICE, le cours de ce baril de référence a même approché au plus près d'un plus bas d'un peu plus de quatre ans, vers 81,2 dollars.

Les facteurs en jeu sont toujours les mêmes : une offre pléthorique dopée notamment par les pétroles non conventionnels nord-américains, en pleine croissance. En outre, l'OPEP ne joue plus guère son rôle de cartel puisque son principal membre, l'Arabie saoudite, semble avoir entamé une 'guerre des prix', notamment en Amérique du Nord, afin de défendre sa propre part de marché.

L'OPEP se prononcera, le 27 novembre à Vienne, sur des quotas officiels de production inchangés depuis début 2012 à 30 millions de barils / jour. Pour l'heure, les divergences sont telles au sein de l'instance que rares sont les opérateurs qui parient sur une réduction.

De surcroît, selon les bureaux d'études spécialisés, la production effective de l'OPEP est actuellement proche des 31 millions de barils quotidiens.

De l'autre côté, si la conjoncture reste bien orientée outre-Atlantique, le retour de la croissance en zone euro fait figure d'Arlésienne quand dans les pays émergents, qui concentrent une part centrale de la croissance de demande de brut, la dynamique économique n'accélère plus.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Ven 28 Nov - 11:29

Le pétrole monte un peu dans un marché qui digère le statu quo de l'Opep


AFP le 28/11/2014 à 12:11


Le secrétaire général de Opep Abdalla Salem el-Badri lors d'une conférence de presse à Vienne le 27 novembre 2014 ( AFP/Archives / Samuel Kubani )
Le secrétaire général de Opep Abdalla Salem el-Badri lors d'une conférence de presse à Vienne le 27 novembre 2014 ( AFP/Archives / Samuel Kubani )

Les prix du pétrole montaient très légèrement à Londres vendredi en cours d'échanges européens, au lendemain de la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de ne pas réduire sa production, ce qui laisse inchangée la situation de surabondance d'offre sur le marché.

Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 72,91 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 33 cents par rapport à la clôture de jeudi. Vers 06H45 GMT, la référence européenne du brut a dégringolé jusqu'à 71,12 dollars, un nouveau plus bas depuis le 7 juillet 2010.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 4,49 dollars, à 69,20 dollars, par rapport à la clôture de mercredi. Le marché de New York était fermé jeudi et connaîtra une séance écourtée vendredi, à l'occasion de la fête de Thanksgiving.

Après la décision de l'Opep, "les prix du Brent ont enregistré (jeudi) leur plus forte chute en une journée depuis 2011", perdant à un moment plus de six dollars, rappelait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Même si cette décision était largement attendue, les prix du brut ont dégringolé, marquant de nouveaux plus bas depuis 2010 et poursuivant une chute entamée au début de l'été à cause de la surabondance de l'offre et de la faible croissance de la demande.

"Les ministres de l'Opep ont à contrecœur accepté le fait que les règles du jeu avaient changé et que leur capacité à influencer la direction des prix mondiaux du pétrole avait été diminuée par la révolution du pétrole de schiste aux États-Unis", expliquait M. Hewson.

"Cela semble être une victoire complète des Saoudiens et de leurs alliés du Golfe persique", estimait de son côté Michael Wittner, analyste à la Société générale. Contrairement à d'autres membres de l'Opep, qui militaient ouvertement pour une baisse de la production, l'Arabie saoudite s'était montrée favorable à laisser agir les mécanismes du marché.

Si l'Opep avait décidé de réduire sa production, elle serait rentrée dans un cercle vicieux où elle n'aurait cessé de réduire son offre pour lutter contre la baisse des prix face à l'augmentation de la production américaine, expliquait M. Wittner. L'Arabie saoudite et ses alliés ont donc simplement décidé de "ne pas retarder l'inévitable" à savoir l'ajustement du niveau de production par les prix du marché.

"Le plus tôt les prix déclinent et ralentissent ou stoppent la croissance de la production des États-Unis et des autres pays non-Opep, le plus tôt le marché peut se rééquilibrer et le plus tôt les prix peuvent se redresser de façon soutenable", décryptait M. Wittner.

"Tous les yeux se tournent maintenant vers la production américaine et sa croissance", pointait ainsi Jamal Orazbayeva, analyste de Westhouse.

"Pour que le nouveau mécanisme (d'ajustement par le marché) fonctionne, il faut que les prix baissent sous les coûts de production du pétrole de schiste américain et y restent pendant une longue période", prévenait M. Wittner, qui évalue ce niveau clé à 65 dollars le baril.

Mais, "si l'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe, le Koweit et les Émirats arabes unis, ont les reins financiers suffisamment solides pour supporter de bas prix pendant une longue période, beaucoup d'autres pays de l'Opep seront durement secoués économiquement par une chute de leurs revenus pétroliers", rappelaient Bhushan Bahree et Jamie Webster, experts d'IHS.

Ainsi, le Venezuela, qui est durement touché par la chute des cours du brut de plus de 35% depuis la mi-juin, a dit jeudi qu'il continuerait de lutter pour un baril de pétrole à 100 dollars.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Mar 16 Déc - 10:32

Pétrole : le baril de Brent passe sous les 60 dollars pour la première fois depuis cinq ans


AFP le 16/12/2014 à 09:44


Les cours du pétrole continuaient de chuter mardi et le baril de Brent a plongé sous les 60 dollars pour la première fois depuis plus de cinq ans, le marché redoutant une faiblesse de l'économie mondiale et de la demande d'or noir.

Vers 08H00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier cotait 59,85 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,21 dollar par rapport à la clôture de lundi, après avoir chuté jusqu'à 59,63 dollars, son plus bas niveau depuis juillet 2009.

L'autre baril de référence, le "light sweet crude" (WTI), pour livraison en janvier, cotait pour sa part au même moment 55,02 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), en repli de 0,89 dollar par rapport à sa clôture de lundi.

Les cours du pétrole ont pris un nouveau coup sur la tête mardi avec l'annonce d'une contraction de la production manufacturière chinoise en décembre, selon la banque HSBC qui a publié mardi un indice PMI des directeurs d'achat pour la Chine à son plus bas niveau en sept mois.

"Si l'activité manufacturière chinoise ne croît pas, et en l'occurrence se contracte, cela signifie que le reste du monde ne consomme pas tant que ça et que la Chine a besoin de moins d'énergie car elle fabrique moins de produits. Et comme elle est numéro deux économique mondial, cela fait beaucoup d'énergie", a expliqué Mike van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

Il a ajouté que les "tentatives désespérées" de la Russie, grand producteur d'or noir, pour soutenir le rouble faisaient craindre une situation difficile pour Moscou au cas où "le pire resterait à venir pour le pétrole".

Les cours de l'or noir ont plongé de près de moitié depuis le début de l'année, plombés de façon structurelle par une offre surabondante et une croissance de la demande faible.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a prévu vendredi une croissance de la demande plus timide qu'escompté en 2015. La consommation de pétrole devrait croître de 900.000 barils par jour l'an prochain pour atteindre 93,3 millions de barils par jour (mbj), contre 93,6 mbj anticipés précédemment, à cause d'attentes moindres concernant la demande venant des pays de l'ex-Union soviétique et d'autres pays exportateurs de pétrole.

Côté producteurs, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) campe sur sa position de ne pas intervenir sur les marchés pétroliers, et a conservé son objectif de production inchangé à 30 mbj lors de la dernière réunion du cartel fin novembre à Vienne.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Mer 7 Jan - 10:24

Pétrole : le baril de Brent chute sous les 50 dollars


AFP le 07/01/2015 à 10:15


Le baril de Brent a chuté mercredi sous la barre symbolique des 50 dollars pour la première fois depuis 2009, amplifiant le plongeon des cours du pétrole plombés par une guerre des prix entre producteurs et des inquiétudes sur la reprise économique.

Le Brent de la mer du Nord pour livraison en février, la référence européenne du brut, a chuté jusqu'à 49,66 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres peu avant 08H30 GMT, avant de se reprendre quelque peu. Il cotait 49,98 dollars à 08H35 GMT, en baisse de plus d'un dollar par rapport à sa clôture de la veille.

La référence américaine du brut, le "light sweet crude" (WTI), avait chuté sous les 50 dollars dès lundi et cotait mercredi 47,06 dollars à 08H35 GMT, en recul de 87 cents par rapport à la clôture de mardi.

Les cours de l'or noir ont baissé de plus de moitié depuis juin dernier, à cause d'une offre surabondante et d'inquiétudes sur la demande, sur fond de reprise économique incertaine. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s'est refusée jusqu'à présent à envisager toute réduction de sa production.

"Le mouvement sous les 50 dollars montre bien quelle est la tendance, et sans signe de l'Opep face à la surproduction, il est probable que nous assistions à une chute vers les 40 dollars dans les semaines à venir - a fortiori vu que la demande ne repart pas", a expliqué à l'AFP Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

"La faible croissance et la faible demande en Chine et en Europe devraient rester les principaux facteurs à mesure que la bataille pour les parts de marché s'intensifie. Il y aura sans doute encore de fortes oscillations dans l'intervalle mais la direction générale semble claire, à moins que l'Opep n'intervienne", a-t-il ajouté.

L'Arabie saoudite vient de réduire ses prix de vente officiels pour livraison en février vers l'Europe et les États-Unis, fidèle à sa nouvelle stratégie de protection de ses parts de marché, selon plusieurs analystes.

Début décembre, elle avait déjà baissé drastiquement ses prix officiels pour le brut exporté vers l'Asie et les États-Unis mais pas vers l'Europe, une décision alors largement interprétée comme une nouvelle étape dans la "guerre des prix" visant notamment à contrer le développement du pétrole de schiste américain, plus cher à extraire.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Lun 12 Jan - 10:38

Le brut poursuit sa chute, Goldman réduit ses prévisions


Reuters le 12/01/2015 à 11:25


SINGAPOUR, 12 janvier (Reuters) - Les cours du pétrole
perdent encore plus de 2% lundi, affectés par une réduction
drastique des prévisions de Goldman Sachs pour le marché en 2015
et 2016.
Le Brent de mer du Nord comme le brut léger américain sont à
leur plus bas niveau depuis avril 2009 après avoir enchaîné sept
semaines consécutives de baisse.
Vers 10h25 GMT, le contrat février sur le Brent LCOc1 perd
1,27 dollar ou 2,53% à 48,84 dollars tandis que celui sur le
West Texas Intermediate CLc1 cède 1,04 dollar (2,15%) à 47,32.
Les analystes de Goldman Sachs ont ramené lundi leur
prévision moyenne pour le Brent à 50,40 dollars cette année, au
lieu de 83,75. Pour le brut américain, leur prévision passe de
73,75 dollars à 47,15.
Le bureau d'études est surtout pessimiste sur le très court
terme, tablant sur un baril de Brent à 42 dollars à un horizon
de trois mois, puis à 43 dollars dans six mois, au lieu de
respectivement 80 et 85 dollars.
Pour le WTI, son estimation à trois mois passe de 70 à 41
dollars et celle à six mois de 75 à 39.
Les prix remonteraient ensuite à partir du deuxième semestre
et confirmeraient leur redressement l'année prochaine.
Goldman Sachs prévoit ainsi pour 2016 des cours moyens de 70
dollars pour le Brent et de 65 pour le WTI, à comparer à des
estimations précédentes de respectivement 90 et 80 dollars.
Goldman est l'une des banques d'affaires américaines les
plus influentes sur les marchés des matières premières. En 2008,
quand les cours du brut avaient culminé à près de 150 dollars le
baril, le bureau d'études avait fait sensation en relevant sa
prévision à 200 dollars.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Ven 8 Mai - 12:48

Pétrole: le Brent stable vers 65 dollars.


Cercle Finance le 08/05/2015 à 13:20


Vendredi midi en ce 8 mai, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord d'échéance juin grappillait 0,2% à 65,6 dollars, le WTI américain de même échéance gagnant 0,5% à 59,2 dollars.

A ses niveaux actuels, le brut s'est repris de plus d'un tiers sur ses points bas du début de l'année, en revenant à des sommets de cinq mois, malgré la légère consolidation des derniers jours.

Chez Natixis, les analystes tiraient récemment les leçons du mois d'avril : “malgré les statistiques macroéconomiques décevantes aux Etats-Unis et en Chine, le prix du baril de pétrole rebondit en avril et gagne 21,2%. Le freinage des investissements dans le secteur énergétique semble porter ses fruits dans le rééquilibrage entre offre et demande de pétrole”, indiquaient alors les spécialistes.

Les analystes Matières premières de Commerzbank rapportent cependant que 'certaines sociétés pétrolières américaines ont fait part de leur intention d'accroître leurs activités de forage alors que les prix se sont redressés'. Et ce alors que la chute du nombre de forages en Amérique du Nord était justement l'une des raisons de la récente reprise du prix du brut.

En attendant, l'appétit pour le pétrole de la Chine reste élevé : en avril 2015, elle a importé 7,4 millions de barils/jour, soit bon pied un million de barils/jour de plus que le mois précédent. Attention cependant, ces importations sont vraisemblablement liées pour partie à la reconstitution de stocks, avertissent les spécialistes.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Ven 13 Nov - 9:58

Pétrole: le niveau record des stocks dans l'OCDE devrait accroître la pression sur le marché


AFP le 13/11/2015 à 10:10


L'augmentation des stocks de pétrole à un niveau record dans les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) devrait accroître la pression sur un marché pétrolier déjà lesté par une offre excédentaire, a prévenu vendredi l'Agence internationale de l'énergie.

L'AIE a révisé en légère hausse ses prévisions de demande mondiale d'or noir pour 2015 et 2016, à respectivement 94,6 et 95,8 millions de barils par jour (mbj), contre 94,5 et 95,7 mbj précédemment, dans son rapport mensuel sur le pétrole.

Cela représente une hausse de la consommation d'environ 1,8 mbj sur un an en 2015, tirée notamment par le grand appétit de l'Inde, avant un ralentissement à 1,2 mbj attendu l'an prochain.

Mais la consommation mondiale d'or noir restant inférieure à l'offre, les stocks ont gonflé pour atteindre un niveau record de 3 milliards de barils fin septembre au sein de l'OCDE, offrant "une protection sans précédent contre les chocs géopolitiques ou des ruptures d'approvisionnement inattendues", a souligné le bras énergétique des pays développés.

En cas d'hiver doux dans l'hémisphère nord, cette situation "augmentera la pression" sur un marché pétrolier déjà lesté par une offre excédentaire, due notamment à l'offensive commerciale de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), Arabie saoudite en tête, qui cherche à défendre ses parts de marché face aux hydrocarbures de schiste américains, aux dépens des prix.

Aucun changement de stratégie n'est anticipé pour la prochaine réunion du cartel, qui se tiendra le 4 décembre à Vienne, alors que le baril de pétrole valait moins de 45 dollars en fin de semaine, soit une réduction de plus de 60% de sa valeur depuis mi-2014.

Selon l'AIE, 97 mbj ont été pompés dans le monde en octobre, grâce notamment à un rebond de production dans les pays hors-Opep. Mais celle-ci devrait ralentir plus qu'anticipé l'an prochain et décliner de plus de 600.000 barils par jour, très majoritairement aux Etats-Unis tandis que la Russie devrait continuer à faire preuve de résistance.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Mar 8 Déc - 14:38

Le pétrole poursuit sa chute à des plus bas de sept ans à New York


Dow Jones le 08/12/2015 à 15:27


Les cours du pétrole poursuivaient leur chute à leurs plus bas niveaux depuis début 2009 mardi à l'ouverture à New York, toujours plombé par l'immobilisme manifesté par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Vers 14H05 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en janvier perdait 82 cents à 36,84 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), après être déjà tombé la veille au plus bas niveau de clôture d'un contrat de référence depuis près de sept ans.

A Londres, le prix du baril de Brent, référence européenne du brut, évoluait aussi à ses plus bas depuis février 2009, passant même sous le seuil symbolique des 40 dollars, après une tentative avortée de rebond.

"Avec le Brent (...) à moins de 40 dollars, il va bien falloir que l'Opep prenne une décision pour essayer d'arrêter cette chute", a prévenu Carl Larry, de Frost & Sullivan. "Tôt ou tard, ils vont devoir agir, mais d'ici là, le marché va continuer à baisser."

Depuis la fin de la semaine précédente, le marché accuse le coup de la décision du cartel de ne même plus fixer d'objectifs précis de production, ce qui va à l'encontre des espoirs de le voir réduire son offre dans un contexte de surabondance mondiale.

"La chute des prix devrait faciliter la réussite du +nouveau défi+ de l'Opep, c'est-à-dire de ralentir la production des pays extérieurs au cartel et de faire abdiquer -- y compris à court terme -- de nouveaux producteurs, notamment aux Etats-Unis", ont avancé les experts de Commerzbank.

A ce titre, le département américain de l'Energie a publié lundi son rapport mensuel sur le marché dans lequel il table sur une réduction nette de la production américaine de pétrole de schiste dès janvier 2016.

"La baisse de la production américaine, tout comme le niveau toujours élevé de la demande, nous permet d'être optimistes à moyen et long termes pour les prix du pétrole", ont ainsi relativisé les experts de Commerzbank.



_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Ven 24 Juin - 8:46

Brexit : le pétrole décroche


AOF le 24/06/2016 à 09:41


La victoire inattendue du Brexit pèse sur les cours du pétrole. Le baril de Brent cède près de 5% à 48,56 dollars. Les investisseurs s'inquiètent des conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sur la croissance mondiale, et par conséquent, la demande d'or noir.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Mer 10 Aoû - 10:19

Le pétrole termine en baisse à New York


Reuters le 09/08/2016 à 20:41


NEW YORK, 9 août (Reuters) - Les cours du pétrole sont
repartis à la baisse mardi sur le marché new-yorkais Nymex, les
inquiétudes sur un excès d'offre reprenant finalement le dessus
au terme d'une séance volatile.
Le contrat septembre sur le brut léger américain (West Texas
Intermediate, WTI) CLc1 a perdu 25 cents, soit 0,58%, à 42,77
dollars le baril.
Au moment de la clôture du Nymex, le Brent LCOc1 cédait 41
cents (0,90%) à 44,98 dollars après avoir varié dans une
fourchette de quasiment un dollar durant la journée.
Au-delà des craintes sur une surabondance de l'offre sur le
plan mondial, l'agence américaine d'information sur l'énergie
(EIA) a réduit sa prévision de baisse de la production cette
année aux Etats-Unis, qu'elle estime désormais à environ 700.000
barils par jour contre 820.000 précédemment.


_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Mer 5 Oct - 12:23

Pétrole: les barils toujours bien orientés.


Cercle Finance le 05/10/2016 à 13:24


A plus haut en quatre mois ! Mercredi midi sur les marchés pétroliers, le baril de Brent de mer du Nord livrable en décembre poursuivait sa reprise en gagnant encore 1,7% à 51,8 dollars, le WTI américain d'échéance novembre le suivant de 1,6% à 49,5 dollars.

Rappelons que si le point bas annuel du baril de Brent remonte au 20 janvier, à 27,1 dollars, son sommet date toujours du 9 juin, à 52,9 dollars. Un niveau qui se rapproche rapidement.

A en croire les analystes de Saxo Banque, et après l'annonce de la restauration prochaine de ses quotas par l'Opep, “une délégation du ministère de l'énergie de l'Iran se rendra en Russie en octobre ou en novembre pour présenter des accords pétroliers potentiels aux entreprises russes. L'Iran qui est pour l'instant autorisé à produire sur ses capacités maximales pourrait devenir un partenaire majeur pour la Russie.”

Ce qui pourrait aussi signaler que la restauration des quotas de l'Opep, entre 32,5 et 33 millions de barils/jour contre une production supérieure à 33,5 millions de barils/jour à cette heure, pourrait s'étendre à la Russie. Extérieur au cartel, ce pays produit une quantité de brut équivalente à celle de l'Arabie saoudite, le leader de l'Opep.

Chez Commerzbank, on souligne par ailleurs que l'API, l'organisme privé qui mesure les stocks américains de produits pétroliers, a indiqué hier que ceux de brut s'étaient fortement contractés la semaine passée : - 7,6 millions d'unités. Or l'Energy Information Agency fédérale fera le point tout à l'heure de manière officielle sur ce sujet. Et pour le moment, le consensus table sur une accumulation. Une bonne surprise serait-elle finalement en vue ?

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Jeu 3 Nov - 13:18

Pétrole: les statistiques américaines pèsent toujours.


Cercle Finance le 03/11/2016 à 13:49


A mi-séance en Europe, le baril de Brent de mer du Nord livrable en janvier 2017 se reprenait de 0,9% à 47,3 dollars, le WTI américain d'échéance décembre gagnant 0,7% à 45,7 dollars. Un bien modeste rebond par rapport à la correction de la veille.

Hier en effet, le cours des barils de référence a plongé en séance de plus de 3% après la publication des statistiques pétrolières hebdomadaires de l'Energy Information Agency (EIA) pour les Etats-Unis.

Les stocks commerciaux de brut américains ont décollé de près de 14,5 millions de barils la semaine passée alors qu'ils étaient n'attendus en hausse que d'un million d'unités environ.

“Les investisseurs ont essentiellement réagi à la statistique hebdomadaire des stocks américains de pétrole. Avec la fin des opérations de maintenance, mécaniquement, les raffineurs ont augmenté leurs stocks, mais le mouvement a été particulièrement violent la semaine dernière”, commentent les analystes d'Aurel BGC.

De plus, la production américaine de brut a remonté pour la 3e semaine de suite à 8,522 millions de barils/jour la semaine passée, indique aussi l'EIA, soit son plus haut niveau en deux mois environ.

Enfin, l'Opep n'a toujours pas indiqué comment elle comptait réduire sa production, en vue du rétablissement annoncé de ses quotas.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Tony
Mister Capello
avatar

Nombre de messages : 12299
Age : 40
Localisation : Provence
Réputation : 243
Points : 13014
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   Mar 3 Jan - 13:04

Pétrole: le Brent à son plus haut en 18 mois.


Cercle Finance le 03/01/2017 à 13:23


Au plus haut en un an et demi ! Mardi midi en Europe, le baril de Brent de mer du Nord livrable en mars 2017 s'adjugeait 2,1% à 58,1 dollars, le WTI américain d'échéance février l'imitant à 54,9 dollars.

Rappelons que le Brent était tombé, le 20 janvier 2016, jusqu'à 27,1 dollars. Mais depuis lors, le cartel pétrolier de l'Opep a renoncé à sa “politique de part de marché” et entend rétablir des quotas de production à hauteur de 32,5 millions de barils/jour. Or sa dernière production effective connue était supérieure à 34 millions d'unités quotidiennes. De plus, des pays extérieurs au cartel, comme la Russie, veulent s'associer à cette politique, et ainsi amplifier le retour à davantage de discipline du côté de l'offre.

Reste, maintenant, à attendre la concrétisation de ces engagements. “Il est patent que les opérateurs de marché croient (...) la parole de l'Opep et celle de ses alliés de circonstance”, indiquent ce matin les analystes Matière première de Commerzbank.

Les spécialistes rappellent cependant qu'en décembre, selon les statistiques du ministère russe de l'Energie, le pays a produit 11,21 millions de barils/jour, soit un niveau toujours record. Sur l'ensemble de 2016, la production moyenne était de 10,96 millions de barils/jour. Et ce alors que Moscou s'est engagé à réduire ses extractions de 300.000 barils/jour durant le premier semestre. A suivre.

_________________
Puce For Ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.buzz-trading.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pétrole : stabilité avant l'EIA, le WTI toujours sous 75 $.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Passage au point mort avant l''arret
» Les 20 questions essentielles avant de se mettre à son compt
» stats pétrole IEA bidonnées / stats gaz pas mieux
» Kirby / swaps pétrole
» pétrole / le standart us WTI est en train d'être déboulonné !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Buzz-Trading  :: Produits Financiers :: Devises et Matières premières (Pétrole, OR...)-
Sauter vers: